updated 2 August 2019
© Kai Bienert

Heinz Holliger

Compositeur, hautboïste et chef d'orchestre suisse né le 21 mai 1939 à Langenthal.

Heinz Holliger fait ses premières études musicales aux conservatoires de Berne et de Bâle, avec notamment Sandor Veress en composition, entre 1955 et 1959. Au Conservatoire national supérieur de Paris, il étudie en 1962-1963 le hautbois avec Emile Cassagnaud et Pierre Pierlot et le piano avec Yvonne Lefébure. De 1961 à 1963, il suit les cours de composition de Pierre Boulez à Bâle.

Il remporte le premier prix de hautbois du concours international de Genève en 1959, puis celui du concours de Munich deux ans plus tard. Sa carrière d’interprète connaît dès lors un très grand succès ; il devient l’un des représentants les plus célèbres de son instrument dans le monde entier, repoussant ses limites techniques par des nouveaux modes de jeu et suscitant ainsi autour de lui de nombreuses œuvres nouvelles pour le hautbois (de Berio, Carter, Ferneyhough, Ligeti, Lutoslawski, Karlheinz Stockhausen etc.).

Outre ses activités de soliste et de chef d’orchestre, Heinz Holliger est un pédagogue reconnu, notamment à travers l’enseignement qu’il délivre à partir de 1966 à la Musikhochschule de Fribourg en Brisgau.

Le compositeur est longtemps resté dans l’ombre du musicien, avant de connaître une progressive reconnaissance à partir des années quatre-vingt. Il reçoit de nombreux prix, parmi lesquels celui du Schweizerischer Tonkünstlerverein en 1984, le prix Sonning de Copenhague, le prix de Frankfurt en 1987, le prix des arts de la ville de Bâle en 1989, le prix Ernst-von-Siemens en 1991, le prix de composition musicale 1994 de la Fondation Prince Pierre de Monaco pour la pièce orchestrale (S)irató. En 1995, il gagne le Premio Abbiati de la Biennale de Venise pour le cycle Scardanelli-Zyklus. Il est compositeur en résidence, en 1993-1994, de l’orchestre de la Suisse Romande et en 1998, du festival de Lucerne. En octobre 1998, après la deuxième performance de son opéra Schneewittchen à Zurich, Holliger reçoit un doctorat d’honneur de l’université de Zurich. En 2007, il est le premier compositeur à recevoir le prix du Festival de Zurich. La Fondation culturelle Pro Europa lui décerne le Prix Européen de la Culture 2009. Il reçoit le Prix suisse de Musique, décerné par l’Office Fédéral de la Culture, en 2015, et le Prix Robert-Schumann de la Ville de Zwickau en 2017.

Le catalogue de Heinz Holliger couvre tous les genres, de la scène aux œuvres solistes, dont plusieurs pour son instrument Studie über Mehrklänge (1971) et celui de son épouse Ursula (la harpe, seule ou associée au hautbois comme dans Mobile de 1962), et en passant par de nombreuses pièces vocales et orchestrales, parmi lesquelles ConcErto…?, créée en mai 2001, commande du Kölnmusik pour le vingtième anniversaire de l’orchestre de chambre de l’Europe. Il est inspiré par les poètes habités par la folie et la mort, comme Hölderlin (cycle des saisons Die Jahreszeiten, 1975-1979, Trakl, Celan, Walser (Beiseit, 1990-1991, Schneewittchen, 1997-1998), Beckett (Va et viens, 1976-1977). Heinz Holliger vit à Bâle. Ses œuvres sont publiées chez Schott.


© Ircam-Centre Pompidou, 2017

Sources

  • Éditions Schott.

Documents

Liens Internet

(liens vérifiés en juillet 2019).

