updated 28 April 2014

André Jolivet

Compositeur français né le 8 août 1905 à Paris, mort le 20 décembre 1974 à Paris.

Fils d’artistes amateurs (mère pianiste, père peintre), André Jolivet commence à étudier piano et solfège en 1909 auprès d’Henriette Fleurmann, avant de s’essayer brièvement à la clarinette puis, plus sérieusement, au violoncelle (vers 1918) et d’intégrer le cercle musical de l’église Notre-Dame-de-Clignancourt, dirigé par l’abbé Théodas. Instituteur des écoles de la Ville de Paris (de 1924 à 1942), il assume très tôt sa vocation musicale, prenant des cours d’écriture et d’orchestration auprès de Paul Le Flem (1927-1932), et de composition avec Edgard Varèse (1929-1933).

En 1931, Jolivet compose son Quatuor à cordes (son « testament scolaire », révisé en 1934), et est pour la première fois joué en public (création de Trois Temps n°1 pour piano à la Société Nationale de Musique). Hôte ensuite régulier de la S.N.M. (où seront notamment jouées les Cinq incantations pour flûte), il participe successivement à l’institution de deux sociétés de concert : la Spirale (1935-1937), dont la première séance permettra la création de Mana, et Jeune-France (fondé en 1936 avec Yves Baudrier, Daniel-Lesur et Olivier Messiaen). Conférences et articles lui permettent de commencer à formaliser et diffuser sa pensée esthétique, adossée à un engagement politique à gauche.

Après un premier mariage avec la violoniste Martine Barbillon (1929), mère de Françoise-Martine (née en 1930), Jolivet épouse en 1933 Sarah Hilda Ghuighui, dont il aura trois enfants — Pierre-Alain (1935), Christine (1940) et Merri (1943). Juive, Hilda eut à traverser la Seconde Guerre mondiale sous la menace des lois antisémites de Vichy. André, revenu de la campagne armée (dont l’expérience inspirera les Les Trois Complaintes du Soldat), n’en ancre pas moins sa place dans le monde musical français. Membre de l’Association de Musique Contemporaine (1940) et du Groupement des Compositeurs de Paris (1943), il compose le ballet Guignol et Pandorepour l’Opéra de Paris (1944), participe à des jurys du Conservatoire (pour le concours de flûte duquel il compose en 1944 Le Chant de Linos), rédige un ouvrage sur Beethoven (publié en 1955) et travaille ponctuellement pour la Comédie-Française. Il compose pour elle, et fait là ses premières armes de chef d’orchestre (Le Soulier de satin, 1943) avant d’y être élu directeur de la musique (1945-1959). Cette compétence lui permettra après 1945 de diriger sa musique partout dans le monde.

Car l’après-guerre est le temps de la consécration, nationale et internationale. Compositeur prolixe, du solo (deux Sonates pour piano, 1945 et 1957 ; Cinq Eglogues pour alto, 1967 ; Ascèses pour clarinette, 1967) à l’orchestre (12 concertos pour divers instruments, 1948-1972 ; trois Symphonies, 1953, 1959 et 1964) en passant par l’effectif de chambre (Rhapsodie à sept, 1957 ; Cérémonial pour percussions, 1966) ou différents dispositifs vocaux (Epithalame, 1953 ; La Vérité de Jeanne, 1956 ; Le Cœur de la matière, 1965), Jolivet œuvre tant pour le concert que pour la scène (danse et théâtre). Des voyages en Autriche et en Hongrie (1949), aux U.S.A. (1960, 1964), au Japon (1959, 1970) ou en U.R.S.S. (huit tournées entre 1966 et 1974) signalent, parmi d’autres, sa large diffusion à l’étranger. Ce succès, scandé par sept Grands Prix du Disque, n’empêche pas certains scandales : créations tumultueuses des symphoniques Cinq danses rituelles en 1944 ou du Concerto pour piano en 1951.

Impliqué auprès de certaines structures de diffusion – il préside l’Association des Concerts Lamoureux (1962-1968) –, Jolivet s’emploie à défendre les conditions de travail du musicien : il est élu, en 1965, président d’honneur du Syndicat National des Artistes Musiciens et président de la Fédération Nationale du Spectacle-C.G.T., avec laquelle il participera aux événements de mai 1968.

