updated 5 April 2011
© Patrice Voisin

Henri Pousseur

Compositeur belge né le 23 juin 1929 à Malmedy, mort le 6 mars 2009.

Henri Pousseur a étudié au Conservatoire de Liège entre 1947 et 1952 auprès de Pierre Froidebise et André Souris qui l’ont orienté vers la musique de Webern. Il rencontre Pierre Boulez en 1951 et Karlheinz Stockhausen deux ans plus tard, grâce auquel il travaille au Studio de Cologne – où il compose Séismogrammes – et participe régulièrement à partir de 1954 aux cours d’été de Darmstadt. De cette période datent ses premières œuvres importantes avec les Symphonies à quinze Solistes et le Quintette à la mémoire de WebernScambi pour bande qu’il réalise au Studio de phonologie de Milan (1957), Mobilepour deux pianos et Répons. Il fonde le Studio de Bruxelles en 1958.

Aux années cinquante marquées par le sérialisme post-webernien qu’il met en jeu dans ses œuvres autant qu’il l’analyse dans ses écrits, succèdent les années soixante essentiellement dominées par sa rencontre avec Michel Butor, qui l’accompagnera jusque dans ses dernières œuvres, et par la composition de Votre Faustet de Couleurs croisées pour orchestre (1967). C’est également le moment où il met au point la « théorie des réseaux », dans son écrit « L’Apothéose de Rameau » (1968), l’élargissement de sa technique sérielle par l’intégration de musiques du passé. Il enseigne à l’université de Buffalo (1966-1968) et fonde le Centre de recherches musicales en Wallonie en 1970 avec Pierre Bartholomée et Philippe Boesmans. Il compose, en hommage à Schoenberg, Die Erprobung des Petrus Hebraïcus et sa version française Le procès du jeune Chien, alors qu’il prend la direction du Conservatoire de Liège en 1975. De 1984 à 1987, il dirige l’Institut de pédagogie musicale à Paris et bénéficie d’une importante résidence de compositeur à l’université de Louvain de 1993 à 1998 au cours de laquelle il compose notamment le cycle Aquarius-memorial dédié à Karel Goeyvarts.

Comme Boulez et Stockhausen, Pousseur a déployé une intense activité théorique en regard de ses propres œuvres, avec de nombreux articles de première importance. La dimension esthétique est également omniprésente et il sera l’un des rares musiciens à répondre pertinemment à « Contradiction du langage sériel » de Nicolas Ruwet ou aux critiques de Lévi-Strauss de la célèbre « Ouverture » à Le cru et le cuit.

À l’exception de quelques œuvres parues chez Universal Edition (Vienne), l’essentiel de son œuvre est publiée chez Suvini Zerboni (Milan). Ses archives sont déposées à la Fondation Sacher à Bâle.