Bibliographie sélective

  • Carolin ABELN, Sprache und neue Musik : Hölderlin-Rezeption bei Wilhelm Killmayer, Heinz Holliger, Wolfgang Rihm und Luigi Nono, Freiburg im Breisgau, Wien, Berlin, Rombach Verlag, 2017.
  • Philippe ALBÈRA, « …L’aile de l’ange, lourde d’invisible… », sur Scardanelli-Zyklus, Accent Online, le Webmag de l’Ensemble intercontemporain, mai 2013 (lien vérifié en juillet 2019).
  • Heinz HOLLIGER, Textes, entretiens, écrits sur son œuvre, avec des textes de Philippe Albèra, Clytus Gottwald, Peter Szendy, Kristina Ericson, Michel Rigoni, Roman Brotbeck, John E. Jackson, Jürg Stenzl, Bernhard Böschenstein, Helmut Lachenmann et des témoignages de Pierre Boulez, Elliott Carter, György Ligeti, sous la direction de Philippe Albèra, éditions Contrechamps, Genève, 1996, nouvelle édition augmentée, 2007.
  • Heinz HOLLIGER, Nelly SACHS, Korrespondenz, 10. Jan. 1963 bis 7. Mai 1970, Ms, Nelly Sachs Archiv der Königlichen Bibliothek Stockholm.
  • Heinz HOLLIGER, « Nachtrag zum Welmusikfest der IGNM », dans SMZ 110, 1970, p. 311-312.
  • Heinz HOLLIGER, « Grusswort », dans Sándor Veress. Festschrift zum 80. Geburtstag, Andreas Traub éd., Verlag K. Haseloff, Berlin, 1986, p. 20-21.
  • Heinz HOLLIGER, « Eine imaginäre Rede an die eidgenössischen Räte », dans dissonanz/dissonance 89, 2005, p. 41.
  • Kristina ERICSON, Heinz Holliger – Spurensuche eines Grenzgängers, Berne, Peter Lang, 2004.
  • Gesine SCHAUERTE, Glühende Rätsel äugen sucg an. Dialogische Perspektiven in fünf gedichten von Nelly Sachs, Diss. phil., Heidelberg, 2005.
  • Heidy ZIMMERMANN, Holligers Walser : Der Komponist und sein Dischter, Basel, Paul Sacher Stiftung, 2014.

Discographie sélective (comme compositeur)

