updated 27 November 2020

Oscar Strasnoy

Compositeur, chef d'orchestre et pianiste argentin et français né le 12 novembre 1970 à Buenos Aires.

Oscar Strasnoy étudie le piano, la direction d’orchestre et la composition. Après avoir terminé ses études au Conservatoire national de Buenos Aires, il part en Europe en 1991. Il se forme auprès de Laura Baade, Guillermo Scarabino à Buenos Aires, Michaël Levinas, Guy Reibel et Gérard Grisey au Conservatoire national supérieur de Paris et Hans Zender à la Hochschule für Musik de Francfort.

En tant que pianiste, il est le fondateur du Quintette Ego Armand, avec le contre-ténor Daniel Gloger, le guitariste Pablo Márquez, le bassiste Eric Chalan et le percussionniste Gabriel Said. Il mène par ailleurs une activité de chef d’orchestre, directeur musical de l’Orchestre du CROUS de Paris de 1996 à 1998, invité à l’Ensemble 2e2m, l’Orchestre National d’Ile de France, l’Orchestre philharmonique de Radio France, l’Orchestre philharmonique de Nice.

Néanmoins c’est la composition qui prédomine dans son activité. Il obtient de nombreuses bourses et commandes de la part des grandes institutions européennes et américaines – État Français, Mozarteum Argentino, Université d’Harvard (États-Unis), Kulturstiftung des Bundes (Allemagne), Bourse Guggenheim, Fondation Nadia Boulanger. Il est interprété notamment par la Philharmonie de Berlin, l’Orchestre philharmonique de Radio France, à l’Ircam, au Musée d’Orsay, au Festival Musica à Strasbourg, au Wigmore Hall de Londres, au Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence, à l’Opéra de Hambourg, à l’Opéra Comique de Paris.

Il est invité en résidence à la Villa Médicis hors les murs en 1999, par Peter Eötvös à la Herrenhaus-Edenkoben en Allemagne en 2000, à l’Akademie Schloss Solitude à Stuttgart en 2001-2002, à la Villa Kujoyama à Kyoto au Japon en 2003, par l’Ensemble 2e2m pour la saison 2005-2006, au Festival des Arcs 2009 et au Théâtre de Cornouaille (Quimper) jusqu’en 2012.

Le théâtre est au cœur de son activité créatrice. Son opéra Midea sur un texte d’Irina Possamai, produit par le théâtre Caio Melisso de Spolète en 2000 et à l’Opéra de Rome en 2001 reçoit le Prix Orpheus en 2000 attribué par Luciano Berio. Suivent la cantate Hochzeitsvorbereitungen (2000) – dont l’enregistrement fait l’objet du Prix de l’Académie du disque lyrique – où il établit un dialogue entre Bach et Kafka, Ephemera (2000) qu’il développera pour créer L’instant (2007), puis Opérette (2002) et Geschichte (2003) sur des textes de Witold Gombrowicz. Viennent ensuite Fabula (2005), pièce pour contre-ténor et viole d’amour sur un texte d’Alejandro Tantanian, Le bal (2008-2009), commande de l’Opéra de Hambourg, et en 2010, Cachafaz, tragédie barbare de Copi, créé au Théâtre de Cornouaille à Quimper dans une mise en scène de Benjamin Lazar et repris à l’Opéra comique de Paris. D’importants projets théâtraux suivent, Случай/Fälle pour l’Opéra de Bordeaux (2012), La Boîte, commande des Bouffes du Nord et du Grand théâtre du Luxembourg (2013), Requiem d’après William Faulkner (2014), ou encore les opéras Comeback (2016) et Luther (2017), tous deux sur un livret de Christoph Hein.

Outre ses pièces lyriques et théâtrales, Oscar Strasnoy compose des œuvres instrumentales et vocales qui font preuve d’une construction proche de ces dernières, à la manière de dialogues et de montages sur des structures qu’il qualifie d’urbanistiques dans son essai Les stratifications de la mémoire (2e2m, coll. “À la ligne”, 2009). Il développe ainsi la série des Bloc-notes issus d’Ephemera et de Midea, le cycle orchestral SumScherzo (2005), The End (2006), Incipit et Y en 2011.

Parmi ses dernières distinctions, Oscar Strasnoy est lauréat du Grand Prix de la SACEM en 2010 et du Prix nouveau talent musique de la SACD en 2011. Compositeur invié du Centre Acanthes en 2011, il est à l’honneur au Festival Présences de Radio France 2012 qui lui offre une retrospective de ses œuvres en quatorze concerts au Théâtre du Châtelet. En 2013, il reçoit le prix Francis et Mica Salbert de le Sacem.


© Ircam-Centre Pompidou, 2018

Sources

  • Oscar Strasnoy (voir site du compositeur dans Ressources documentaires) ;
  • Claude Samuel, biographie d’Oscar Strasnoy pour les éditions Billaudot ;
  • Éditions Le Chant du Monde.

Discographie

  • Oscar STRASNOY, The End (Sum #4) ; Y (Sum #2) ; Trois Caprices de Paganini ; Incipit (Sum #1) ; Scherzo (Sum #3), Latica Honda-Rosenberg, violon ; Orchestre Philharmonique de Radio France, Dima Slobodeniouk, Susanna Mälkki, direction, dans « Orchestral Works », 1 cd Aeon, 2013, AECD1331.
  • Oscar STRASNOY, Un  retour, 1 livre-disque Actes Sud, Musicatreize, 2010 M13/UR/1/1.
  • Oscar STRASNOY, Hochzeitsvorbereitungen (mit B unt K) [Préparatifs de noce (avec B et K)], Monika Meier-Schmid, Daniel Gloger, Ensemble 2e2m, direction : Pierre Roullier, 1 cd Chant Du Monde - Harmonia Mundi 2007.
  • Oscar STRASNOY, Deux tangos dans « Paris-Buenos Aires », comprenant Derrumbe et Mano Brava, Claude Delangle : saxophone et l’ensemble Tango Futur, avec des œuvres d’Astor Piazzolla, Gabriel Senanes, Juan Carlos Cobian, Gerardo Gandini, Luis Naón,  Enrique Delfino,  Julio-Martín Viera, Gustavo Beytelmann, Carlos Grätzer et Daniel Bozzani, 1 cd Bis records, 2003.

Bibliographie

  • Oscar STRASNOY, La stratification de la mémoire, avec des articles de Dorota Zórawska-Dobrowolska, Dino Villatico, Federico Monjeau, Paul Kildea, Matthew Jocelyn, éditions À la ligne, Pascal Ianco, direction, Champigny sur Marne, 2e2m, 2009, 118 pages.

Sites Internet

(liens vérifiés en janvier 2018).