updated 21 April 2020
© Durand Salabert

Francis Poulenc

Compositeur français né le 7 janvier 1899 à Paris, mort le 30 janvier 1963 à Paris.

Francis Poulenc naît le 7 janvier 1899 à Paris. Son père, Émile Poulenc, est un industriel descendant d’une lignée de catholiques ancrée dans l’Aveyron. Sa mère, née Jenny Royer, est issue d’artisans parisiens. Pianiste amatrice, elle cultive l’amour de l’art et le transmet à son fils. L’enfant apprend le piano avec elle, puis avec mademoiselle Boutet de Monvel (nièce de César Franck) et sa répétitrice, mademoiselle Melon. Il se prend de passion pour Debussy, Schubert, Moussorgski et Chabrier, ainsi que pour la poésie. En 1913, le jeune garçon assiste à l’une des premières représentations du Sacre du printemps de Stravinsky. Il devient peu après l’élève du pianiste Ricardo Viñes, qui lui présente Georges Auric et Erik Satie.

Poulenc perd sa mère en 1915 et son père en 1917, quelques mois avant la création de sa première œuvre officielle, Rhapsodie nègre. Avec son amie Raymonde Linossier, véritable guide spirituel, il fréquente la librairie d’Adrienne Monnier, où il entend Apollinaire lire ses poèmes et rencontre Louis Aragon, André Breton et Paul Éluard. À la même époque, le jeune compositeur fait la connaissance de Jean Cocteau, Max Jacob, Arthur Honegger, Louis Durey et Germaine Tailleferre. Il est mobilisé durant l’année 1918. Ses Mouvements perpétuels, qui resteront l’une de ses partitions les plus célèbres, sont créés par Viñes en février 1919.

Début 1920, deux articles d’Henri Collet dans Comœdia marquent la naissance du Groupe des Six, baptisé par analogie au Groupe des Cinq. Amical plus qu’esthétique, il est constitué d’Auric, Durey, Honegger, Milhaud, Poulenc et Tailleferre. Cocteau en tient lieu d’imprésario et de théoricien, et Satie de figure tutélaire. Le groupe existe formellement jusqu’en 1924, mais ses membres continueront de se réunir régulièrement. Conscient de ses lacunes techniques, Poulenc suivra l’enseignement de Charles Kœchlin entre 1921 et 1924.

En 1921, Poulenc et Milhaud voyagent à Rome, où ils rencontrent Alfredo Casella, Gian Francesco Malipiero et Vittorio Rieti. L’année suivante, c’est l’Europe centrale et Vienne, avec Arnold Schoenberg, Alban Berg et Anton Webern. Pour les Ballets russes de Diaghilev, Poulenc compose la partition des Biches, créées début 1924 à Monte-Carlo.

En 1927, Poulenc acquiert une maison à Noizay, en Touraine. Loin de l’agitation parisienne, il y composera une bonne partie de son œuvre. Il souhaite alors épouser Raymonde Linossier, mais sa proposition reste sans suite – son amie mourra subitement en 1930. Pendant la composition de la partition du ballet Aubade, il traverse sa première dépression, qui correspond à la découverte (ou à l’acceptation) de son homosexualité.

Poulenc et le baryton Pierre Bernac constituent un duo piano-chant à partir d’avril 1935. Les nombreux récitals qu’ils donneront en France et à l’étranger seront pour le compositeur une source régulière de revenus et l’amèneront à composer presque les deux tiers de son corpus de mélodies. Alors qu’il vient d’apprendre le décès brutal de Pierre-Octave Ferroud, Poulenc visite en 1936 le sanctuaire de Rocamadour. Ces chocs émotionnels le ramènent à la foi et lui inspirent les Litanies à la vierge noire de Rocamadour, sa première œuvre religieuse.

Le musicien est mobilisé entre début juin et mi-juillet 1940. En 1942 a lieu à l’Opéra la première du ballet Les Animaux modèles, dont il a écrit la partition. Sa cantate profane Figure humaine, composée sous l’Occupation sur des poèmes résistants d’Éluard et imprimée clandestinement, est créée en 1945 à Londres.

De l’une des rares liaisons féminines de Poulenc naît sa fille Marie-Ange, en 1946. Son premier opéra, Les Mamelles de Tirésias, tiré de la pièce d’Apollinaire, est créé en 1947 à l’Opéra-Comique. Denise Duval, qui tient le rôle-titre, devient l’une des proches du musicien qui, avec Bernac, effectue sa première tournée américaine en novembre-décembre 1948, puis la deuxième en janvier-mars 1950.

