Heiner Goebbels (1952)

La Jalousie (1991)

noises from a novel, for narrator and ensemble

  • General information
    • Composition date : 1991
    • Duration : 18 mn
    • Editor : Ricordi, Munich, nº Sy. 3109
    • Commission: Jazz-Festival de Francfort
    • Livret (détail, auteur) :

      Alain Robbe-Grillet, La Jalousie

Detailed formation
  • soliste : 1 narrator
  • 1 flute, 1 oboe, 1 bass clarinet, 1 bassoon, 1 horn, 1 trumpet, 1 trombone, 1 contrabass trombone, 1 percussionist, 1 electric guitar, 2 pianos (also 1 electronic/MIDI keyboard/synthesizer [sampler] ), 1 violin, 1 viola, 1 cello, 1 double bass

Creation information

  • Date : 1 June 1991
    Location :

    Allemagne, Francfort, Jazz-Festival


    Performers :

    l'Ensemble Modern.

Information about electronic
Electronic device : dispositif électronique non spécifié

Observations

Le texte peut être dit par les instrumentistes.

Program note

 

Une œuvre plutôt douce, cinématographique, qui fait appel à une distribution relativement importante, seize musiciens. Jalousie a un double sens : le mot désigne à la fois ces volets orientables qui ne permettent de voir que dans un seul sens, et le sentiment. C'est avec cette tension que joue le « nouveau roman » du même nom écrit par Alain Robbe-Grillet. Sans être jamais nommée ni exprimée, la jalousie éprouvée par l'époux (qui n'apparaît jamais réellement) et narrateur est au centre de La Jalousie. À l'inverse, les conditions, les contextes, les observations masculines et les refoulements de ce sentiment sont décrits minutieusement et s'inscrivent automatiquement, comme un traumatisme, à la lecture du texte.

« Elle est descendue en ville avec Franck, pour faire quelques achats urgents. Elle n'a pas précisé lesquels. Du moment que la chambre est vide, il n'y a aucune raison pour ne pas ouvrir les jalousies, qui garnissent entièrement les trois fenêtres à la place des carreaux. Les trois fenêtres sont semblables, divisées chacune en quatre rectangles égaux, c'est-à-dire quatre séries de lames, chaque battant comprenant deux séries dans le sens de la hauteur. Les douze séries... » À ce propos, j'ai trouvé dans l'autobiographie d'Alain Robbe-Grillet, le commentaire suivant : « ...un monde totalement indescriptible, formé par les bruits autour de la maison. Comment se fait-il qu'on ait aussi peu parlé du rôle de l'ouïe dans ce roman... ? » c'est ce que j'ai tenté de faire dans cette composition – une commande du jazz-festival de Francfort de 1991 pour l'Ensemble Modern.

Heiner Goebbels.