mise à jour le 28 August 2020
© Balint Hrtokó - Peter Eötvös Foundation

Mikel Urquiza

Compositeur espagnol né le 24 septembre 1988 à Bilbao.

Accordéoniste de formation, Mikel Urquiza étudie la composition à Musikene à San Sebastian (Espagne) avec Gabriel Erkoreka et Ramon Lazkano, puis à Strasbourg avec Mark Andre dont les conseils marquent sa pièce Erio (2011) pour orchestre. Il poursuit ses études à partir de 2012 au Conservatoire Supérieur National de Musique et de Danse de Paris avec Gérard Pesson. En 2014, il participe à l’Académie Voix nouvelles de Royaumont. En 2019, il est parrainé par la Fondation Peter Eötvös et est pensionnaire de l'Académie de France à Rome — Villa Médicis en 2019-2020.

À 21 ans, Mikel Urquiza remporte le prix international de composition Francisco Escudero, et deux ans plus tard, est promu à la première classe de jeunes compositeurs de l'INAEM. En 2014, Mikel Urquiza écrit son premier opéra, Maudits les innocents, premier acte d’un conte lyrique sur un livret de Laurent Gaudé, produit par l’Opéra national de Paris.

Il collabore avec plusieurs ensembles parmi lesquels L’Instant Donné, ascolta, l’Ensemble Mosaik, l’Ensemble Intercontemporain et l’ensemble C Barré qui lui commande More sweetly forgot (2017), Elurretan (2017) et Songs of Spam (2019). Le Meitar Ensemble reprend Cinq pièges brefs (2013) à Tel-Aviv, tandis que le quatuor à cordes Indicio (2016) est le fruit d’une étroite collaboration avec le quatuor Diotima, comme l’était en 2012 Ondar.

Ses pièces sont jouées dans des festivals tels que Quincena Musical de San Sebastian, MATA New York, Musikprotokoll Graz, Gaudeamus Muziekweek, ECLAT, Wittener Tage für neue Kammermusik, et le festival de Lucerne. Sa pièce pour piano Contrapluma (2016) a voyagé dans le réseau ECHO (European Concert Hall Organisation) et a été proposée en finale au concours Ferruccio Busoni et au Concours International d'Orléans.

Co-fondateur du chœur d’enfants Kantika Korala, Mikel Urquiza travaille beaucoup la voix au fil de ses œuvres. En témoigne sa collaboration avec la soprano Marion Tassou pour I nalt be clode on the frolt (2018), les Neue Vocalsolisten pour la pièce Songs of Spam (2019) et la soprano Sarah Maria Sun pour White nights (2014) et Alfabet (2019). Cet intérêt particulier pour la voix s'accompagne d'une attention au texte où peut s'exprimer par ailleurs l'humour du compositeur : dans Songs of Spam il explore les thématiques de la manipulation et du contrôle en reprenant des textes de pourriels, l'expression « billions and billions » de Donald Trump ou des tentatives de phishing. Ces motifs témoignent en outre d'un intérêt pour l'anecdotique que l'on retrouve avec les petites annonces, le sujet de I nalt be clode on the frolt, choix inspiré de GOT LOST (2007-2008) de Helmut Lachenmann qui prend pour point de départ une note lapidaire plaignant la perte d'un panier à linge. Sa pièce Alfabet pour soprano, trompette, clarinette basse et percussion qui associe le principe mathématique de la suite de Fibonacci et les lettres de l’alphabet est donnée en création française au festival ManiFeste en 2020.


© Ircam-Centre Pompidou, 2020

Sources

Site du compositeur, Musikagileak, Ensemble C Barré.

Liens Internet

(liens vérifiés en janvier 2020).

Discographie

  • Mikel URQUIZA, Assur, dans « Hauspoiz: Accordion Contemporary », 1 CD IBS Classical, 2017, IBS172017.
  • Mikel URQUIZA, Bellareten, Bertrand Chavarría-Aldrete : guitare, dans « Carpere Fide(s) », 1 CD Odradek Records, 2016, ODRCD346.