© Ircam-Centre Pompidou, 2011

Sources

Alain Poirier

Bibliographie

La majeure partie des écrits de Pousseur est réunie par Pascal Decroupet en 2 volumes, Sprimont, Mardaga, 2004 et 2009 :
  • Écrits 1954-1967: « Structure du nouveau matériau sonore » (1954), « Le chromatisme organique d’Anton Webern » (1955), « De Schoenberg à Webern : une mutation » (1956), « La nouvelle sensibilité musicale » (1957), « Webern et la théorie » (1957), « Ébauche d’une méthode » (1957), « Musique et hasard » (1959), «Scambi— description d’un travail » (1959), « Forme et pratique musicales » (1959), « Théorie et pratique dans la musique récente » (1959), « Webern et le silence » (1961), «Rimes pour différentes sources sonores» (1961), « La musique électronique, art figuratif ? (Electre - Trois visages de Liège) » (1961), « Éléments réalistes dans la musique électronique » (1964), « Calcul et imagination en musique électronique » (1966), « La foire deVotre Faust » (1968), « La combinatoire au service de l’intention musicale. Apostrophe et Six réflexions » (1971) ;
  • Écrits 1968-1998 : « L’apothéose de Rameau. Essai sur la question harmonique » (1968), « Musique sérielle » (1969), « Stravinsky selon Webern selon Stravinsky » (1971), « Note sur la transaction musicale » (1974), « Webern, de la lettre à l’esprit, une autre mutation » (1987), « Composer avec des identités culturelles » (1987), « Une mémoire obstinément prospective » (1989), « Harmonie ? Harmonies ! » (1995), « Applications analytiques de la “technique des réseaux” » (1998).
Autres écrits d’Henri Pousseur, sélection :
  • « Domaines à venir », « Textes sur l’expression » et extrait du livret de Votre Faust, in La musique et ses problèmes contemporains 1953-1963, Cahiers Renaud-Barrault, Juilliard, 1963.
  • « Pour une périodicité généralisée » (1965), in Fragments théoriques I sur la musique expérimentale , Université Libre de Bruxelles, 1970. Un extrait a été publié dans Preuves 178, 1965 (« Enquête sur la musique sérielle aujourd’hui » d’André Boucourechliev) ;
  • Musique sémantique, société , Casterman, 1971.
  • « Journal de Liège à Paris », in Collages, Revue d’esthétique 3-4, 1978.
  • « Les mésaventures de Notre Faust (lettre ouverte à Luciano Berio) » in Contrechamps 4, 1985.
  • « Une expérience de musique microtonale : racine 19e de 8/4 pour violoncelle solo », in Interface 14/1-2, 1985.
  • « Premiers éléments d’une pédagogie alternative de l’écriture musicale », in Pédagogie de l’écriture, Institut de pédagogie musicale, 1987.
  • Schumann le poète. Vingt-cinq moments d’une lecture de Dichterliebe, Klincksieck, 1993.
  • Musiques croisées, L’Harmattan, 1997.
Sélection d’écrits sur Henri Pousseur :
  • Berio, Luciano BERIO, « Notre Faust », in Contrechamps n° 1, 1983.
  • Dominique et Jean-Yves BOSSEUR, « dossier Michel Butor et la musique » in Musique en jeu n° 4, 1971.
  • Jean-Yves BOSSEUR, « Votre Faust et la question de l’opéra contemporain » in Musique et dramaturgie, Esthétique de la représentation au xxe siècle, sous la direction de Laurent Feneyrou, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 561-570.
  • Butor, Michel BUTOR, « L’opéra, c’est-à-dire le théâtre » (1965), repris in Répertoire III, éd. de Minuit, 1968.
  • Michel BUTOR, « La musique, art réaliste. Les paroles et la musique » (1960), repris in Répertoire II, éd. de Minuit, 1964.
  • Pascal DECROUPET, Développements et ramifications de la pensée sérielle: Pierre Boulez, Henri Pousseur et Karlheinz Stockhausen de 1951 à 1958 (thèse de doctorat, Université de Tours).
  • Célestin DELIÈGE, in Cinquante ans de modernité musicale : de Darmstadt à l’Ircam, Mardaga, 2003.
  • Umberto ECO, L’œuvre ouverte, Le Seuil, 1965.
  • Françoise ESCAL, Die Erprobung des Petrus Hebraïcus / Le Procès du jeune chien in Le Compositeur et ses modèles, PUF, 1984.
  • Michel GONNEVILLE (sous la dir. de), Henri Pousseur, Visages in Circuit 12/1, Montréal, 2001.
  • Gottfried Michael KOENIG, « Henri Pousseur » in die Reihe 4, Universal Edition, 1958.
  • Heinz-Klaus METZGER et Rainer RIEHM (sous la dir. de), « Henri Pousseur » in Musik-Konzepte 69, Munich, 1990.
  • Herman SABBE, « Henri Pousseur : quelques étapes d’une longue marche », Bulletin de la Société Liégoise de Musicologie n° 46, 1984.