Chevalier de la Légion d’Honneur (1955) et Commandeur dans l’Ordre National du Mérite et des Lettres (1973), Jolivet est appelé comme conseiller technique (1959-1962) au ministère des Affaires culturelles, et siège en 1962 aux Commission des IVe et Ve Plans. Il fonde en 1959 le Centre Français d’Humanisme Musical, stage de composition et d’interprétation implanté à Aix-en-Provence, et abandonné en 1963. Il poursuivra ce travail d’enseignant au Conservatoire de Paris, où il reprend la classe de composition de Jean Rivier et Darius Milhaud (1966-1970).

Il meurt le 20 décembre 1974, laissant inachevé son opéra Bogomilé.


© Ircam-Centre Pompidou, 2014

Sources

  • Suzanne Demarquez, André Jolivet, Paris, Ventadour, 1958.
  • Pierre Gaucher, De La Spirale au groupe Jeune France (1935-1945). Les tourments d’une avant-garde musicale, Thèse de doctorat de Musicologie, Université de Tours, 2001.
  • Hilda Jolivet, Avec… André Jolivet, Paris, Flammarion, 1978.
  • Lucie Kayas, André Jolivet, Paris, Fayard, 2005.
  • Jean-Claire Vançon, André Jolivet, Paris, Bleu Nuit, 2007.

Catalog sources and details

  • Lucie KAYAS, André Jolivet (1905-1974). Catalogue raisonné, tapuscrit inédit, 2006.

Catalog source(s)

  • Lucie KAYAS, André Jolivet (1905-1974). Catalogue raisonné, tapuscrit inédit, 2006.

Bibliographie

  • Leslie A. SPROUT, « Messiaen, Jolivet and the Soldier-Composers of Wartime France », The Musical Quarterly, LXXXVII/2 (2004), p. 259-304.
  • Julian ANDERSON, « Messiaen and the Notion of Influence », Tempo, LXIII/247 (janvier 2009), p. 2-17.
  • Laetitia CHASSAIN, André Jolivet : la force de l’intuition, Thèse de musicologie, CNSNMDP, 1999.
  • Laetitia CHASSAIN et Lucie Kayas (dir.), André Jolivet. Portraits, Arles, Actes Sud, 1994.
  • Bridget CONRAD, The Sources of Jolivet’s Musical Language and his Relationships with Varèse and Messiaen, Ph.D., City University of New York, 1994.
  • Luisa CURINGA, André Jolivet e l’umanismo musicale nella cultura francese del Novecento, Rome, Edicampus Edizioni, 2013.
  • Suzanne DEMARQUEZ, André Jolivet, Paris, Ventadour, 1958.
  • Jane F. FULCHER, The Composer as Intellectual : Music and Ideology in France, 1914-1940, Oxford/New York, Oxford University Press, 2005.
  • Henri GAUBERT, « Comment ils travaillent…André Jolivet », Musica , n°5 (février 1957), p. 7 ; repr. in EAJ, I, p. 260.
  • Pierre GAUCHER, De La Spirale au groupe Jeune France (1935-1945). Les tourments d’une avant-garde musicale, Thèse de doctorat de Musicologie, Université de Tours, 2001.
  • André JOLIVET, Écrits, textes transcrits, présentés et annotés par Christine Jolivet-Erlih, Paris, Delatour, 2007, 2 vol.
  • André JOLIVET et Edgard VARESE, Correspondance. 1931-1935, établie, annotée et présentée par Christine Jolivet-Erlih, Genève, Editions Contrechamps, 2002.
  • Hilda JOLIVET, Avec… André Jolivet, Paris, Flammarion, 1978.
  • Lucie KAYAS, André Jolivet, Paris, Fayard, 2005.
  • Lucie KAYAS (dir.), Portrait(s) d’André Jolivet, Paris, B.N.F., 2005.
  • Lucie KAYAS, André Jolivet (1905-1974). Catalogue raisonné, tapuscrit inédit, 2006.
  • Gérard MOINDROT, Approches symboliques de la musique d’André Jolivet, Paris, L’Harmattan, 1999.
  • Caroline RAE (dir.), André Jolivet : Music, Art and Literature, Farnham, Ashgate, à paraître.
  • Nigel SIMEONE, « Group Identities : La Spirale and La Jeune France », Musical Times, CXLIII/1880 (automne 2002), p. 10-36.
  • Jean-Claire VANÇON, « Jolivet modal : une analyse du Chant de Linos », Traversières, 84 (juillet 2005), p. 39-49.
  • Jean-Claire VANÇON, André Jolivet, Paris, Bleu Nuit, 2007.
  • Jean-Claire VANÇON, « André Jolivet et le “carrefour” de l’après-guerre : choix esthétiques et carrière musicale », in Laurent FENEYROU et Alain POIRIER (dir.), De la Libération au domaine musical : dix ans de musique en France, 1944-1954, Paris, Vrin, 2018.
  • Jean-Claire VANÇON, La Spirale (1935-1937) : « Un nouveau groupement fondé sous l’égide de la Schola », Mémoire d’Histoire de la musique préparé sous la direction de Rémy Campos, Paris, C.N.S.M. de Paris, 2002.
  • André Jolivet, les objets de Mana, Les Cahiers du Musée de la Musique, n°3, Paris, Cité de la Musique, 2003.
  • Guide des œuvres d’André Jolivet , Paris, Association des Amis d’André Jolivet, 2006.

