updated 10 February 2021

Brice Pauset

Compositeur français né le 17 juin 1965 à Besançon.

Né le 17 juin 1965 à Besançon, Brice Pauset étudie le piano, le violon, la musique de chambre, l’analyse et l’écriture au Conservatoire de région de Besançon de 1973 à 1984. Il entre ensuite au Conservatoire de région de Boulogne-Billancourt (1984-1986), où il suit les cours de composition et de musique électro-acoustique de Michel Zbar, tout en préparant un doctorat en philosophie médiévale à l’Université de Louvain, où il s’intéresse aux thèses anti-thomistes. Il se perfectionne également en piano auprès de Gérard Frémy, Jean Koerner et Claude Helffer, ainsi qu’en musique baroque et dans l’étude et la fabrication des instruments anciens. En 1988, il est admis au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, dans la classe de composition de Michel Philippot et dans la classe d’orchestration et de composition de Gérard Grisey. Il y suit des master-classes de Pierre Boulez, Henri Dutilleux, Brian Ferneyhough, Klaus Huber et Karlheinz Stockhausen, et y obtient un Premier Prix de composition en 1991, avant d’entrer en cycle de perfectionnement en 1992, auprès de Gérard Grisey et d’Alain Bancquart.

Parallèlement, il étudie la composition avec Franco Donatoni à Sienne (1988-1991). Après avoir enseigné l’analyse et l’esthétique au Conservatoire de région de Besançon et à l’IUFM de Franche-Comté (1991-1993), il participe en 1994 au cursus de composition et d’informatique musicale de l’Ircam (avec Antoine Bonnet, Marc-André Dalbavie, Brian Ferneyhough, Philippe Manoury, Tristan MurailRoger Reynolds et Marco Stroppa), et, l’année suivante, à la session de composition de l’Abbaye de Royaumont (avec Brian Ferneyhough  et Michael Jarrell).

En 1994, il est boursier de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la vocation. Depuis, il partage ses activités entre la composition, l’interprétation (au clavecin et au piano) de ses œuvres et des répertoires baroques et classiques, la réflexion esthétique et l’enseignement, donnant en 2001 des master-classes de composition à l’Abbaye de Royaumont, aux côtés de Brian Ferneyhough et Stefano Gervasoni, et enseignant, ponctuellement, à Paris, Rome, Zürich, Berlin ou Francfort. Depuis 2010, il est professeur de composition à la Musikhochschule de Freiburg-im-Breisgau, où il dirige également le département de musique contemporaine. Il est directeur artistique de l’Ensemble Contrechamps depuis 2012.

Brice Pauset collabore avec l’Ircam, le Festival d’Automne à Paris, Ars Musica, Ultraschall et Wien Modern, les radios SWR de Baden-Baden et WDR de Cologne, le Quatuor Diotima, les ensembles Accroche Note, Contrechamps, Lucilin, Modern, Recherche, l’Ensemble Intercontemporain, le Klangforum Wien, le Konzerthaus de Berlin, avec des solistes comme Irvine Arditti, Jean-Pierre Collot, Marc Coppey, David Grimal, Nicolas Hodges ou Andreas Steier, et les chefs Stefan Asbury, Sylvain Cambreling, Johannes Kalitzke, Jonathan Nott, Emilio Pomárico, Kwamé Ryan ou Pierre-André Valade.

En 2004-2005, il est compositeur en résidence au Nationaltheater de Mannheim, en compagnie de la compositrice Isabel Mundry et de la chorégraphe Reinhild Hoffmann, pour l’opéra Das Mädchen aus der Fremde, et devient, en 2007, boursier de la Fondation Heinrich Strobel. De 2010 à 2015, il est en résidence à l’Opéra de Dijon. En février 2020, son premier grand opéra STRAFEN d’après Kafka est créé à l’Opéra de Dijon.

Son travail regroupe une soixantaine d’œuvres vocales, solistes, d’ensemble ou d’orchestre, caractérisées par la subtile complexité de leur tissu polyphonique, leur connivence avec le passé musical médiéval et baroque, y compris instrumental (clavecin, pianoforte, viole d’amour, théorbe…), ainsi que par la permanence de significations métaphysiques. Parmi ses projets figurent un monodrame, Exercices du silence, pour voix, piano et scène (Festival d’Automne à Paris, 2008), Das Dornröschen, pour quatuor à cordes, double chœur et orchestre (création en 2012 ar le Quatuor Arditti et le Chœur et l’Orchestre de la WDR), un triptyque pour grand orchestre, solistes et électronique (productions : WDR, SWR et Bayerischer Rundfunk), et le cycle Theorie der Tränen, pour voix, solistes, ensemble et orchestre. Brice Pauset vit actuellement en Allemagne.


© Ircam-Centre Pompidou, 2019

Sources

  • Éditions Lemoine.

