Keith Hamel (1956)

Faded Memories, Faded Jeans (1995)

pour quatre instruments et électronique

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 1995
    • Durée : 20 mn
    • Éditeur : édition du compositeur
    • Commande: Ircam-Centre Pompidou, Conseil des Arts du Canada
Effectif détaillé
  • 1 clarinette, 1 percussionniste, 1 clavier électronique/MIDI/synthétiseur, 1 violoncelle

Information sur la création

  • Date : 27 June 1995
    Lieu :

    Paris, Ircam, Espace de projection


    Interprètes :

    des solistes de l'Itinéraire.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Réalisée à l'Ircam
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Thomas Hummel, Frédéric Voisin
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Note de programme

Faded Memories, Faded Jeans est une commande de l'Ircam et de la section pour la musique du Conseil des Arts du Canada. Les éléments informatiques et électroacoustiques ont été conçus et réalisés à l'Ircam entre janvier 1994 et avril 1995, avec l'aide des assistants musicaux Thomas Hummel et Frédéric Voisin. L'œuvre fait appel au logiciel d'interprétation interactif MAX, implanté sur la Station d'informatique musicale de l'Ircam. Les sons émanant des quatre sources acoustiques (clarinette, violoncelle, piano et percussion) sont rentrés dans l'ordinateur, et un programme informatique contrôle le traitement audio de ces sons, le play-back et gère également le traitement des échantillons pré-enregistrés, de même que le mixage et la spatialisation.

Tous les échantillons utilisés dans la pièce sont réalisés à partir de voix humaines et présentent une grande variété de fragments chantés et parlés et d'articulations vocales : les sources sonores vont du chant grégorien à Janis Joplin, en passant par des conférences de Milton et des discours absurdes.

L'un des idées directrices de Faded Memories, Faded Jeans consiste à prendre des matériaux qui contrastent ou se contredisent en apparence, et à les présenter de telle façon qu'ils deviennent complémentaires les uns les autres. Ceci est effectué soit par une focalisation sur les propriétés acoustiques communes aux matériaux opposés et leur mise en relief, soit par un traitement audio commun des sources sonores de manière à les fusionner. Le traitement audio permet également de doter les instruments live d'identités vocales à des points précis de la composition.

En termes de conception formelle, la pièce est constituée de plusieurs structures formelles parallèles. Par conséquent, plutot que de se présenter sous une forme unique, différents aspects de l'œuvre ont des motifs formels différents, ce qui fait que l'auditeur peut entendre, au fur et à mesure de la progression de la pièce, un contrepoint de formes. Le motif structurel le plus évident est vraisemblablement une grande forme tri-partite, créée par les catégories d'échantillons utilisées dans la composition. La première section se concentre sur la voix, support pour le chant religieux et expression de l'émotion personnelle. La seconde section repose, elle, sur le discours et la voix vecteurs de communication, la troisième sur des groupes de voix et des textures vocales riches. Cette section représente l'aspect communautaire de la voix humaine. Une autre structure formelle, plus complexe, naît de la relation entre les instruments live et les sons de la voix au cours de leur évolution à travers l'œuvre. Une troisième forme prend corps par construction et dissolution graduelles des textures instrumentales. Ces vagues culminantes réapparaissent à plusieurs reprises au cours de la pièce.

Indépendamment de ces considérations formelles, Faded Memories, Faded Jeans s'attache à explorer le spectre des émotions humaines. La pièce est à l'image de notre propre existence : pleine d'instants de beauté, de confusion, de tristesse et, je l'espère, d'humour.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Keith Hamel