Discographie

  • André JOLIVET, Chamber Music for oboe and cor anglais, comprenant :Sérénadepour hautbois et piano ;Sonatinepour hautbois et basson ;Controversiapour hautbois et harpe ;Chant pour les piroguiers de l’Orénoquepour hautbois et piano ;Suite liturgique pour voix, cor anglais prenant le hautbois, violoncelle et harpe ; Stefan Schilli (hautbois et cor anglais), Christiane Karge (soprano), Cristina Bianchi (harpe), Marco Postinghel (basson), Sebastian Klinger (violoncelle), Oliver Triendl (piano) ; 1 CD Oehms Classics, 2013.
  • André JOLIVET, Complete Songs, comprenant : Deux Poésies de Francis Jammes ; Chewing-gum ; Faux Rayon ; Rondel « Au retour de dure prison » ; Chanson « La Mule de Lord Bolingbroke » ; Prière des treize hommes dans la mine ; Quatre Mélodies sur des poésies anciennes ; Le Chant des regrets ; Romantiques ; Le Jeu du camp fou ; Les Trois Complaintes du soldat;Trois Chansons de Ménestrel;Poèmes intimes;Trois Poèmes galants;Jardins d’hiver ; Sophie Marillet (mezzo-soprano), Christian Immler (baryton), René Perler (baryton), Filippo Farinelli (piano) ; 1 CD Brilliant Classics, 2011.
  • André JOLIVET, Epithalame pour orchestre vocal à 12 parties ; Madrigal pour quatre voix et quatre instruments ; Missa Uxor Tua ; SWR Vokalensemble Stuttgart (direction : Marcus Creed) ; 1 CD Carus, 2010.
  • André JOLIVET, Tu surgis de l’absence…, comprenant : Sonate pour flûte et piano ; Incantation « Pour que l’image devienne symbole », pour flûte en Sol ; Cinq Incantations pour flûte ; Ascèses pour flûte en Sol ; Chant de Linos pour flûte et piano ; Mario Caroli (flûte), Silva Costanzo (piano) ; 1 CD Stradivarius, 2008.
  • André JOLIVET, Cérémonial pour six percussionnistes, in Cérémonial ; SchlagEnsemble H-F-M (direction ; Christian Roderburg) ; 1 CD Cavalli, 2008.
  • André JOLIVET, Hommage à André Jolivet, comprenant : Nocturne pour violoncelle et piano ; Cinq Eglogues pour alto ; Ascèses pour clarinette ; Rhapsodie à sept ; Geneviève Teulières (violoncelle), Léa Roussel (piano), Alain Jeanneau (alto), Alain Marion (flûte), Michel Lethiec (clarinette), Les Solistes de Marseille (direction : Devy Erlih), 1 CD Lyrinx, 2007.
  • André JOLIVET, Mana pour piano ; Danses rituelles pour piano ; Marie-Josèphe Jude (piano) ; 1 CD Lyrinx, 2007.
  • André JOLIVET, Quatuor à cordes, Suite Rhapsodique pour violon, Nocturne pour violoncelle et piano, Cinq églogues pour alto ; Svetlin Roussev (violon), Eric Lacouts (violon), Hyo-Kyung (violon), Cédric Catrisse (alto), Delphine Biron (violoncelle), Odile Aubouin (alto), Kobiki Massanori (piano) ; 1 CD Saphir Productions, 2007.
  • André JOLIVET, Tombeau de Robert de Visée pour guitare, in : Guitare baroque et moderne ; Christian Rivet (guitare) ; 1 CD Zig-Zag Territoires, 2007.
  • André JOLIVET, Concerto pour violon in Jolivet : Concerto pour violon / Chausson : Poème, Isabelle Faust (violon), Deutsches Symphonie Orcchester (direction : Marko Letonja) ; 1 CD Harmonia Mundi Classique, 2006.
  • André JOLIVET, Music for flute, comprenant : Chant de Linos pour flûte, harpe et trio à cordes ; Sonate pour flûte et piano ; Cinq Incantations pour flûte ; Suite en concert pour flûte et percussions ; Cabrioles pour flûte et piano ; Eline van Esch (flûte), Eline van Esch Ensemble, 1 CD Etecetera, 2006.
