updated 7 December 2007
© Franco Lecca

Valerio Sannicandro

Compositeur italien né le 16 janvier 1971.

Valerio Sannicandro étudie l’alto et la composition en Italie où il est diplômé en 1995. En Allemagne, il se perfectionne à l’alto à la Folkwang Musikhochschule d’Essen, et suit les master classes de Barbara Maurer et Garth Knox, à la suite desquelles il décide de se consacrer à la musique contemporaine. Il débute sa carrière d’altiste en soliste et en formation de chambre et se fait interprète, entre autres, de Sciarrino, Grisey, Maderna, Scelsi, Murail.

Il va suivre à Cologne l’enseignement de York Höller (successeur de Stockhausen à la direction artistique du studio de la WDR) et rédige une thèse : “Komposition als semiotischer Prozess”.

Sa rencontre avec Peter Eötvös le conduit vers la direction d’orchestre. Il fait ses premières apparitions en tant que chef d’orchestre à Cologne (Triennale Köln, orchestre de la WDR dans la première mondiale de Hoch-Zeiten de K. Stockhausen), Darmstadt (Ferienkurse), Espagne (Festival des Canaries) et Avignon (Centre Acanthes). Il dirige l’ensemble e-mex à Cologne, avec lequel il interprète des œuvres de Donatoni, Carter, Grisey et enregistre pour la radio allemande.

Il prolonge à Francfort ses études de composition avec Hans Zender, travaille la musique électronique avec Dirk Reith à Essen et, à Paris, avec Emmanuel Nunes. Il participe au cursus de composition et d’informatique musicale de l’Ircam en 2003/2004.

Valerio Sannicandro est lauréat de plusieurs concours de composition en Italie et en Allemagne, parmi lesquels, Musica Viva de Munich en 2002 et le Kranichsteiner Musikpreis en 2000 de Darmstadt. Il est invité pour des conférences à Prague (Académie de musique), Berlin (Humboldt-Universität) et en 2002, et aux cours d’été de Darmstadt. Ses œuvres sont jouées à travers toute Europe, ainsi qu’aux Etats-Unis, au Canada et au Japon.

À travers ses recherches et ses compositions, Valerio Sannicandro montre un intérêt particulier pour la sémiotique, c’est-à-dire pour le fonctionnement même de la signification musicale, par comparaison avec d’autres systèmes sémiotiques, dont le langage parlé. Puisque l’art est pour lui vecteur de communication, il prend soin d’élaborer pour chaque œuvre une syntaxe entre des « objets » musicaux définis sur les plans du caractère musical, de l’harmonie et de la qualité sonore. Une stratégie globale vient toujours orienter le déroulement musical selon un discours, une dramaturgie perceptible : non seulement grâce à la conception de la grande forme de nature narrative, mais aussi par le contrôle local du poids et du sens de chaque évènement par rapport au contexte. Depuis quelques années, l’espace est devenu une dimension essentielle dans sa réflexion de compositeur : citons Aliae naturae (2004, avec les moyens techniques de spatialisation de l’Ircam) ou Fibrae (2005, réalisation à l’Experimentalstudio de la Heinrich-Strobel-Stiftung de Freiburg). Compositeur associé à l’Ircam, il approfondit aujourd’hui sa réflexion sur l’intégration de l’espace architectonique comme dimension à part entière de la composition, à laquelle d’autres paramètres peuvent être subordonnés (rythme, intensité), ou qui influe sur la transformation du son lui-même. Ce travail prend forme dans l’œuvre Ius lucis (créé en juin 2007 au festival Agora) pour deux ensembles live répartis dans deux salles de concert et dispositif électronique.


© Ircam-Centre Pompidou, 2007

Sources

Site du compositeur (voir ressources documentaires) ;
Éditions Suvini Zerboni ;
Meret Forster : livret du cd Chamber music, Telos-records, TLS 105.

  • Musique soliste (sauf voix)
    • 'Ein for viola (1998-1999), 5 mn, partition retirée du catalogue
    • elec ircam Ircam cursus Aliae naturae for violin and electronics (2004), 16 mn, Suvini Zerboni
    • Apogeo/Ipogeo for trombone (2001), 10 mn, partition retirée du catalogue
    • Chains for oboe (2002-2003), 15 mn, pas d'éditeur
    • Le nuove forme for piano (2000), 7 mn, Suvini Zerboni
    • Sacrae Cantiones I-III for piano (2001), 10 mn, partition retirée du catalogue
    • Scan for flute (1998), 5 mn, partition retirée du catalogue
  • Chamber music
    • All shadows of red and yellow for flute in G, viola and harp (2006), 7 mn, Suvini Zerboni
    • Clinamen for bass flute, English horn and bassoon (2006), 10 mn, pas d'éditeur
    • Dans un sentiment sourd et tumultueux for flute and piano (2000), 8 mn, pas d'éditeur
    • elec stage Epistolae III for bass flute, percussion and electronics (2003), 16 mn, Suvini Zerboni
    • LLANTO for oboe and double-bell trumpet (or traditional trumpet) (2005), 10 mn, Suvini Zerboni
    • Memos for clarinet in Bb (or bass clarinet), cello and percussion (2000), 15 mn, partition retirée du catalogue
    • Per il vuoto sospeso dell'assenza for flute and clarinet (1998), 11 mn, Suvini Zerboni
    • Quadranti for four trombones (2004), 6 mn, Suvini Zerboni
    • Renaissance for violin and piano (2000), 7 mn, Suvini Zerboni
    • Repercussio for cello and piano (2002), 10 mn, Suvini Zerboni
  • Musique instrumentale d'ensemble
  • Musique concertante
    • Births for large ensemble with solo percussion (2002), 22 mn, Suvini Zerboni
    • elec Fibrae for two soloists, chamber orchestra and electronics (2005), 24 mn, pas d'éditeur
  • Vocal music and instrument(s)
  • Musique vocale a cappella
    • Anteterrae for choir (2005), 7 mn, Suvini Zerboni
    • Strali for voice (2001), 10 mn, Suvini Zerboni

Discographie

  • Valerio SANNICANDRO, Ius Lucis, Ensemble Musikfabrik, direction : Pierre-André Valade, 1 sacd Wergo ZKM, 2011, WER 20652.
  • Valerio SANNICANDRO, Dans un sentiment sourd et tumultueux, Fabio Bacelle, flûte, Alessia Toffanin, piano, Interensemble (Padoue, Italie), avec des œuvres de Sergio Lauricella, Moritz Eggert, Luigi Manfrin, Paolo Rismondo, Francesca Virgili, dans Quarta rassegna nuova musica - Udine, 1 cd Taukay, 2000, TAUKAY 188.
  • Valerio SANNICANDRO, Environments pour orchestre, Mendelssohn Kammerorchester, Evan Christ, dir., avec des œuvres de Mendelssohn, Ibert, Haydn, 1 cd, 2000, édition de la Hochschule für Musik und Theater Leipzig, CONS 20201.
  • Valerio SANNICANDRO, Epistolae III, avec C. Levine, flûte basse, S. Blum, percussions, dans le cd « Dialogues », avec des œuvres d’Isabel Mundry, Annette Schlünz, Laurie Schwartz, Christopher Reiserer, Beat Furrer, Josef Anton Riedl, 1 cd Musicaphon, M55715.
  • Valerio SANNICANDRO, Llanto, Marco Blaaw trompette à double pavillon, et Peter Veale, hautbois, avec des œuvres de Gerald Barry, Hanna Kulenty, Mauricio Kagel, Luciano Berio, György Ligeti, dans le cd « Hot », BVHAAST, 0406.

Liens Internet