Extraits d’ouvrages collectifs ou articles de pérodiques

  • Das Mädchen aus der Fremde. Musik-Theater von Reinhild Hoffmann, Isabel Mundry, Brice Pauset, Programme pour les représentations de mai-juin 2005, Mannheim, Nationaltheater, 2005.
  • Marc BATTIER, « Perspectivae sintagma I » de Brice Pauset, Paris, Ircam, 2002.
  • Marc BATTIER, « Perspectivae sintagma II » de Brice Pauset, Paris, Ircam, 2002.
  • Lambert DOUSSON, « Une critique musicale de la culture ? Deux corps (Galatée à l’usine) de Brice Pauset », dans Changer l’art, transformer la société. Art et politique 2, textes réunis par J.-M. Lachaud et O. Neveux, Paris, L’Harmattan, coll. « Ouverture philosophique », 2009, p. 217-232.
  • Laurent FENEYROU, « Déclinaisons de la mélancolie. À propos des Vanités de Brice Pauset ».
  • Giordano FERRARI, « Perspectivae sintagma I : une analyse », dans L’Inouï (Nicolas Donin, sous la dir. de), Paris, Ircam / Leo Scheer, 2005, n° 1, p. 91-108.
  • Brice PAUSET, « Moments de la forme et de l’écriture dans la composition musicale », dans Césure. Revue de la Convention psychanalytique, 1996, n° 10, p. 225-238.
  • Brice PAUSET, « Autonomie et pédagogie de la fragilité », dans Enseigner la composition (Peter Szendy, sous la dir. de), Paris, Ircam / L’Harmattan, 1998, p. 217-228.
  • Brice PAUSET, « La transcription comme composition de l’écoute », dans Arrangements-dérangements. La transcription musicale aujourd’hui (Peter Szendy, sous la dir. de), Paris, Ircam / L’Harmattan, 2000, p. 131-140.
  • Brice PAUSET, « Au sujet de la Symphonie III (Anima mundi) », dans L’Inouï, Paris, Ircam / Leo Scheer, 2005, n° 1, p. 83-90.
  • Brice PAUSET et Andreas STAIER, « Sous-tendre, sous-entendre. Dialogue », dans L’Inouï, Paris, Ircam / Leo Scheer, 2005, n° 1, p. 124-133.
  • Brice PAUSET, « Das Einfachste, schwer zu machen », dans Circuit. Musiques contemporaines (Nicolas Donin et Jonathan Goldman, sous la dir. de), 2005, n° XV/3, p. 71-72.
  • Peter SZENDY, « Nachdruck. Post-scriptum rhétorique pour les Perpectivae de Brice Pauset », dans L’Inouï, Paris, Ircam / Leo Scheer, 2005, n° 1, p. 109-123.

Discographie

  • Brice PAUSET, Theorie Der Tränen: Schlamm ; Eurydice ; Un-Ruhe II, Ensemble Alternance, dans « Schlamm », 1 CD Stradivarius, 2019, STR 37121.
  • Brice PAUSET, Canons, Nicolas Hodges, piano, 2 CD Wergo, 2017, WER 7365 2.
  • Brice PAUSET, Der Geograph, Les Voix Humaines, Concerto I, Dornröschen, 2 CD æon, 2016, AECD 1652.
  • Brice PAUSET, Kontrepartita, David Grimal, violon, dans « Bach/Grimal », 2 CD Ambroisie, 2008, AM 101.
  • Brice PAUSET, Eleusis (an Hölderlin), Ensemble Accroche Note, CD Empreinte digitale, 2007, n° ED 13229-NTO 088.
  • Brice PAUSET, Vier Variationen, Ensemble Lucilin, CD Fuga libera, 2007, n° FUG 533.
  • Brice PAUSET, Entrée, Andreas Staier, clavecin, CD Harmonia mundi, 2005, n° HMC 901898.
  • Brice PAUSET, Kinderszenen mit Robert Schumann, Remix Ensemble, Stefan Asbury, dir., 2 CD Numérica, 2004, n° NUM 1126.
  • Brice PAUSET, Demosthenes on the Seashore, National Chamber Choir, Celso Antunes, dir., CD National Gallery of Ireland, 2004, n° NGI 01.
  • Brice PAUSET, Henry Purcell : In Nomine Broken Consort Book, Ensemble Recherche, 2 CD Kairos, 2004, n° KAI 0012442.
  • Brice PAUSET, Franz SCHUBERT, Kontra-Sonate 1er mouvement, Sonate op.42 D845, Kontra-Sonate 2e mouvement, dans « Sonate – Kontra-Sonate », Andreas Staier (pianoforte), CD Aeon, 2004, n° AECD 0421.
  • Brice PAUSET, Six Pièces pour orgue (extraits), dans « Passions - Un orgue baroque pour la création », Jean-Christophe Revel, orgue, avec des pièces de Claudio Merulo, Régis Campo, Louis Couperin, Edith Canat de Chizy, Nicolas de Grigny, Gérard Pesson, Bruno Mantovani, 1 CD aeon, 2004, AECD 0420.
  • Brice PAUSET, Adagio dialettico, Trio Accanto, CD Assai, 2003, n° 222502-MU750.
  • Brice PAUSET, Huit Canons (Goldberg-Ausbreitungen), Six Préludes, Ljusare, Variations Op.27 de Webern (version pour piano avec ensemble), In Nomine Broken Consort Book (I. In stylo fantastico), dans « Préludes », Christian Hommel, hautbois d’amour, Melise Mellinger, violon, Brice Pauset, clavecin, Klaus Steffes-Holländer, piano, Ensemble Recherche, dir. Kwamé Ryan, CD Aeon, 2002, n° AECD 0207.
  • Brice PAUSET, Perspectivae sintagma I, Jean-Luc Plouvier, piano, 3 CD col legno, 1998, n° WW 20026.
  • Brice PAUSET, Quatre canons (Les Saisons), Nicolas Miribel, violon, Atelier instrumental du Conservatoire, Alain Bancquart, dir., dans Journées de la composition 1994, CNSMDP, 3 CD.
  • Brice PAUSET, Trois canons, Ensemble L’Itinéraire, Pascal Rophé, dir., CD Fonit-Cetra, 1991, n° 8-003927-000131.

Site Internet