Jonathan Harvey (1939-2012)

String Quartet No 1 (1977)

pour quatuor à cordes

  • Informations générales
    • Date de composition : 1977
    • Durée : 18 mn
    • Éditeur : Faber Music, London, nº F0643.
    • Commande: Quatuor Arditti
    • Dédicace : à Donald Mitchell
Effectif détaillé
  • violon, violon II, alto, violoncelle

Information sur la création

  • 6 March 1979, Royaume-Uni, Southampton, Université, par le Quatuor Arditti.

Note de programme

Mon Quatuor est inspiré par cette idée de Rudolph Steiner (émise au début des années 1920) selon laquelle le futur développement de la musique ira vers la spiritualisation, et impliquera une identification de la caractéristique de la note individuelle.

En effet, si nous nous immergeons dans la note, nous découvrons trois, cinq notes différentes, ou davantage : la note seule s'élargissant en une mélodie et une harmonie menant tout droit au monde de l'esprit... il y a là une envie de comprendre la note dans toute sa profondeur spirituelle, et un désir de passer de l'élément naturaliste à l'élément spiritualiste. Le quatuor à cordes, est le moyen naturel pour exploiter cette idée, car les instruments à cordes sont ingénieux et subtils dans l'exécution des harmoniques reliés à une fondamentale. La technique remonte au moins à Pythagore et au principe de la longueur des cordes divisée. Mon Quatuor est essentiellement une oeuvre mélodique quelquefois monodique, et au lieu d'harmoniser la mélodie, je lui ai laissé sa propre « radiance », son aura, son corps spirituel (...I'harmonie qui conduit droit au monde de l'esprit).

En outre la veine mélodique « innocente » doit passer à travers une suite d'expériences ou d'initiations au cours desquelles elle est assaillie par des explosions émotionnelles ; elle confronte le monde scientifique (elle est mesurée et disséquée en séries), et vers la fin, est psychologiquement expulsée à une extrême vitesse où les tensions sont effacées et le « vécu » passé en revue en une seule et même vision, comme une de ces expériences que les gens racontent en revenant du seuil de la mort.

Jonathan Harvey.