mise à jour le 12 April 2018

Raphaël Cendo

Compositeur français né en 1975.

Raphaël Cendo étudie le piano et la composition à l'École normale de musique de Paris, où il obtient son diplôme en 2000. Il intègre la classe de composition du Conservatoire national supérieur de Paris en 2003 puis suit le cursus annuel de composition et d’informatique musicale de l’Ircam, qu’il termine en 2006. Il reçoit les enseignements d’Allain Gaussin, Brian Ferneyhough, Fausto Romitelli et Philippe Manoury.

Il développe, avec d'autres compositeurs comme Franck Bedrossian, le concept de saturation instrumentale, qu'il décrit comme « la conséquence d'une démesure dans un espace limité », ainsi que comme « la quête de l'animalité comme rejet de la domestication, comme désir de constituer de nouveaux territoires ». Il ébauche également le concept d'irradiance, qu'il développe pour caractériser son esthétique. Cendo perçoit son style d'écriture comme une passerelle pour faire de l'acte de concert un « rituel ». Il décrit ainsi son troisième quatuor à cordes, Delocazione, comme un « rituel, un apprentissage de la poussière et du deuil ». 

Il écrit des œuvres pour des ensembles de renommée internationale comme L'Itinéraire, l'Orchestre national d'Ile de France, le quatuor Diotima, l'Ensemble intercontemporain, Ictus, Cairn, musikFabrik, l'ensemble Alternance, le Nouvel Ensemble Moderne, Les Percussions de Strasbourg, l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre de la radio de Munich, qui sont jouées et dirigées notamment par Miquel Bernat, Alain Billard, Daniel Kawka, Jean Deroyer, Pascal Rophé, Guillaume Bourgogne, Peter Rundel, Georges-Élie Octors et Lorraine Vaillancourt. Plusieurs de ces pièces sont données lors de grandes manifestations comme « Lille, Capitale européenne de la culture » à l'Opéra de Lille, les concerts Tremplin au Centre Georges Pompidou, les festivals Mito à Milan, la Biennale de Venise, Radio France à Montpellier, Voix Nouvelles à Royaumont, Présences de Radio France, Musica à Strasbourg, Ars Musica à Bruxelles, Why Note de Dijon, ainsi qu'en Allemagne, à ceux de Darmstadt et Donaueschingen.

En 2007, Raphaël Cendo reçoit le Prix Espoir, décerné par la fondation Francis et Mica Salabert, du Concours international de composition de l’Orchestre symphonique de Montréal. En 2008, il enseigne la composition au conservatoire de Nanterre. Il est diplômé du Conservatoire national supérieur de Paris en composition, analyse et orchestration. De 2009 à 2011, il est pensionnaire de la Villa Médicis, Académie de France à Rome. En 2012, il est professeur invité aux cours d’été de Darmstadt et aux sessions de compositions Voix nouvelles à Royaumont. Il reçoit en 2009 le prix Pierre Cardin de l'Académie des Beaux-Arts et en 2011 le Prix Hervé Dugardin de la SACEM.

Sa pièce Graphein (2014), pour ensemble, est selon lui « la synthèse de dix ans de recherche sur les sons complexes », cette expression désignant les sons multiphoniques, qui donnent à ses yeux des « couleurs », et non de simples séries de notes. 

En 2016, il crée avec le compositeur Yann Robin l'Université d'Altitude, académie d'été annuelle lui permettant d'enseigner la composition à de jeunes compositeurs. 

Actuellement, Raphaël Cendo vit et travaille à Berlin.


© Ircam-Centre Pompidou, 2012

Sources

Raphaël Cendo.

  • Musique soliste (sauf voix)
  • Musique de chambre
    • Aura pour sept musiciens (2015), 11 minutes, Verlag Neue Musik
    • élec Crypt (2017), 12 minutes, Maison ONA
    • Faction pour piano, percussion et guitare électrique (2011), 8 minutes, Maison ONA
    • Furia pour piano et violoncelle (2009-2010), 11 minutes 16 s.
    • In Vivo pour quatuor à cordes (2008-2011), 17 minutes 40 s., Billaudot [note de programme]
    • élec Refontes pour six percussions et électronique (2008), 12 minutes, Billaudot [note de programme]
    • Rokh pour flûte, piano, violon et violoncelle (2011-2012), 33 minutes
    • Substance quatuor à cordes n° 2 (2013)
  • Musique instrumentale d'ensemble
  • Musique concertante
    • Action Directe pour clarinette basse et ensemble de treize musiciens (2007), 14 minutes [note de programme]
    • Corps pour piano et orchestre (2015), 26 minutes, Verlag Neue Musik
    • Denkklänge pour orchestre (2016-2017), 25 minutes environ , Maison ONA
  • Musique vocale et instrument(s)
  • Musique vocale a cappella
    • Shadow pour six chanteurs (2011), 11 minutes

Documents

Bibliographie

  • Cosmin TOMA, « De trop - l'infini, à l'écoute de Raphaël Cendo avec Jean-Luc Nancy », Voix Plurielles, Vol. 11, No 2 (2014), lire en ligne
  • Raphaël CENDO, Pedro Ordóñez Eslava, « Por una música saturada », Sul Ponticello, n° 30, janvier 2012, lire en ligne.
  • Raphaël CENDO : « Excès de geste et de matière », Dissonance, novembre/décembre 2011, lire en ligne.
  • « Fureur et mystère de Raphaël Cendo », entretien avec Laurent Vilarem sur Altamusica, 12 novembre 2009, lire en ligne
  • Raphaël CENDO, « Les paramètres de la saturation », dans Franck Bedrossian. De l'excès du son, éditions 2e2m, bilingue français-anglais, 2008, coll. « À la ligne », 2008 [voir Documents].

Discographie

  • Raphaël CENDO, In Vivo, Quatuor Tana, dans « Shadows », Paraty, 2016.
  • Raphaël CENDO, Rokh, ensemble Alternance, 1 CD Stradivarius, 2012.
  • Raphaël CENDO, « Furia », Charge ; Furia ; Décombres ; In Vivo ; Tract, Ensemble Cairn, direction : Guillaume Bourgogne, 1 cd æon, 2012.
  • Raphaël CENDO, Introduction Aux Ténèbres, ensemble Ictus, dans « Donaueschinger Musiktage 2009 », 1 cd Neos, 2010.

Liens Internet

  • Page « Raphaël Cendo » sur le site de l'éditeur Verlag Neue Musik.
  • Page « Raphaël Cendo » sur le site de l'éditeur, Maison Ona.

  • « Raphaël Cendo vient évoquer la création de sa pièce Graphein, le 4 octobre au festival Musica de Strasbourg. », France Musique, 29 septembre 2014 : écouter en ligne.

(liens vérifiés en mars 2018).