Selection discographique

  • Henri POUSSEUR, Scambi, dans « Electronic music sources vol. 4 », Archive 1944-1959, avec des œuvres de Herbert Eimer & Robert Beyer, Halim El-dabh, Luc Ferrari, Richard Maxfield, Nam June, Vladimir Ussachevsky, François Mache, Daphne Oram, et André Boucourechliev, 1 cd Sinetone, 2010, AMR - AG007.
  • Henri POUSSEUR, « Parabolique d’enfer » : Paraboles-Mix ; Leçons d’Enfer, 1 cd Sub Rosa, 2009, SR 318.
  • Henri POUSSEUR, « Electronic, Experimental and Microtonal, 1953-1999 », 1 cd Sub Rosa, 2008.
  • Henri POUSSEUR, « Musique Mixte 1966-1970 », Crosses of crossed colors, 1 cd Sub Rosa, 2007.
  • Henri POUSSEUR, « Métamorphose des Noces de Mnémosyne et d’Eclipticare » joint au livre de Michel Hubin: « Henri Pousseur, Rencontre avec son temps », contient :  Les Métamorphoses de Marie-Madeleine ; Les Noces d’Icare et de Mnémosyne ; Eclipticare, éditions Luc Pire, Bruxelles, 2005.
  • Henri POUSSEUR, Naturel, Francis Orval : cor, avec des œuvres de Bruce Mather, Michel Gonneville et Jean-François Laporte, 1 cd atma classic, 2005, ACD22363.
  • Henri POUSSEUR, Liège à Paris, 1 cd Sub Rosa, 2004, SR 117.
  • Henri POUSSEUR, I. Couleurs croisées ; II. La seconde Apothéose de Rameau, Orchestre Philharmonique de Liège, direction : Pierre Bartholomée (I), Ensemble Musiques Nouvelles, direction : Pierre Bartholomée (II), 1 cd Cypres, 2004, CYP 4621.
  • Henri POUSSEUR, « Paysages planétaires » : Seize Paysages planétaires ; Carillon brabançon, livret contenant entre autres la grande structure poétique homonyme et isomorphe de Michel Butor, illustrations du coffret, des différentes pochettes et du livret provenant d’images de la version audio-visuelle Voix et Vues planétaires, coffret de 3 cds Alga Marghen, Milan, 2003-2004, Alga 051CD.
  • Henri POUSSEUR, « Acousmatrix 4 » : Scambi ; Trois Visages de Liège ; Paraboles-Mix, Recherches Musicales de Wallonie, 1 cd Bvhasst, Amsterdam, 2003, n° 9010.
  • Henri POUSSEUR, Aquarius-Memorial in memoriam Karel Goeyvaerts : Les Litanies d’Icare ; Danseurs gnidiens cherchant la Perle clémentine ; Les Fouilles de Jéruzona ; Icare au Jardin du Verseau, Frederic Rzewski : piano, Beethoven-Academie, direction : Pierre Bartholomée, 1 cd Cypres 2001, CYP 4608.
  • Henri POUSSEUR, « Paraboliques » : Huit Études paraboliques, coffret de 4 cds Sub Rosa, 2001, SR 174.
  • Henri POUSSEUR, « 4 Parabolic Mixes », quatre réalisations des Paraboles-Mix parHenri Pousseur, Robert Hampson, Philip Jeck, Markus Popp, double cd Sub Rosa, 2001, SR 199.
  • Henri POUSSEUR, Traverser la Forêt, solistes, chœur de chambre et ensemble instrumental, direction : Jean-Pierre Peuvion, Musidisc, MU 243822, puis Universal-Music, Accord 461805-2, réédition : ADDA, n° 581295.
  • Henri POUSSEUR, Paraboles-Mix ; Leçons d’Enfer, joint au livre « Parabeln und Spiralen », collection « Signale aus Köln », Université de Cologne, Institut de Musicologie, Section Neue Musik, Série « Musik der Zeit » Paraboles-Mix avec Leçons d’Enfer, Lit-Verlag, Münster, 1999.
  • Henri POUSSEUR, La Guirlande de Pierre, Marianne Pousseur : soprano, Vincent Bouchot : baryton Frederic Rzewsky : piano Cypres, 1998.
  • Henri POUSSEUR, Mnémosyne I et Mnémosyne II, dans « Derniers Jours » Musique du XXe siècle, Jacques Feuillie : basse et le Nouvel Ensemble Contemporain, 1 cd Université de Rouen, UR001.
  • Henri POUSSEUR, Septième Vue sur les Jardins interdits, dans « Nouvelle Musique de chambre », ensemble de clarinettes, direction : Jean-Pierre Peuvion, avec des œuvres de Bernard Foccroulle, Frédéric D’Haene, Edison Denisov et Giacinto Scelsi, 1 cd Cypres, 1996, CYP 4601.
  • Henri POUSSEUR, Dichterliebesreigentraum, Marianne Pousseur : soprano, Peter Harvey : baryton, Alice Ader et Brigitte Foccroulle : pianos, Chœur de chambre de la Communauté française de Belgique, direction : Pierre Cao, Orchestre philharmonique de Liège, direction : Pierre Bartholomée, 1 cd Cypres, 1996, CYP 7602.
  • Henri POUSSEUR, Couleurs croisées, Orchestre philharmonique de Liège, direction : Pierre Bartholomée, avec une œuvre de Jean-Louis Robert, 1 cd Ricercar, RIC 036015.
  • Henri POUSSEUR, Séismogrammes, dans « Acousmatrix 6 » Early Electronic Music, 1 cd BVHAAST, Amsterdam, CD 9106.
  • Henri POUSSEUR, Phonèmes pour Cathy, dans « Song Cathy Sang » Linda Hirst : mezzo-soprano, 1 cd Virgin Classics, 1988, VC 790704-2.

Film

  • Guy-Marc HINANT et Dominique LOHLÉ, Hommage Au Sauvage - A Portrait Of Henri Pousseur, dvd, musique d’Henri Pousseur, interprétée par le Quatuor à cordes de l’Ensemble Musiques Nouvelles, édition française, sous-titres anglais, 1 dvd Sub Rosa, 52 minutes, 2009.

Liens Internet