Pierre Jodlowski (1971)

Éclats de ciel (1995)

pour clarinette et dispositif électroacoustique

œuvre électronique

  • Informations générales
    • Date de composition : 1995
    • Durée : 10 mn
    • Éditeur : Jobert
Effectif détaillé
  • clarinette

Information sur la création

  • 11 April 1996, France, Albi, saison du GMEA, par Jean-Christophe Murer : clarinette.

Information sur l'électronique
Dispositif électronique : autre dispositif électronique (voir informations complémentaires)

Observations

Éléments techniques
- 2 micros statiques pour l'amplification de la clarinette
- un ordinateur macintosh / système 9 - X / Programme Max/MSP
- un processeur d'effet (reverb)
- interface, clavier et pédale MIDI
- un système de diffusion traditionnel soit : console de diffusion (minimum 8/4/2), amplis et haut-parleurs (on prévoira au minimum un couple de haut-parleurs large bande pour la façade et 2 haut-parleurs pour la diffusion en salle).

Note de programme

Souffles rauques, fugitifs, mélodies brèves, éclatées, gestes sans cesse reconduits, un craquement de porte, un tambour très grave, incantatoire, un feu lointain qui brûle, sons larsen souples, tels sont les éléments de ces Éclats de ciel.

Éclats ou fragments d'une contrée céleste qui, comme le conçoivent les Anciens Mexicains Aztèques, se divise en treize cieux superposés, treize mondes allégoriques au cœur des éléments, des couleurs et des dieux polymorphes.

Selon La Historia de los Mexicanos por sus pinturas citée par Jacques Soustelle, chacun des cieux représentait un monde à part dont la signification profonde reste énigmatique. Ainsi, au premier ciel sont associées les étoiles, au deuxième, les TZITZIMIME (monstres à l'aspect squelettique qui se déchaîneront sur le monde), au troisième, les quatre cents gardiens des cieux (...), le septième étant le pays de la poussière (...), le treizième dédié au couple divin primordial TONACATECUTLI et TONACACIUATL.

À travers un prisme déformant, je me suis livré à un jeu d'associations de chacun de ces cieux à un "état musical" : phrases ascendantes et brèves associées au feu -gestualité de la flamme- (CIEL 5), bruits de souffles à la figure du vent (CIEL 6), sons multiphoniques aux mondes divins (CIEUX 9 à 13), longues mélodies descendantes aux oiseaux qui descendent sur la terre (CIEL 4)...

Au-delà de l'identification de ces représentations, les préoccupations musicales, et notamment l'aspect formel, m'ont conduit à bouleverser l'ordre de cette chronologie céleste en ne préservant que l'aspect profondément poétique de ces différents mondes. L'allégorie devient alors musicale, abstraite, jouant de cette ambiguïté d'un sens poétique confronté à l'inénarrable, l'électroacoustique apportant sa dose de perturbation par la présence de symboles sonores, comme celui de la porte s'ouvrant sans cesse sur un nouveau ciel...

C'est à la Figure emblématique QUETZALCOATL, le serpent à plumes, qu'est consacrée la partie centrale de l'œuvre, intitulée Agonie du Serpent de Feu ; cette mort symbolique correspond à une transformation du discours qui, plus épuré, se déploie dans un espace-temps de plus en plus étiré.

Alors, l'œuvre s'achemine lentement vers la résonance incantatoire du tambour ancestral, annonciateur du sacrifice...

Pierre Jodlowski.