updated 14 September 2020
© Lucía Morate

Alberto Posadas

Compositeur espagnol né en 1967 à Valladolid.

Alberto Posadas débute ses études musicales à Valladolid, sa ville natale, puis les poursuit à Madrid.

En 1988, il rencontre Francisco Guerrero auprès duquel il étudie la composition et qu’il considère comme son authentique maître. Avec lui, il explore de nouvelles formes musicales grâce à l’utilisation de techniques comme la combinatoire mathématique et la théorie fractale. Cependant, l’autodétermination et la quête constante pour l’intégration de l’esthétique dans ces procédés mathématiques amènent le compositeur à rechercher d’autres modèles pour la composition, notamment la transposition en musique d’espaces architecturaux, l’application de techniques issues de la topologie et de la peinture dans une relation à la perspective, ou encore l’exploration des phénomènes acoustiques des instruments de musique à un niveau microscopique.

Il développe également une musique électroacoustique, dans un cheminement très personnel, à travers plusieurs projets dont Liturgia de silencio (1995), Snefru et Versa est in luctum (2002), Cuatro escenas negras (2009). Son intérêt pour l’implication du mouvement dans la transformation électronique du son le conduit à la création de Glossopoeia, œuvre pluridisciplinaire composée à l’Ircam en 2009 en collaboration avec le chorégraphe Richard Siegal. Il poursuit son travail sur l’électronique avec Tenebrae, pièce pour six voix et ensemble, créée en 2013 par l’Ensemble intercontemporain et l’ensemble vocal Exaudi sous la direction de François-Xavier Roth.

En 2006, il reçoit une bourse de la Casa de Velázquez à Madrid qui lui permet de réaliser, avec Andrès Gomis, un projet de recherche autour de nouvelles techniques de jeu du saxophone basse et leur application dans la composition.

La production d’Alberto Posadas inclut de la musique symphonique, pour chœurs, de chambre, des pièces solistes ainsi que de la musique avec électronique. Plusieurs de ses œuvres sont commandées par les plus grands festivals internationaux et des musiciens comme Esteban Algora, Andrès Gomis, Alexis Descharmes et l’Ensemble intercontemporain. L’année 1993 marque le début de sa carrière internationale ; ses pièces sont créées par des ensembles et des orchestres dont l’Ensemble intercontemporain, l’Itinéraire, Court-Circuit, le Nouvel Ensemble Moderne, le Quatuor Arditti, le quatuor Diotima, l’Orchestre national de France et l’orchestre philharmonique du Luxembourg.

Depuis 1991, Alberto Posadas est professeur d’analyse, d’harmonie et de composition au conservatoire de musique de Majadahonda à Madrid. Il est invité régulièrement à intervenir en tant que professeur de composition, notamment à la Session de Composition de Royaumont en 2012, au Takefu International Music Festival (Japon) en 2013, à l’Académie de composition Philippe Manoury au festival Musica en 2016, à l’académie ManiFeste de l’Ircam en 2017 et à la Musikhochschule de Lucerne en 2017 et 2018.

Il reçoit en 2002 le Prix du public au festival Ars Musica de Bruxelles pour A silentii sonitu et le Premio Nacional de Música en 2011.


© Ircam-Centre Pompidou, 2017

Documents

Liens Internet

Conférences de ou sur Alberto Posadas

(liens vérifiés en septembre 2020).

