updated 9 May 2019
© Benoît Walther

Johannes Schöllhorn

Compositeur allemand né le 30 juin 1962 à Murnau.

Johannes Schöllhorn a étudié la composition avec Klaus Huber, Emmanuel Nunes et Mathias Spahlinger et la théorie musicale avec Peter Förtig, tout en travaillant la direction d’orchestre avec Peter Eötvös. Remarqué lors d’un stage de composition à Royaumont en 1992, distingué par l’Ensemble Recherche qui enregistra son premier disque monographique en 1994, sélectionné par le comité de lecture de l’Ensemble Intercontemporain en 1997, son opéra de chambre les petites filles modèles (1995) fera l’objet d’une tournée en France la même année, et sera donné à l’amphithéâtre de l’Opéra Bastille. Schöllhorn recevra ensuite de nombreuses commandes de l’Ensemble Modern, de l’Ensemble Intercontemporain, de L’Instant donné, des Neue Vocalsolisten Stuttgart, de l’Ensemble Musikfabrik, de Klangforum Wien, de l’ensemble ascolta, du Neue Ensemble, ainsi que des orchestres des radios de Cologne (WDR) et de Stuttgart (SWR), du DSO Berlin, du Seoul Philharmonic Orchestra et du Philharmonia Orchestra Londres.

Entre 1995 et 2000 Johannes Schöllhorn a enseigné à la Musikhochschule de Zürich-Winterthur, tout en dirigeant l’Ensemble für Neue Musik de la Musikhochschule Freiburg (Allemagne). Entre 2001 et 2009 il a été professeur de composition à la Hochschule für Musik und Theater Hannover, avant d’être nommé professeur de composition et directeur de l’Institut für Neue Musik à la Hochschule für Musik de Cologne. Il a aussi enseigné dans le séminaire de composition de la Fondation Royaumont, au Ictus Séminaire (Belgique), au Bartók Festival (Hongrie), ainsi qu’au Conservatoire de Paris, au Conservatory of Music de Tianjin (Chine), au Central Conservatory of Music Beijing (Chine), au Takefu-Festival (Japon), à la Tokyo Ondai University, au Seoul Philharmonic Orchestra, au Centro San Fedele Milan et à Kiev. En 2008 il était l’un des membres participants au projet « into » à Hongkong. Schöllhorn a obtenu de nombreux prix et distinctions dans des concours de composition, et le Prix Praetorius en 2009.

En 2011, il est compositeur en résidence au Festival d’Opéra de Heidenheim, et de 2013 à 2015 à l’Orchestre symphonique de Mulhouse. Il enseigne régulièrement dans des masterclasses et ateliers ; en octobre 2017, il devient professeur de composition et directeur de l’Institut pour les musiques nouvelles de la Musikhochschule de Freiburg.


© Ircam-Centre Pompidou, 2014

Liens Internet

(liens vérifiés en mai 2019)

Bibliographie

  • Martin KALTENECKER, « de l’ironie : Johannes Schöllhorn »,  Musica Falsa, n° 17, 2003, p. 66-69.
  • Peter SZENDY (textes réunis par), « Johannes Schöllhorn : comment savoir de quoi l’ombre est l’ombre ? », dans Arrangements, dérangements – la transcription musicale aujourd’hui, coll. « Les Cahiers de l’Ircam », éditions Ircam-Centre Pompidou, L’Harmattan, Paris, 2001, p. 121-130.
  • « notwendiger anachronismus » (entretien), Neue Zeitschrift**für Musik (mars-avril 2009), 2009 , p. 10-13.