  • Heinz HOLLIGER, Berceuse pour M. ; Die Ros’ (Angelus Silesius) ; Lecture pour hautbois et cor anglais ; Sonate, dans « Zwiegespräche », 1 cd ECM Records, 2019, 481 8265.
  • Heinz HOLLIGER, Shir Shavur ; Psalm ; Hölle Himmel ; Rosa Loui ; Utopie Chorklang, SWR Vokalensemble, dans « Choral Utopia », 1 cd Wergo, 2018, WER 7333 2.
  • Heinz HOLLIGER, (S)irató ; Fünf Stücke Für Orgel Und Tonband ; Atembogen ; Recicanto ; COncErto …? Certo! - cOn soli pEr tutti, dans « Heinz Holliger », 2 cds Musiques Suisses, 2014, MGB CTS-M 105.
  • Heinz HOLLIGER, Romancendres ; Feuerklein zum “Quatorze Juillet” ; Chaconne ; Partita, Daniel Haeflinger, violoncelle et Gilles Vonsattel, piano, 1 cd Genuin Musikproduktion, 2014, GEN14330.
  • Heinz HOLLIGER, « Induuchlen » : Toronto-Exercises ; Poems by Anna Maria Bacher ; Puneigä ; Induuchlen by Albert Streich ; Induuchlen ; Ma’mouniafor, Anna Maria Bacher, Albert Streich : recitants, Sylvia Nopper : soprano, Kai Wessel : contreténor, Olivier Darbellay : cor, Matthias Würsch : percussion, Swiss Chamber Soloists, direction : Heinz Holliger, 1 cd ECM New Series, 2010, 2201.
  • Heinz HOLLIGER, Romancendres, avec des œuvres de Clara Schumann, Christoph Richter :  violoncelle, Dénes Várjon : piano, SWR Vokalensemble Stuttgart, SWR Stuttgart Radio Symphony Orchestra, Heinz Holliger : direction, 1 cd ECM New Series, 2009, 2055.
  • Heinz HOLLIGER, Schwarzgewobene Trauer, aequatuor, avec des œuvres de Caspar Johannes Walter, Rico Gubler, Robert Schumann, Nicolas A. Huber, Valentin Marti, Hans Ulrich Lehmann, 1 cd Musiques Suisses, Grammont Portrait, 2007, 102.
  • Heinz HOLLIGER,Antal DORATI*, Œuvres pour hautbois*, Eric Speller : hautbois, orchestre philharmonique Royal Flandres, Pierre Bartholomée : direction, Olivier Peyrebrune :  piano, 1 cd Ambroisie, 2003.
  • Heinz HOLLIGER, Violinkonzert – Hommage à Louis Soutter, avec une œuvre de Eugène Ysaÿe, Thomas Zehetmair : violon, SWR Sinfonieorchester Baden-Baden, Heinz Holliger : direction, 1 cd ECM New Series, 2002, 1890.
  • Heinz HOLLIGER, (S)irató, Monodie für grosses Orchester ; Fünf Stücke für Orgel und Tonband ; Atembogen ; Recicanto ; COncErto …? Certo! - cOn soli pEr tutti, orchestre symphonique de Bâle, Bernhard Haas : orgue, ensemble Contrechamps, étudiants du conservatoire de Genève, Tabea Zimmermann : alto, orchestre de chambre de Lausanne, Chamber Orchestra of Europe (COE), Heinz Holliger : direction, 2 cds Musiques Suisses, Grammont Portrait, 105.
  • Heinz HOLLIGER, Schneewittchen, Juliane Banse : soprano, Cornelia Kallisch : contralto, Steve Davislim : ténor, Oliver Widmer : baryton, Werner Gröschel : basse, orchestre de l’opéra de Zürich, Heinz Holliger : direction, 2 cds ECM New Series, 1999, 1715.
  • Heinz HOLLIGER, « Lieder ohne Worte » : Lieder ohne Worte II ; Sequenzen über Johannes I, 23 ; Trema, version pour violon ; Praeludium, Arioso und Passacaglia ; Elis – Drei Nachtstücke für Klavier ; Lieder ohne Worte I, Thomas Zehetmair : violon, Ursula Holliger : harpe, Thomas Larcher : piano, 1 cd ECM New Series, 1996, 1618.
  • Heinz HOLLIGER, Beiseit ; Alb-Chehr, David James : contre-ténor, Elmar Schmid et Klaus Schmid: clarinettes, Teodoro Anzellotti : accordéon, Johannes Nied : contrebasse, Paul Locher : violon, Marcel Volken et Markus Tenisch : Schwyzerörgeli (accordéons suisses), Oswald Bumann : basse, 1 cd ECM New Series, 1995, 1540.
  • Heinz HOLLIGER, Scardanelli Zyklus, Aurèle Nicolet : flûte, London Voices, Heinz Holliger : direction, 1 cd ECM New Series, 1991, 1472.
  • Heinz HOLLIGER, Duo für Violine und Violoncello ; Studie über Mehrklänge ; Trema, version pour violoncelle, avec une œuvre de Jean-Sébastien Bach, Heinz Holliger, Catrin Demenga*,* Thomas Demenga, 1 cd ECM New Series, enregistré en 1986, réédition en 2009, 1340.
  • Heinz HOLLIGER, Siebengesang ; Der magische Tänzer, Heinz Holliger : hautbois, Schola Cantorum, Stuttgart, Basler Sinfonie-Orchester, direction : Francis Travis et Hans Zender, Gilhofer, Riediker, Dorow, Langridge, Chor des Basler Theaters, 1 cd Deutsche Grammophon, 1994.