  • André JOLIVET, L’œuvre pour trompette, comprenant : Concertino pour trompette, piano et orchestre à cordes ; Arioso barocco pour trompette et orgue ; Air de bravoure pour trompette et piano ; Heptade pour trompette et percussions ; Concerto pour trompette et orchestre n°2 ; Eric Aubier (trompette), Thierry Escaich (orgue), Didier Vérité (percussions), Orchestre du Théâtre National de l’Opéra de Paris, (direction : Marius Constant), Orchestre Lyrique de région Avigon Provence (direction : Xavier-François Bilger) ; 1 CD Arion, 2005.
  • André JOLIVET, L’œuvre intégrale pour violon, comprenant : Sonate pour violon et piano ; Incantation « Pour que l’image devienne symbole » pour violon ; Suite rhapsodique pour violon ; Concerto pour violon et orchestre ; Devy Erlih (violon), Manabu Sekiya (piano), Orchestre National de France (direction : Marius Constant), 1 CD Lyrinx, 2005.
  • André JOLIVET, Morceaux choisis, comprenant : Concerto pour harpe et orchestre de chambre ; Mana pour piano ; Pastorales de Noël pour flûte, basson et harpe ; Concerto pour ondes Martenot et orchestre ; Concerto pour basson, orchestre à cordes, harpe et piano ; Suite liturgique pour voix, cor anglais prenant le hautbois, violoncelle et harpe ; Cinq Incantations pour flûte : Eglogues pour alto ; Suite rhapsodique pour violon ; Lily Laskine (harpe), Francoise Gobet (piano), Maurice Allard (basson), Jean-Pierre Rampal (flûte), Jean Giraudeau (ténor), Serge Collot (alto), Devy Erlih (violon), Orchestre du Théâtre National de l’Opera de Paris (direction : André Jolivet), Orchestre des Cento Soli (direction : Rudolf Albert) ; 2 CDs Accord, 2005.
  • André JOLIVET, Hymne à Saint-André pour voix et orgue ; Hymne à l’univers pour orgue ; Arioso Barocco pour trompette et orgue ; Mandala pour orgue ; Noctune pour violoncelle et piano ; Daniel Roth (orgue), Dany Barraud (voix), René Périnelli (trompette), Jacqueline Robin (piano), Pierre Pénassou (violoncelle) ; 1 CD Arion, 2005.
  • André JOLIVET, Concerto pour percussions et orchestre ; Tom O’Kelly (percussions), Orchestra Ensemble Kanazawa (direction : Jean-Louis Forestier), 1 CD Warner, 2005.
  • André JOLIVET, Les enregistrements Erato, comprenant : Concertos pour violoncelle et orchestre n°1 et 2 ; Suite en concert pour violoncelle ; Concerto pour harpe et orchestre de chambre ; Concertino pour trompette, piano et orchestre à cordes ; Concerto pour trompette et orchestre n°2 ; Concerto pour ondes Martenot et orchestre ; Heptade pour trompette et percussions ; Arioso barocco pour trompette et orgue ; Concerto pour flûte et orchestre à cordes ; Suite en concert pour flûte et percussions ; Chant de Linos pour flûte, harpe et trio à cordes ; Cinq Incantations pour flûte ; Incantation « Pour que l’image devienne symbole », pour flûte en Sol ; Sérénade pour hautbois, piano et quintette à vent ; Cinq Danses rituelles pour orchestre ; Concerto pour basson et orchestre ; Suite liturgique pour voix, cor anglais prenant le hautbois, violoncelle et harpe ; Poèmes intimes pour voix et piano ; Maurice André (trompette), Jean-Pierre Rampal (flûte, flûte en Sol), Maurice Allard (basson), Lily Laskine (harpe), Jeanne Loriod (ondes Martenot), André Navarra (violoncelle), Mstislav Rostropovitch (violoncelle), Colette Herzog (soprano), Hedwig Bilgram (orgue), Annie d’Arco (piano), Sylvio Gualda (percussions), Quintette Marie-Claire Jamet, Quintette à vent français, Orchestre National de l’ORTF (direction : André Jolivet), Orchestre de l’Association des Concerts Lamoureux (direction : André Jolivet), Orchestre Jean-François Paillard (direction : André Jolivet), Orchestre de l’Opéra de Paris (direction : André Jolivet), Orchestre Philharmonique de Strasbourg (direction : Alain Lombard), Maîtrise de l’ORTF (direction : Jacques Jouineau) ; 4 CDs Warner Classics, 2004.
