updated 14 October 2021
© Penelope Messidi

Beat Furrer

Compositeur autrichien d'origine suisse né le 6 décembre 1954 à Schaffhausen, Suisse.

Beat Furrer commence des études de piano au conservatoire de sa ville natale puis s’installe à Vienne en 1975 pour étudier la composition avec Roman Haubenstock-Ramati et la direction d’orchestre avec Otmar Suitner.

En 1985, il crée l’ensemble Klangforum Wien (d’abord appelée Société de l’art acoustique). Il en est le directeur artistique jusqu’en juillet 1992. Depuis 1992, Beat Furrer est professeur de composition à l’Université de musique et d’arts du spectacle de Graz. De 2006 à 2009, il est professeur de composition invité à l’Université de musique et d’arts du spectacle à Francfort-sur-le-Main.

Il est professeur de composition à la Hochschule für Musik und Darstellende Kunst à Graz.

Les arts plastiques, la littérature, le jazz forment l’arrière-plan d’où naissent les premières œuvres. Certaines techniques s’apparentent par analogie aux procédés plastiques : superposition de couches qui cernent progressivement un objet en revisitant une même structure (Retour an dich, trio, 1986), effets de clairs-obscurs (Streichquartett n° 1, 1984). Ce travail de différenciation extrême entre les sons, les gestes et les textures se ramifie par endroits en des trames très denses ou se tient, au contraire, au bord de la dissolution (Studie 2 - à un moment de terre perdue, pour ensemble, 1990, Nuun, concerto pour piano et orchestre, 1996). La tendance à laisser certains éléments non-fixés, ou encore à laisser se développer les figures de manière autonome à l’intérieur d’un cadre réduit, reste une marque de son écriture jusque dans les dernières oeuvres. La forme musicale procède le plus souvent par processus superposés, recouvrements ou dévoilements progressifs, filtrage ou distorsion de mécanismes ou de matières raffinées, parfois déchirés par des gestes emphatiques surgissant dans toute leur étrangeté (Still, 1998). La voix enfin, du balbutiement bruité jusqu’au langage constitué, occupe dans ses compositions une place décisive. Les instruments, comme la voix restent souvent proches de l’énonciation parlée. La flûte d’Invocation (2002-2003), au même titre que la chanteuse et la comédienne, joue le personnage principal. Parmi ses œuvres de théâtre musical, citons son premier opéra Die Blinden, créé en 1989 au festival Wien Modern, Begehren (2001) et Fama (2005), qualifié de Hörtheater (théâtre pour l’écoute) et Wüstenbuch (2010). Son opéra La Bianca Notte, basé sur des textes de Dino Campara a été créé à Hambourg en 2015. Sa pièce pour contrebasse et électronique Kaleidoscopic memories est créée en 2016 lors du festival ManiFeste de l’Ircam par Uli Fussenegger. En 2019, son dernier opéra, Violetter Schnee, sur un livret de Händl Klaus, est créé au Staatsoper Unter den Linden de Berlin.

  • 1984 lauréat du Concours de composition « Junge Generation in Europa » (Jeune Génération en Europe à Cologne, Venise, Paris)
  • 1989 lauréat du Forum des jeunes compositeurs à Cologne
  • 1992 bourse Siemens
  • 1993 prix de musique de la ville de Duisburg
  • 1996 compositeur en résidence aux « Semaines musicales de Lucerne »
  • 2004 prix de musique de la ville de Vienne 2003
  • depuis 2005 membre de l’Académie des Arts, Berlin, section musique
  • 2006 Lion d’or pour FAMA à la Biennale de Venise
  • 2014 Grand Prix de l’Etat Autrichien
  • 2018 Prix Ernst Von Siemens pour la musique

© Ircam-Centre Pompidou, 2017

Sources

  • Editeurs : Bärenreiter, Universal Edition ;
  • Daniel ENDER, « Aspects de l’œuvre de Beat Furrer », dans L’inouï, revue de l’Ircam, n° 2, 2006 [Ircam-Centre Pompidou, Éditions Léo Scheer], p. 11-18 ;
  • Sigrid WIESMANN, « Beat Furrer » The new Grove Dictionary of Music and Musicians, Oxford University Press, 2007.