En janvier-mars 1952 a lieu la troisième tournée américaine de Poulenc et Bernac. Les Entretiens avec Claude Rostand paraissent en 1954 chez Julliard (Paris). À cette période, Poulenc entreprend la composition des Dialogues des Carmélites, sur un texte de Georges Bernanos. Il traverse cependant une crise profonde, liée à ses problèmes sentimentaux et aux incertitudes juridiques concernant son opéra. Celui-ci est créé à la Scala de Milan en janvier 1957, puis en juin à l’Opéra de Paris, avec Denise Duval dans le rôle principal.

En 1958 paraît chez Plon une première biographie, encouragée par le compositeur, sous la plume du critique Henri Hell. Un troisième opéra, La Voix humaine, écrit pour Denise Duval sur un texte de Cocteau, est créé en janvier 1959. Peu après, Poulenc donne un concert pour ses 60 ans. C’est aussi la fin de son duo avec Bernac, qui monte sur scène pour la dernière fois.

En février-mars 1960, Poulenc effectue avec Denise Duval une nouvelle tournée aux États-Unis. Il y retourne une dernière fois en janvier 1961, pour la création de son Gloria. Chez La Palatine paraît alors son livre Emmanuel Chabrier, consacré à celui qu’il considère comme son grand-père musical.

Poulenc achève les Répons des ténèbres, compose sa Sonate pour clarinette et sa Sonate pour hautbois, sa dernière œuvre. Le 30 janvier 1963, il meurt d’une crise cardiaque à son domicile de la rue de Médicis à Paris, à l’âge de 64 ans. Il ne laisse aucune partition inachevée. Quelques mois après paraît chez La Palatine Moi et mes amis, une série d’entretiens avec son ami Stéphane Audel.


© Ircam-Centre Pompidou, 2020

Liens Internet

Bibliographie sélective

Écrits de Francis Poulenc
  • Francis POULENC, Correspondance (1910-1963), réunie, choisie, présentée et annotée par Myriam Chimènes, Fayard, Paris, 1994.
  • Francis POULENC, Correspondance (1915-1963), réunie par Hélène de Wendel, préface de Darius Milhaud, Editions du Seuil, Paris, 1967.
  • Francis POULENC, Emmanuel Chabrier, Editions de la Palatine, Paris-Genève, 1961.
  • Francis POULENC, Entretiens avec Claude Rostand, Editions Julliard, Paris, 1954.
  • Francis POULENC, Journal de mes mélodies (nouvelle édition), texte intégral présenté par Renaud Machart, préface de Denise Duval, Editions Cicero, Paris, 1993.
  • Francis POULENC, Moi et mes amis, confidences recueillies par Stéphane Audel, Editions de la Palatine, Paris, Genève, 1963.
Écrits sur Francis Poulenc
  • Pierre BERNAC, Francis Poulenc et ses mélodies, Buchet/Chastel, Paris, 1978.
  • Keith W. DANIEL, « Francis Poulenc. His artistic development and musical style », in Studies in Musicology n° 52, UMI Research Press, 1982.
  • Gary Lee EBENSBERGER, The Motets of Francis Poulenc, University of Texas, Austin, 1970.
  • Henri HELL, Francis Poulenc, musicien français, Plon, Paris, 1958.
  • Henri HELL, « La Musique religieuse de Francis Poulenc », in La Revue Musicale n° 26, Paris, 1952. p. 53-58.
  • C. M. HERROLD, Francis Poulenc’s Dialogue des Carmélites. An Historical, literary, textual and musical analysis, Eastman School of Music, Rochester, 1975.
  • Renaud MACHART, Francis Poulenc, Editions du Seuil, collection « Solfèges », Paris, 1995.
  • Jean Francis ROY, Poulenc, L’homme et son œuvre, Editions Seghers, Paris, 1964.

