updated 7 May 2019
© Marthe Lemelle

Gérard Pesson

Compositeur français né le 17 janvier 1958 à Torteron, Cher.

Gérard Pesson est né en 1958 à Torteron (Cher). Après des études de Lettres et de Musicologie à la Sorbonne, puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il fonde en 1986 la revue de musique contemporaine Entretemps. Il est pensionnaire de l’Académie de France à Rome (Villa Médicis) de 1990 à 1992. Lauréat du Studium International de composition de Toulouse (1986), de Opéra Autrement (1989), de la Tribune Internationale de l’Unesco (1994), il obtient en 1996 le prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco.

Ses œuvres ont été jouées par de nombreux ensembles et orchestres en Europe : l’Ensemble Fa, l’Ensemble 2e2m, l’Ensemble intercontemporain, Itinéraire, l’Ensemble Modern, le Klangforum Wien, l’Ensemble Recherche, l’Ensemble Ictus, Alter Ego, Accroche Note, Erwartung, l’Orchestre National de Lyon, Orchestre national d’Île-de-France, l’Orchestre Symphonique de la Radio Bavaroise.

Son opéra Forever Valley, commande de T&M, sur un livret de Marie Redonnet, a été créé en avril 2000 au Théâtre des Amandiers à Nanterre. Il a publié en 2004 aux Éditions Van Dieren son journal Cran d’arrêt du beau temps. Son opéra Pastorale, d’après L’Astrée d’Honoré d’Urfé, commande de l’Opéra de Stuttgart a été créé en version de concert en mai 2006 (création scénique juin 2009, au Théâtre du Châtelet à Paris). Son concerto, Future is a faded song, est créé en 2012 par Alexandre Tharaud et l’Orchestre de Zurich sous la direction de Pierre-André Valade.

Ses œuvres sont publiées aux Éditions Henry Lemoine depuis 2000, et par la Maison ONA depuis 2014. Un premier disque monographique, interprété par l’ensemble Fa, est paru en 1996 chez Accord/Una corda. Mes béatitudes, ensemble d’œuvres paru chez æon en 2001 et interprété par l’Ensemble Recherche, a été récompensé par l’Académie Charles Cros. Un enregistrement de l’opéra Forever Valley a été publié en 2003 chez assai. Gérard Pesson a reçu le Prix musique de l’Akademie der Künste de Berlin en mars 2007. Il est professeur de composition au Conservatoire national supérieur de musique de Paris depuis 2006.

En juin 2018, il est artiste invité au festival et académie de l’Ircam, ManiFeste, pour l’interprétation de cinq de ses pièces par Marion Tassou (soprano) et l’Instant Donné.


© Ircam-Centre Pompidou, 2018

Documents

Bibliographie

1. Écrits de Gérard Pesson
  • Cran d’arrêt du beau temps – Journal 1991-1998, Editions Van Dieren, coll. « Musique », Paris, 2004, 319 p.
  • « Three songs from W. Shakespeare : une œuvre du passage », Entretemps, n° 1, avril 1986.
  • « Mahler-Debussy, transcendance et sensation » Musical, n° 9, 1989. Réédition dans : Claude Debussy, Jeux de formes, Æsthetica, édition rue d’Ulm, 2004.
  • « Mahler and Debussy : transcendence and emotion », trad. Peter Righton, dans : The Mahler Companion, Oxford University Press, 1999.
  • « Héraclite, Démocrite et la Méduse. Sur Salvatore Sciarrino », Entretemps, n° 9, décembre 1990.
  • « Pour un auditorium des hauteurs, notes sur Forever Valley » (2002-03), Analyse Musicale, n° 46, février 2003.
  • « Retour définitif et durable de l’opéra », programme de salle pour Perelà, Uomo di fumo de Pascal Dusapin, Opéra Bastille, février 2003.
  • « Sur Saint-François », programme de salle pour Saint-François d’Assise d’Olivier Messiaen, Opéra Bastille, octobre 2004.
  • « Jonas, Ninive, Dieu et la plante de ricin » (journal 2004 – extraits), Boudoir & autres n° 1, éditions Thomas Ragage, 2005.
  • « Désolé mais sans traîner » (journal 2005 – extraits), Boudoir & autres n° 2, éditions Thomas Ragage, 2006.
  • « Anatomie de l’envers – pour Daniel Dobbels » Repères – Cahier de danse, n° 20, novembre 2007.
  • « Rester la demoiselle d’honneur » (journal 2006 – extraits), Boudoir & autres n° 3, éditions Thomas Ragage, 2007.
  • « Pour songer le où », Les Lettres françaises n° 39, supplément à L’Humanité du 7 juillet 2007.
  • « Du flot heureux – sur Philippe Beck », Amastra-N-Gallar n° 14, 2007.
2. Sur Gérard Pesson
  • Yannick ALLIROL, Gérard Pesson *:*Aspects de l’œuvre et entretien avec le compositeur, Paris, Observatoire musical français, 2010.
  • Yannick ALLIROL, « Aperçus de la musique de Gérard Pesson ». Mémoire de master en musique et musicologie, sous la direction de Danielle Cohen-Levinas. Université Paris IV-Sorbonne, 2008.
  • Lambert DOUSSON, Sarah TROCHE, « De l’écoute buissonnière à l’empreinte du geste », entretien avec Gérard Pesson, revue Geste, n° 6, « Ralentir / Présent de l’esclavage », octobre 2009, p. 334-347.
  • Lambert DOUSSON, « Filtrer, relâcher. Comment l’espace d’une touche (de piano) peut constituer un espace politique » Communication à la Copenhagen Doctoral School in Cultural Studies, Copenhague.
  • Antoine GINDT, « Le Temps raréfié de la musique », plaquette pour les représentations de Forever Valley, Théâtre des Amandiers, Nanterre, 2000
  • Sandrine MAIGNAN, « La notion de narrativité en musique : application à l’opéra de chambre ‘Forever Valley’ », Mémoire de maîtrise de musicologie, sous la direction de Geneviève Mathon. Université François Rabelais, Tours, 2002.
  • Nicolas MONDON, « Effacement et construction dans la musique de Gérard Pesson », conférence donnée à Osaka, janvier 2008 (inédit).
  • Michèle TOSI, « Forever Valley, opéra de chambre de Gérard Pesson : un théâtre du retrait. » Analyse Musicale, n° 46, février 2003.