Documents

Liens Internet

Conférences de Beat Furrer à l’Ircam

(liens vérifiés en octobre 2021).

Bibliographie

  • « Beat Furrer » In : Lexikon zeitgenössischer Musik aus Österreich. Komponisten und Komponistinnen des 20. Jahrhunderts. directeur de publication Bernhard Günther. music information center austria, 1997, p. 449-452.
  • Christoph BECHER, « Der freie Fall des Architekten ». In: Neue Zeitschrift für Musik 7/8, 1990, p. 34 et suivantes.
  • Diether DE LA MOTTE, « Zum Narcissus-Fragment » in : Nähe und Distanz, Wolfgang Gratzer, éditeur, Hofheim, vol. 2, 1997, p. 236-248.
  • Daniel ENDER, Métamorphoses du son : la musique de Beat Furrer, Genève, Contrechamps éditions, 2019.
  • Daniel ENDER, Martin KALTENECKER, « Un compositeur : Beat Furrer » dans L’inouï, revue de l’Ircam # 2, 2006, Ircam - Centre Pompidou, Éditions Léo Scheer, p. 9-38.
  • Bernhard GÜNTHER, « Zeit im Sprung : Beat Furrer » in : Takte, Informationen für Bühne und Orchester, 2/1996, Kassel, p.16 et suivantes.
  • Peter HAGMANN, « Musik der offenen Beziehungen » in : Neue Zürcher Zeitung 9, 1991, p. 68.
  • Reinhard KAGER, « Klangblitze in stiller Dunkelheit. Zur Musik der Schweizer Komponisten Beat Furrer und Michael Jarrell » in : Programmheft der Internationalen Musikfestwochen Luzern, septembre 1996, p. 142 et suivantes.
  • Thomas MACHO, « Hören, Sehen, Übersetzen. Für Beat Furrer », in MusikTexte n° 158, août 2018, pp. 27-29.
  • Patrick MÜLLER, « Le lieu possible d’une action ; entretien avec Beat Furrer sur son nouvel opéra Invocation », dans Dissonance # 81, juin 2003, p. 16 -19.
  • Patrick MÜLLER, « Quasi parlando : Invocation, opéra de Beat Furrer », dans Musica Falsa n° 19, automne 2003, p. 52 -57.
  • Peter OSWALD, « Chiffrierte Botschaften des Lebens ». In : Melos n° 3, 1988, 33 et suivantes.
  • Christian SCHEIB, « Beat Furrer » in : Komponisten der Gegenwart, Edition Text + Kritik, München 1992.
  • Christian SCHEIB, « Destillationsprozesse » in : du, Die Zeitschrift für Kultur, 7/2001, p. 135 et suivantes.
  • Kerstin SIEGRIST, Furrer - die Opern “Die Blinden” und “Narcissus”, Johannes Gutenberg-Universität, Mainz, 1997.
  • Ulrich TADDAY (éd.), « Beat Furrer », Musik-Konzepte, edition Text+Kritik, Heft 172/173, 2016.
  • Michael TÖPEL, « Moderato cantabile. Beat Furrer im Gespräch über seine neue Oper » in : Takte, Informationen für Bühne und Orchester, 2/2002, Kassel, p. 2 et suivantes.
  • Claudia Maurer ZENCK, « Echo wird Musik. Zur Entstehung von Beat Furrers Narcissus » in : Opernkomposition als Prozess, Werner Breig, éditeur, Kassel 1996, p. 165-186.