Discographie

  • Alberto POSADAS, Anklänge An François Couperin ; Anklänge An “La Cathédrale Engloutie” ; Anklänge An Robert Schumann ; Anklänge An “Aitsi” ; Anklänge An Stockhausen ; Anklänge An B. A. Zimmermann, Florian Hoelscher : piano, dans « Erinnerungsspuren », 1 CD WERGO, 2018, WER 7377 2.
  • Alberto POSADAS, Sombras, Sarah Maria Sun, soprano ; Carl Rosman, clarinette ; Quatuor Diotima, 1 cd Naïve, 2017, 5442.
  • Alberto POSADAS, Anamorfosis ; Tratado de lo inasible ; Tres pinturas imaginarias, Klangforum Wien, Nacho de Paz, direction, dans « Poetics of the Gaze », 1 cd Neos, 2017, 11715.
  • Alberto POSADAS, Sinolon, Armand Angster : clarinette, dans « Solo clarinet » avec des œuvres de Yann Robin, Brian Ferneyhough, Christophe Bertrand, Ivan Fedele et Helmut Lachenmann, 1 cd Triton, 2016, TR1331202.
  • Alberto POSADAS, Fulgida niebla de sol blanquecino ; Anábasis, Ricard Capellino : clarinette dans « Introspect(on)s » avec des œuvres de Mark Andre, Hèctor Parra, Raphaël Cendo, 1 cd Orlando Records, 2016, OR0025.
  • Alberto POSADAS, Kerguelen, Bläsertrio recherche, SWR Sinfonieorchester Baden-Baden and Freiburg, direction : François-Xavier Roth, dans « Donaueschinger Musiktage 2013 », avec des œuvres de Georges Aperghis, Bernhard Lang, Philippe Manoury, Enno Poppe, 1 cd Neos, 2014, 11411-14.
  • Alberto POSADAS, Del reflejo de la sombra, dans « Donaueschinger Musiktage 2010 », avec des œuvres de Vinko Globokar, James Dillon, Georg Friedrich Haas et al., Quatuor Diotima, Alain Billard : clarinette basse, 4 sacd, Neos, 2012, 11114-17.
  • Alberto POSADAS, Vocem flentium (Homenaje a Tomás Luis de Victoria), dans « Wittener Tage für neue Kammermusik 2011 », avec des œuvres de Hans Zender, Gérard Pesson, Heinz Holliger et al., Ensemble vocal Exaudi, 2 cd et 1 dvd Kulturforum Witten, 2011, WD 2011.
  • Alberto POSADAS*, Oscuro abismo de llanto y de ternur* ; Nebmaat ; Cripsis ; Glossopoeia, Ensemble intercontemporain, direction : François-Xavier Roth, coproduction Ircam-Centre Pompidou, 1 cd Kairos, coll. « Sirènes » 2010, 13112KAI.
  •  Alberto POSADAS, Resplandor, dans « Nueva Creación Sinfónica Vol. 3 », avec des œuvres de Tomás Marco, Zulema de la Cruz, Enrique Franco et al., Orquesta de la Comunidad de Madrid, Jacques Mercier : direction, Andrés Gomis : saxophone, 2 cd promotionnels de l’Asociacion Española de Orquestas Sinfónicas et la Fundación Autor.
  • Alberto POSADAS, Liturgia del silencio, dans « La flauta del siglo XXI », avec des œuvres de Cristóbal Halffter, José María Sánchez-Verdú, Jacobo Durán-Loriga et al., Julián Elvira : flûte, 1 cd Sello Autor, 2009, SA01567.
  • Alberto POSADAS*, Liturgia fractal* ; Ondulado tiempo sonoro… ; Modulaciones ; Órbitas ; Aborescencias ; Bifurcaciones, Quatuor Diotima : Yun-Peng Zhao : violon 1, Naaman Sluchin : violon 2, Franck Chevalier : alto,n, Pierre Morlet : violoncelle, 1 cd Kairos, 2009, 12932KAI.
  • Alberto POSADAS*, Memoria de « no existencia »,* dans « Le piano diversiforme », avec des œuvres de Tosi, Casanova, Pablo, Mestres Quadreny, Jean Pierre Dupuy : piano, 1 cd Ars Harmonica, AH189.
  • Alberto POSADAS*, Anamorfosis,* dans « Donaueschinger Musiktage 2006 Vol. 4 », avec des œuvres de Mauricio Kagel, Schönberg Ensemble Amsterdam, direction : Reinbert de Leeuw, 1 cd Neos, 10727.
  • Alberto POSADAS*, Snefru,* dans « Esteban Algora - Confluencias », avec des œuvres de José Maria Sánchez Verdú, Alfonso Casanova, Enrique Igoa, Eduardo Polonio, Andrés Lewin-Richter, Guilherme Carvalho, Esteban Algora : accordéon, 1 cd Tañidos, Several Records, SRD-289.

Bibliographie

  • José Luis BESADA,  Metamodels in Compositional Practices, The case of Alberto Posadas’s Liturgia Fractal, préface de Lawrence M. Zbikowski, éditions Ircam-Centre Pompidou/Delatour France, collection « Musique/Sciences », 2017.
  • José Luis BESADA, « Spanish Contemporary Music Surges Ahead », dans Universal Music Publishing Classical Yearbook, 2013, p. 58-59.
  • José Luis BESADA, « Egyptian Architecture: Posadas’ Metaphor for Composition », dans Bridges Coimbra. Proceedings 2011 (Reza Sarhangi, Carlo H. Séquin, sous la dir. de), Phoenix : Tesellations Publishing, 2011, p. 97-104.
  • José Luis BESADA, La notion de modèle chez Alberto Posadas. Aspects, mémoire de Master 2, sous la dir. d’Anne Sèdes, Saint-Denis : Université París 8, 2010.
  • Véronique BRINDEAU, « La fabrique d’un langage », entretien avec Alberto Posadas sur Glossopoeia dans Accent n° 39, le Webmag de l’Ensemble intercontemporain (lien vérifié en septembre 2020).
  • Véronique BRINDEAU, entretien de Véronique Brindeau avec Alberto Posadas sur Oscuro Abismo de llanto y de ternura, dans Accents n° 27, 2005, le Webmag de l’Ensemble intercontemporain (lien vérifié en septembre 2020).
  • Alicia DÍAZ DE LA FUENTE, « Una mirada a Cripsis de Alberto Posadas », dans IN_DES_AR. Investigar desde el arte (Vicente Calvo Fernández, sous la dir. de), Madrid : Dykinson, 2011, pp. 173-185.
  • Bernard FOURNIER, Histoire du Quatuor à Cordes. De l’entre-deux-guerres au XXIe siècle, Paris : Fayard, 2010, p. 1202-1208.
  • Miguel MORATE, « Alberto Posadas, ‘Tensión constante’ », entretien avec le compositeur dans Audioclásica n° 139, 2008, p. 74-79.
  • María SANTACECILIA, « Alberto Posadas », entretien avec le compositeur dans Boletín Diverdi n° 192, 2010*.*