Discographie

  • Gérard PESSON, Carmagnole ;  Musica Ficta : Répéter la forêt ; Musica Ficta : Nembutal ; Musica Ficta : Une pensée pour la mer Égée ; Ne pas oublier coq rouge dans jour craquelé, Musica Ficta : @vec Maria ; Musica Ficta : Roméo est en miettes ; Musica Ficta : Origami Chopin ; Six transformations du Menuet K. 355 de Mozart ; Neige Bagatelle ; Blanc mérité (avec Roman Opalka), Ensemble Cairn, dir. Guillaume Bourgogne,  dans « Blanc métité », 1 cd Aeon, 2017.
  • Gérard PESSON, « Dispositions furtives » : La lumière n’a pas de bras pour nous porter ; Vexierbilder II ; Vexierbilder, Rom ; Butterfly’s Note-Book ; Trois Pièces pour piano ; Trois Petites Études mélancoliques ; Dispositions furtives ; Folies d’Espagne ; Musica Ficta (Auswahl) ; Excuse my dust, Alfonso Alberti : piano, 1 cd col legno, 2009, WWE 20285.
  • Gérard PESSON, Gigue, dans « Entente préalable », avec également des œuvres de Michaël Jarrell, François-Bernard Mâche, Christian Lauba, Fausto Romitelli, Philippe Leroux, Marc Monnet, Jean-Marc Singier, Gérard Pesson, Michaël Levinas, Martin Matalon, Philippe Hurel, Jean-Pierre Drouet, Percussions de Strasbourg, CD Accord, Coll. « Una Corda », 2002, n°472 086-2.
  • Gérard PESSON, Forever Valley, dans « Forever Valley », Salima de Coudenhove (soprano), Jody Pou (soprano), Sandra Raoulx (mezzo-soprano), Pascal Sauzy (ténor), Vincent Bouchot (baryton), Paul-Alexandre Dubois (baryton), Kamil Tchalaev (basse), Judith Henry (comédienne), Pierre Lassailly (clarinettes), Pierre-Stéphane Meugé (saxophones), Fanny Paccoud (violon), Elena Andreyev (violoncelle), Caroline Delume (guitare), Kristina Kuusisto (accordéon), dir. Vincent Leterme, CD Assai, 2002, n° 222322.
  • Gérard PESSON*, Mes béatitudes, Nebenstück, Fureur contre informe, Récréations françaises, Cinq Chansons, Bruissant divisé, Rebus*, dans « Mes béatitudes », Viola de Galgóczy-Mécher (mezzo-soprano), Ensemble Recherche : Martin Fahlenbock (flûte ), Uwe Möckel (clarinette), Shizuyo Oka (clarinette), Jacqueline Burk (hautbois), Felix Borel (violon), Melise Mellinger (violon), Barbara Maurer (alto), Lucas Fels (violoncelle), Klaus Steffes-Holländer (piano), 1 cd æon, 2001, AECD 0106.
  • Gérard PESSON, Gel, par jeu, dans « Présences ‘92 – Festival International de Musique Contemporaine de Radio France » (comprenant également des œuvres de Frédéric Durieux, Franck Krawczyck, Simon Holt, Stéphane Bortoli, Nicolas Bacri, Marco Stroppa, Michaël Jarrell, Joao Rafael, Ernst Bechert, Kasper Toeplitz), Jean-Pierre Arnaud (hautbois), Franck Krawczyck (piano), Sylvie Sullé (mezzo-soprano), Ensemble Alternance, Ensemble Fa, Orchestre National de France, dir : Fabrice Bollon, Dominique My, Mark Foster, CD Adès, Coll. « MFA (Musique Française d’Aujourd’hui) », 2000, n°202282.
  • Gérard PESSON, Mes béatitudes ; La vita è come l’albero di Natale ; Non sapremo mai di questo mi, dans « Neverland », comprenant également des œuvres de Mauro Lanza, Ensemble Alternance, direction : Robert HP Platz, 1 cd Stradivarius, Milan, 2007, STR33755.
