Rachel Beja (1984)

Frammenti di memoria abolita (2021)

pour daf, violon, alto, violoncelle et électronique

electronic work, Ircam

  • General information
    • Composition date : 2021
    • Duration : 15 mn about
    • Commission: Ircam-Centre Pompidou ; Divertimento Ensemble
    • Dedication : Schallfeld Ensemble
  • Type
Detailed formation
  • autre percussion [Daf] , violon, alto, violoncelle

Creation information

  • Date : 17 June 2021
    Location :

    France, Gennevilliers, T2G, Festival ManiFeste


    Performers :

    Ensemble Schallfeld ; Leonhard Garms, direction.

Information about electronic
Studio informations : Ircam-Centre Pompidou
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Démoulin Étienne
Electronic device : temps réel (Instrumentation étendue. Un nouvel instrument en bois a été fabriqué et équipé de capteurs qui reconnaissent les mouvements de l’interprète et les traduisent en sons, pour étendre le son produit par l’ensemble instrumental.)

Observations

Avec le soutien du réseau ULYSSES, subventionné par le programme Europe créative de l’Union européenne.

Program note

L’énergie intense du matériau se transmute du daf aux cordes et jusqu’à l’électronique, les reliant tous en un cycle d’énergie unique, en une entité unique. Le daf est un instrument   percussion traditionnel perse, fréquemment associé à des expériences spirituelles et de transes. Son timbre est hautement versatile et contient différentes couches sonores : d’une part, des sons profonds et résonants, aux riches harmoniques, et, de l’autre, des tintements qui y semblent éparpillés, formant des timbres métalliques et granulaires. Le daf constitue l’impétus de cette pièce, et de lui découle le matériau développé et étendu par les cordes et l’électronique, le faisant accéder à d’autres dimensions. Cela se traduit autant par le recours à un matériau aux caractéristiques similaires, que par la production de contrastes susceptibles de mettre en avant chacune de ces caractéristiques. La nature profonde et primitive du daf donne lieu à des moments de rituel associés à des souvenirs ancestraux substantifiques de la nature humaine.
C’est à partir de ces réflexions que les matériaux des cordes et de l’électronique ont été élaborés, sur la base de trois archétypes sonores : les sons d’air, les tak (des sons relativement secs et aigus) et les dum (un son profond, largement résonnant). Autour de ces trois archétypes sonores, des variations sont produites, qui créent la forme de la pièce.

Rachel Beja, note de programme du concert ManiFeste du 17 juin 2021 au T2G.