Michael Jarrell (1958)

Cassandre (1993-1994)

monodrame pour comédienne, ensemble instrumental et électronique

œuvre électronique, Ircam
œuvre scénique

  • Informations générales
    • Date de composition : 1993 - 1994
    • Durée : 1 h 05 mn
    • Éditeur : Lemoine, Paris
    • Commande: Fondation Pro Helvetia et Théâtre du Châtelet
    • Livret (détail, auteur) :

      Christa Wolf, Kassandra, adaptation de Gerhard Wolf, traduction française de Alain Lance.

Effectif détaillé
  • soliste : actrice
  • flûte, hautbois, clarinette, clarinette basse, basson, 2 cor, trompette, trombone, 2 percussionniste, piano, clavier électronique/MIDI/synthétiseur, violon, violon II, alto, violoncelle, contrebasse

Information sur la création

  • 4 February 1994, Paris, Théâtre du Châtelet, par Marthe Keller : récitante, Ensemble intercontemporain, direction : David Robertson, Peter Konwitschny : mise en scène, Helmut Brade : décors.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Pierre Charvet
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Observations

Version anglaise, 2006 ;
Kassandra, version allemande de Cassandre, 1996, créée au Festival international de musique de Lucerne, Suisse le 26 août 1996, par Anne Bennent : actrice et l'Ensemble Modern de Francfort ;
Version italienne, 2005 ;
Version espagnole, 2009.

Note de programme

Ce monodrame a été inspiré par la comédienne suisse Marthe Keller. Le texte, de l'écrivain allemand Gerhard Wolf, est basé sur le livre de Christa Wolf, Kassandra, interprétation moderne du drame grec. Deux versions, musicalement identiques, sont envisagées : la première en français, pour le théâtre du Châtelet, et la deuxième en allemand. L'ensemble est constitué de 18 musiciens, auxquels s'ajoute une partie électronique constituée d'échantillons déclenchés par un clavier dans l'orchestre. Le défi est d'intégrer les sons électroniques dans l'orchestre traditionnel, ceci pour élargir le champ des sonorités d'une manière cohérente ; ce n'est qu'à deux occasions, pendant une heure que dure la pièce, que l'électronique, pour des raisons dramaturgiques, joue un rôle de premier plan.