  • Gérard PESSON, Cinq poèmes de Sandro Penna, Gel, par jeu, Nocturnes, Non sapremo mai di questo mi, Quatuor à cordes (Respirez ne respirez plus), Sur-le-champ, Les chants Faëz, La lumière n’a pas de bras pour nous porter, La vita è come l’alberto di natale, dans « Le gel, par jeu ; Quatuor à cordes ; Cinq poèmes de Sandro Penna », Paul-Alexandre Dubois (baryton), Dominique Vidal (clarinette basse), Patrice Petitdidier (cor), Jean Tuffet (violon), Véronique Marin (violoncelle), Sylvaine Billier (piano), Patrice Bocquillon (flûte), Dominique My (piano), Florence Millet (piano), Donatienne Michel-Dansac (soprano), Sandra Raoulx (mezzo), Stuart Patterson (ténor), Pascal Sausy (baryton), Quatuor Parisii : Thierry Brodard, Jean-Michel Berrette (violons), Dominique Lobet, Jean Philippe Martignoni (alto), Ensemble Fa, dir. Dominique My, CD Accord, coll. « Una Corda », 1996, n° 204682.
  • Gérard PESSON, Récréations Françaises, dans « Kurtag, Florentz, Ligeti, Pesson » (comprenant également des œuvres de Jean-Louis Florentz, Gyorgy Kurtag et Gyorgy Ligeti), Arto Noras (violoncelle), Michel Lethiec (clarinette), Andras Adorjan (flûte), Bruno Schneider (cor), Jean-Louis Capezzali (hautbois), Christian Ivaldi (piano), Vladimir Mendelssohn (alto), Gérard Poulet (violon), CD Arion, 1998.
  • Gérard PESSON, Cassation, dans « Recital 1 » (comprenant également des œuvres de Jonathan Harvey, Francisco Guerrero et Brice Pauset), Ensemble Accroche Note : Françoise Kubler (soprano), Armand Angster (clarinette), Marie-Pierre Vendôme (violon), Paul Collin (alto), Christophe Beau (violoncelle), Jean-Marie Angster (guitare), Miren Baruthio (piano), Michèle Renoul (piano), CD Nocturne, 2007.
  • Gérard PESSON, Contra me (miserere), dans « François Couperin – Leçons de Ténèbres » (comprenant également des œuvres de Marko Horvat, Francois Couperin, Rachid Benabdeslam, Nabil Khalidi et Jewish Traditional), Cyrille Gerstenhaber, Stéphanie Révidat, Rachid Benabdeslam, Marco Horvat, dir. Jean-Christophe Frisch, CD K617, 2003, n°K617146.
  • Gérard PESSON, In Nomine - Instrumentation colorée I, In Nomine - Instrumentation colorée II, Rebus (pro rebus Harry Vogti), dans « In Nomine : The Witten In Nomine Broken Consort Book » (comprenant également des œuvres de Brian Ferneyhough, Klaus Huber, Matthias Pintscher, Stefano Gervasoni…), Shizuyo Oka (clarinette), Ensemble Recherche, Melise Mellinger (violon), Martin Fahlenbock (flûte), Lucas Fels (violoncelle), Jaime Gonzalez, Barbara Maurer, Klaus Steffes-Hollander (piano), Christian Dierstein (percussion), CD Kairos, 2005 [2 CDs].
  • Gérard PESSON, 2 études pour orgue baroque : La discrète, Fanfare, dans « Passions » (comprenant également des œuvres de Claudio Merulo, Régis Campo, Louis Couperin, Edith Canat de Chizy, Brice Pauset, Nicolas de Grigny, Bruno Mantovani), Jean-Christophe Revel (orgue), CD aeon, n°AE0420, 2004
  • Gérard PESSON, Folies d’Espagne, dans « Sept pièces contemporaines » (comprenant également des œuvres de Jacques Charpentier, Thierry Escaich, Renaud Gagneux, Ichiro Nodaïra, Alain Weber, Michel Zbar), Geneviève Ibanez (piano), CD Editions Lemoine, 2002.

Liens Internet

(liens vérifiés en mai 2019).