Discographie

  • Johannes SCHÖLLHORN, Pièces croisées, Ensemble MusikFabrik, Emilio Pomárico : direction,**dans « Kreuzungen », 1 Cd Wergo, 2018, WER 6866 2.
  • Johannes SCHÖLLHORN, Chanson. Ein Liebeslied mit Ernst Jandl, dans « Liebeslieder », avec des œuvres de Hans Abrahamsen, Marc André, Carola Bauckholt, Sebastian Claren, Chaya Czernowin, Christopher Fox, Georg Friedrich Haas etc., Ensemble Recherche, 2 Cds Wergo, 2014, WER 67922.
  • Johannes SCHÖLLHORN, Pierrot lunaire, dans « Tracking Pierrot », avec des œuvres d’Arnold Schoenberg, Max Kowalski, Hanns Eisler et Earle Brown, Sarah Sun, Ensemble 29,46° S, 62,7° O  Manuel Nawri, 1 cd + 1 dvd Testklang, 2014.
  • Johannes SCHÖLLHORN, Madrigali a Dio, dans « Madrigali », avec des œuvres de José M. Sánchez-Verdú, Andreas Dohmen et Clemens Gadenstätter, Neue Vocalsolisten Stuttgart, 1 cd Col Legno, 2013.
  • Johannes SCHÖLLHORN, clouds and sky ; rota, red and blue; a self-same song, dans « clouds and sky », Jan-Philip Schulze, Gareth Davis, Peter Rundel,  JACK Quartet, Ensemble S, WDR-Sinfonieorchester Köln, 1 cd Mode Records, 2013, mode 255.
  • Johannes SCHÖLLHORN, Echo, dans « Portrait Eva Böcker : Spoken Tones », avec des œuvres de Pierre Boulez, Gérard Buquet, Sun-Young Pahg et Peter Eötvös, Eva Böcker : violoncelle, 1 cd Ensemble Modern, 2010.
  • Johannes SCHÖLLHORN*, rota*,* dans « Wittener Tage für neue Kammermusik 2009 », 1 cd WDR, 2009.
  • Johannes SCHÖLLHORN, Liu-yi/Wasser ; Senza parole ; kazabana; tiento; Suite, dans « Liu-yi », Orchestre symphonique de la Radio WDR, Chœur de la Radio WDR, Das Neue Ensemble, Johannes Kalitzke, Thomas Eitler et Johannes Schöllhorn, 1 cd aeon, 2008, n° 0863.
  • Johannes SCHÖLLHORN, in nomine, dans « The Witten In Nomine Consort Book », avec des œuvres de Marc André, Jorg Birkenkotter, Sebastian Calren, Andrew Digby, et Brian Ferneyhough, Ensemble Recherche, 1 cd Kairos, 2005.
  • Johannes SCHÖLLHORN, Der Vorhang geht auf - Das**Theater stellt ein Theater vor (mélodrame pour récitante et cinq instruments), dans « Der Vorhang geht auf - Das Theater stellt ein Theater vor », Caroline Gautier, Ensemble Recherche, direction : Mark Foster, 1 cd RCA, Deutschen Musikrats, Coll. « Musik in Deutschland 1950-2000 ».
  • Johannes SCHÖLLHORN, Descriptions automatiques, dans « Mélodrames français », Caroline Gautier, Ensemble Musikfabrik, James Avery, 1 cd Accord/Universal, n°465 283 2.
  • Johannes SCHÖLLHORN*, Berstend-starr* ; Madria ; Marien-Lieder; About the seventh ; Ralentir-travaux, dans « parodies & paraphrases », Armand Angster, Teodoro Anzelotti, J. Nied, S. Kamphues, Cl. Schubert, S. Otto, Ensemble Recherche, dir. Mark Foster, Emilio Pomarico, 1cd Accord, 1996 [Enregistrements réalisés de 1993 à 1995 à la WDR de Cologne].
  • Johannes SCHÖLLHORN, « Lichtspielmusik », avec des œuvres d’Arnold Schoenberg, Josef Matthias Hauer et Franz Schreker, Ensemble Recherche, direction : Lothar Zagrosek, 1 cd Montaigne/Auvidis, 1995, n° MO 782068 [bande originale de film].
  • Johannes SCHÖLLHORN*,* About the seventh, dans « For Stefan Wolpe », avec des œuvres de Stefan Wolpe, Morton Feldman, John Cage, et Elliott Carter, Ensemble Recherche, direction : James Avery, 1 cd Montaigne/Auvidis, 1995, n° MO 782048 [la pièce de Johannes Schöllhorn a été enregistrée par la WDR de Cologne à Fribourg-en-Brisgau en janvier 1993].
  • Johannes SCHÖLLHORN, Madria, dans « Wittener Tage für neue Kammermusik 1994 », 1 cd WDR, 1994.
  • Johannes SCHÖLLHORN, Ralentir-travaux, dans « Wittener Tage für neue Kammermusik 1993 », avec des œuvres d’Arnold Schoenberg, Günter Christmann, Giacinto Scelsi, Ensemble Recherche, 1 cd WDR, 1993.
  • Johannes SCHÖLLHORN*, Der Vorhang geht auf Das Theater stellt ein Theater vor* ; Hexagramm; Musarion; Hand-Stücke; les ombres-die Schatten, Schlussvignette & Retraiteschuß, dans « Œuvres », Lucas Fels : violoncelle, Uwe Mockel : clarinette, Caroline Gautier, Garth Knox, Françoise Rivalland, Christian Dierstein, Caroline Delume : guitare, Marie-Thérèse Ghirardi, W. Hoogewerf, Ensemble Recherche, direction : Mark Foster, 1 cd Accord/Musidisc, 1992, n° 201 622.