Discographie sélective

  • Francis POULENC, Presto ; Mélancolie ; Suite française d’après Claude Gervaise ; Nocturnes ; Mouvements perpétuels ; Villageoises ; Trois Pièces, dans « Pièces Pour Piano », 1 CD Arion, 2008, ARN48346.
  • Francis POULENC, Pierre Dervaux : direction, dans « Dialogues Des Carmélites », 2 CD EMI Classics, 2004, 7243 5 62751 2 6.
  • Francis POULENC, Sept chansons ; Figure humaine ; Un soir de neige, Chœur de chambre Accentus, Laurence Equibel : direction, dans « Figure Humaine », 1 CD Naïve, 2001, V 4883.
  • Francis POULENC, Histoire de Babar, le petit éléphant ; Léocadia, dans « Complete Chamber Music, Vol. 5 », 1 CD Naxos, 2000, 8.553615.
  • Francis POULENC, Le Bal masqué ; Le Bestiaire ; Quatre poèmes de Max Jacob ; Rhapsodie nègre ; Cocardes, dans « Complete Chamber Music, Vol. 4 », 1 CD Naxos, 2000, 8.553614.
  • Francis POULENC, Capriccio d’après Le Bal masqué ; Sonate pour deux pianos ; Sonate pour deux clarinettes ; Sonate pour clarinette et basson ; Sonate pour cor, trompette et trombone, dans « Complete Chamber Music, Vol. 3 », 1 CD Naxos, 2000, 8.553613.
  • Francis POULENC, Sonate pour violon et piano ; Le Bal masqué ; Sonate pour clarinette et piano ; Sonate pour violoncelle et piano, dans « Complete Chamber Music, Vol. 2 », 1 CD Naxos, 2000, 8.553612.
  • Francis POULENC, Sextuor ; Sonate pour hautbois et piano ; Trio pour piano, hautbois et basson ; Sonate pour flûte et piano ; Villanelle, dans « Complete Chamber Music, Vol. 1 », 1 CD Naxos, 2000, 8.553611.
  • Francis POULENC, Quatre motets pour le temps de Noël ; Quatre petites prières de Saint François d’Assise ; Messe ; Quatre motets pour un temps de pénitence, Chœur de chambre Accentus, Laurence Equibel : direction, dans « Œuvres Sacrées », 1 CD Accord, 1997, 205892.
  • Francis POULENC, Les Biches ; Les Mariés de la Tour Eiffel ; Suite française d’après Claude Gervaise ; Les Animaux modèles; Sinfonietta ; Deux marches et un intermède ; Concert champêtre ; Concerto pour deux pianos, dans « Oeuvres Orchestrales », 2 CD EMI Classics, 1990, 7243 5 69446 2 6.
  • Francis POULENC, Trio pour piano, hautbois et basson ; Sonate pour clarinette et piano ; Élégie ; Sonate pour flûte et piano ; Sextuor, dans « Chamber Music (Kammermusik · Musique De Chambre) (2 Sonatas · Trio · Sextet · Elegie) », 1 CD Deutsche Grammophon, 1989, 427 639-2. 
  • Francis POULENC, Les Biches ; Deux Novelettes ; Aubade ; Caprice pour piano ; Huit nocturnes ; Airs chantés ; Trois Mouvements perpétuels ; Trio pour piano, hautbois et basson ; Quinze improvisations ; Le Bestiaire, dans « Poulenc D’après Poulenc », 1 CD Pearl, 1988, GEMM CD 9311.
  • Francis POULENC, Exultate Deo ; Litanies à la Vierge Noire ; Quatre motets pour un temps de pénitence ; Salve Regina ; Laudes de Saint Antoine de Padoue ; Quatre motets pour le temps de Noël, John Alldis : direction, dans « Chœurs A Cappella », 1 CD EMI Classics, 1987, 7243 5 65165 2 6.
  • Francis POULENC, Nouvel Orchestre Philharmonique De Radio-France, Georges Prêtre : direction, dans « Sept Repons Des Ténèbres, Sécheresses », 1 vinyle EMI, 1984, 1731951.
  • Francis POULENC, Anne Béranger : soprano, Sétrak : piano, dans « La Voix Humaine », 1 vinyle Le Chant du Monde, 1982, LDX 78733.
  • Francis POULENC, Georges Prêtre : direction, dans « Stabat Mater / Gloria », 1 vinyle EMI, 1978, 5C 051-14198.
  • Francis POULENC, Jacques Février : piano, dans « Les Soirées De Nazelles - Improvisations - Thèmes Variés - Napoli », 1 vinyle La Voix de son Maître, 1970, 2 C 063-10739.
  • Francis POULENC, Georges Prêtre : direction, dans « La Voix Humaine », 1 vinyle Guilde du disque, 1964.
  • Francis POULENC, Sextuor ; Hôtel ; Voyage à Paris ; “C” ; Sonate pour deux pianos, dans « The Art Of Francis Poulenc », 1 vinyle, Columbia Masterworks, 1963, ML 5918.
  • Francis POULENC, Orchestre De La Société Des Concerts Du Conservatoire, Jacques Février : piano, Aimée Van De Wiele : clavecin, Georges Prêtre : direction, dans « Concert Champêtre For Harpsichord And Orchestra / Concerto In D Minor For Two Pianos And Orchestra », 1 vinyle Angel Records, 1962, 35993.
  • Francis POULENC, Orchestre De L’association Des Concerts Colonne, Louis Frémaux : direction, dans « Stabat Mater », 1 vinyle Vega, 1956, C 35 A 1.