  • André JOLIVET, Epithalame pour orchestre vocal à 12 parties, in : La Jeune France ; The Sixteen (direction : Harry Christophers) ; 1 CD Coro, 2004.
  • André JOLIVET, Les rarissimes d’André Jolivet, comprenant : Concerto pour flûte et orchestre à cordes ; Concerto pour trompette et orchestre n°2 ; Concerto pour piano et orchestre ; Andante pour cordes ; Suite française pour orchestre ; Rapsodie à sept ; Suite delphique ; Epithalame pour orchestre vocal à 12 parties ; Roger Delmotte (trompette), Fernand Dufrêne (flûte), Lucette Descaves (piano), Ginette Martenot (ondes Martenot), Orchestre du Théâtre des Champs Elysées (direction : Ernest Bour), Orchestre National de l’ORTF (direction : André Jolivet), Chorale « Madrigal » de l’ORTF, Orchestre Colonne (direction : André Jolivet), orchestre de chambre (direction : André Jolivet), 2 CDs EMI Classics France, 2004.
  • André JOLIVET, Trois Complaintes du soldat pour voix et orchestre, in : La France Résistante ; Pierre Bernac (baryton), Orchestre de la Société du Conservatoire de Paris (direction : Charles Münch), 1 CD Cascavelle, 2003.
  • André JOLIVET, L’œuvre pour flûte, comprenant : Cinq Incantations pour flûte ; Petite suite pour flûte pour flûte, alto et harpe ; Pastorales de Noël pour flûte, basson et harpe ; Chant de Linos pour flûte, harpe et trio à cordes ; Concerto pour flûte et orchestre à cordes ; Cabrioles pour flûte et piano ; Fantaisie-caprice pour flûte et piano ; Sonate pour flûte et piano ; Sonatine pour flûte et clarinette ; Alla rustica pour flûte et harpe ; Suite en concert pour flûte et percussions ; Ascèses pour flûte en Sol ; Pipeaubec pour flûte et percussion ; Une minute trente pour flûte et percussion ; Pierre André Valade (flûte), Miguel Dasilva (alto), Henri Lescouret (basson), Roger Muraro (piano), Philippe Cambreling ; 2 CDs Musidisc, 2001 (rééd. en 2002).
  • André JOLIVET, Les Amants magnifiques, in Debussy-Roussel-Jolibet-Ibert-Milhaud ; Orchestre de Cannes Région Provences Alpes Côte-d’Azur (direction : Philippe Bender) ; 1 CD L’Empreinte Digitale, 2001.
  • André JOLIVET, Symphonie n°3, Concerto pour piano et orchestre, Concerto pour violoncelle et orchestre n°1 ; Lucette Descaves (piano), André Navarra (violoncelle), Orchestre National de France (direction : André Jolivet), Orchestre Radio-Symphonique de Strabourg (direction : Ernest Bour), 1 CD Mis, 1999.
  • André JOLIVET, Poèmes pour l’enfant pour voix et onze instruments ; Suite liturgique pour voix, cor anglais prenant le hautbois, violoncelle et harpe ; Pastorales de Noël pour flûte, basson et harpe ; Chant de Linos pour flûte, harpe et trio à cordes ; The Britten-Pears Ensemble ; 1 CD ASV, 1998.
  • André JOLIVET, Klavierwerke-Piano Works, comprenant : Cinq Danses rituelles ; Mana ; Cosmogonie ; Etude sur des modes antiques ; Sonate pour piano n°1 ; Christiane Mathé (piano) ; 1 CD Next Music, 1994.

