Günter Steinke (1956)

C-Arco (1988)

pour violoncelle

  • General information
    • Composition date : 1988
    • Duration : 10 mn
    • Editor : Inédit
Detailed formation
  • violoncelle

Creation information

Program note

C - Arco : ce titre, pudiquement retranché derrière la dénotation technique (une note - ut - jouée avec l'archet), semble se référer à une réalité sonore presque totalement absente de la pièce.

C'est qu'en effet, cette situation qu'il désigne — celle apparemment fort banale d'une note jouée arco — devient, dans le contexte de l'œuvre, une manière d'exception. Günter Steinke explore les conséquences d'une dissociation très poussée entre les fonctions traditionnelles des deux mains de l'instrumentiste. La main gauche du violoncelliste procède à des pressions plus ou moins percussives sur les cordes, qui ne sont pas nécessairement synchrones avec les mouvements de l'archet contrôlés par la main droite : lorsque les deux actions sont simultanées, lorsqu'elles se conjuguent pour produire «un son de violoncelle », il s'agit, au sens le plus fort du terme, d'une coïncidence.

Cette démarche compositionnelle conduit Steinke à adopter une notation qui soit à même de prendre en charge une telle analyse des composantes du geste instrumental : comme il l'explique dans l'avant-propos de la partition, « dans les passages où la main droite et la main gauche jouent des structures polyrythmiques relativement indépendantes, les positions de la main gauche sont notées sur la portée (...), tandis que les actions à exécuter avec l'archet sont notées en dessous (...) ». Steinke se dit plus interessé « par la genèse des formes que par leur achèvement » : aussi cette véritable dissociation, organisée avec soin, lui permet-elle de mettre au jour la polyphonie inhérente à l'interprétation traditionnelle, et de créer une dramaturgie musicale propre à l'instrument.

Peter Szendy.