Discographie

  • Beat FURRER, Enigma I-VI ; still ; …cold and calm and moving, Helsinki Chamber Choir ; Uusinta Ensemble ; Nils Schweckendiek., direction, 1 cd Toccata Classics, 2016, TOCC 0360.
  • Beat FURRER, Zwei Studien ; Enigma VII, WDR Sinfonieorchester Köln, Titus Engel, direction ; WDR Rundfunkchor Köln, Rupert Huber, direction, dans « Wittener Tage für neue Kammermusik 2015 », 2 cd Kulturforum Wien/WDR, 2015.
  • Beat FURRER, Strane Costellazioni, Junge Deutsche Philharmonie ; David Afkham, direction, dans « Grammont sélection 7 », 1 cd Musiques Suisses/Grammont, 2016, MGB CTS-M 142
  • Beat FURRER, … cold and calm and moving *; Aer *; Lied *; Studie für Piano *; Auf tönernen Füssen, Samuel Fried, piano ;Eva Furrer, flûte ; Mira Tscherne, voix ; Proton-Ensemble ; Trio Catch, 1 cd  Musiques Suisses/Grammont Portrait, 2016, MGB CTS-M 141
  • Beat FURRER, Wüstenbuch ; Ira-arca ; Lied ; Aer, Klangforum Wien, Trio Catch, Tora Augestad : soprano, Sébastien Brohier : baryton, Eva Furrer : flûte, Uli Fussenegger : contrebasse, Mikhail Dubov : piano, Vladislav Pesin : violon, 1 cd Kairos 2014, n° 0013132KAI.
  • Beat FURRER, Streichquartett Nr.3, KNM Berlin, Steffen Tast et Angela Jaffé : violons, Kirstin Maria Pientka : alto, Ringela Riemke : violoncelle, Tora Augestad : soprano, Uli Fussenegger : contrebasse, 1 cd Kairos, 2010, n° 0013132KAI.
  • Beat FURRER, Konzert für Klavier und Orchester ; Invocation VI ; Spur ; FAMA VI ; Retour an dich ; Lotófagos I, Nicolas Hodges : piano, WDR Sinfonieorchester Köln, direction : Peter Rundel, Petra Hoffmann : soprano, Eva Furrer : flûte basse, Kammerensemble neue musik berlin, Isabelle Menke : voix, Eva Furrer : flûte contrebasse, Tora Augestad : soprano, Uli Fussenegger : contrebasse,1 Cd Kairos, 2009, n° 0012842KAI.
  • Beat FURRER, Begehren, Johann Leutgeb : récitante, Petra Hoffmann : soprano, Vokalensemble Nova, ensemble Recherche, direction Beat Furrer, 1 Super Audio Cd hybride Kairos, 2006, n° 0012432KAI, version Dvd, 2008, n° 0012792KAI.
  • Beat FURRER, Fama, Isabelle Menke : récitante, Eva Furrer : flûte contrebasse, Bernhard Zachhuber : clarinette basse, Manfred Spitaler : clarinette basse, Klangforum Wien, Neue Vocalsolisten Stuttgart, direction : Beat Furrer, Kairos, 2006, 1 SACD Hybride, n° 012562KAI.
  • Beat FURRER, Drei Klavierstücke ; Voicelessness, The snow has no voice ; Phasma, Nicolas Hodges, piano, 1 Cd Kairos, 2005, WDR3, n° 0012382KAI.
  • Beat FURRER, Aria pour soprano et ensemble à vent ; Gaspra ; Solo pour violoncelle, ensemble Recherche, Lucas Fels : violoncelle, Petra Hoffman : soprano, 1 Cd Kairos, 2002, n° 0012322KAI.
  • Beat FURRER, Stimmen ; Face de la chaleur ; Dort ist das Meer, Julie Moffat : soprano, Eva Furrer : flûte, Ernesto Molinari : clarinette, Ensemble Vocal de la SWR de Stuttgart, direction : Rupert Huber, Schlagquartett de Cologne, Symphonique de la Radio de Vienne, Beat Furrer : direction, 1 Cd Kairos, 2001, n° 0012272KAI.
  • Beat FURRER, Nuun ; Presto con fuoco ; Still ; Poemas, Klangforum Wien, direction : Peter Eötvös, Sylvain Cambreling, 1 Cd Kairos, 2000, n° 0012062KAI.
  • Beat FURRER, Mobile for Shakespeare, Ensemble Avantgarde, direction : Beat Furrer, 1 Cd Hat Art, coll. Hat Now, 1999.