André JOLIVET, Collection André Jolivet :

  • Tome 1 : Piano, vol. 1, comprenant : Algeria-Tango ; Cosmogonie ; Danses pour Zizou ; Deux mouvements ; El viejo camello;Etude sur des modes antiques;From**Bo Bo;Madia;Mana;Romance barbare;Sarabande**sur le nom d’Erik Satie;Sidi-Ya-Ya ; Pascal Gallet (piano) ; 1 CD Maguelone, 2003.
  • Tome 2 : Mélodies, vol. 1, comprenant : Chanson « La Mule de Lord Bolingbroke » pour voix et piano, Jardins d’hiver pour voix et piano, Le Chant des regrets pour voix et piano, Trois Complaintes du Soldat, pour voix et piano ; Poèmes intimes pour voix et piano ; Prière des treize hommes dans la mine pour voix et piano ; Suite liturgique pour voix, cor anglais prenant le hautbois, violoncelle et harpe ; Trois Poèmes galants pour voix et piano ; Lionel Peintre (baryton ), Christophe Crapez (ténor), Francis Pierre (harpe), Laurent decker (hautbois), Oana Unc (violoncelle), Catherine Cournot (piano) ; 1 CD Maguelone, 2004.
  • Tome 3 : Piano, vol. 2, comprenant : Danses rituelles ; Trois Temps ; Sonate n°2 ; Pascal Gallet (piano), 1 CD Magelone, 2005.
  • Tome 4 : Fanfares pour Britannicus;Concertopour trompette et orchestre n° 2 ;Soir et Défilé;Suite transocéane ; Clément Saunier (trompette), Musique des Gardiens de la Paix de Paris (direction : Philippe Ferro) ; 1 CD Maguelone, 2005.
  • Tome 5 : Piano, vol. 3, comprenant : Concerto pour piano et orchestre ; Sonate pour piano n°1 ; Pascal Gallet (piano), Duisburger Philharmoniker (direction : Jonathan Darlington), 1 CD Maguelone, 2008.

André Jolivet, The Complete flute music :

  • Vol. 1 : Cinq Incantations pour flûte ; Incantation « Pour que l’image devienne symbole », pour flûte en Sol ; Chant de Linos pour flûte et piano ; Sonate pour flûte et piano ; Ascèses pour flûte en Sol ; Manuela Wiesler (flûte), Roland Pontinen (piano) ; 1 CD Bis, 1992.
  • Vol. 2 : Alla rustica pour flûte et harpe ; Chant de Linos pour flûte, harpe et trio à cordes ; Pastorales de Noël pour flûte, basson et harpe ; Concerto pour flûte et orchestre à cordes ; Suite en concert pour flûte et percussion ; Fantaisie-caprice pour flûte et piano ; Cabrioles pour flûte et piano ; Manuela Wiesler (flûte), Erica Goodman (harpe), Patrik Swedrup (violon), Hakan Olsson (alto), Helena Nilsson (violoncelle), Christian Davidsson (basson), Roland Pontinen (piano) ; 1 CD Bis, 1996.

Liens Internet

(lien vérifié en avril 2014).