Jun Fu (1956)

Solitude and Variance (1995)

pour ensemble et électronique

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 1995
    • Durée : 08 mn
    • Éditeur : Inédit
Effectif détaillé
  • 1 hautbois (aussi 1 cor anglais), 1 clavecin, 1 guitare, 1 alto

Information sur la création

  • Date : 13 January 1996
    Lieu :

    Paris, Ircam, espace de projection, concert du Cursus de composition


    Interprètes :

    Hélène Devilleneuve : hautbois, Jean-Marie Cottet : clavecin, Thierry Mercier : guitare, Pascal Robault : alto, direction : Pierre-André Valade.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam, Cursus de composition et informatique musicale
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Note de programme

L'idée d'utiliser des solos et duos dans un ensemble de chambre m'est venue telle une métaphore, révélatrice de sentiments de solitude, d'abandon et de conflit avec soi-même.

Solitude and Variance est une musique d'ensemble écrite pour hautbois doublant le cor anglais, alto, guitare, clavecin, et ordinateur pour le contrôle de l'électronique en temps réel. Le choix de ces instruments découle de la combinaison de duos de caractéristiques instrumentales contrastantes : deux instruments à cordes pincées (guitare et clavecin) et deux instruments à sons tenus (hautbois et alto).

Les diverses combinaisons de ces caractéristiques sonores tracent une voie pour la conception de la composition. On trouve, par exemple, des passages solo et six duos de combinaisons différentes, jouant chacun un rôle différent, et générant des ambiances différentes. Les traitements informatiques font partie intégrante de la famille instrumentale des sons pincés et entretenus. Par l'utilisation de la synthèse granulaire, un simple son pincé est transformé en une texture granuleuse composée de multiples couches. Lorsqu'ils se mélangent avec les instruments acoustiques, ils forment ensemble de nouvelles combinaisons de duos et de solos. Il y a, par exemple, des passages comportant un duo entre le son électronique et le hautbois, ou bien avec une mélodie électronique accompagnée d'un duo instrumental. Les mélodies électroniques sont créées avec la synthèse croisée provenant du logiciel SVP.

La plupart des fichiers de sons résultent de la synthèse croisée de sons instrumentaux pincés et entretenus. Les matériaux ainsi obtenus servent à leur tour de matière première à de nouvelles synthèses croisées. Le résultat de ce processus apparaît inattendu et même contradictoire avec les passages instrumentaux. Il est devenu le trait saillant de l'œuvre.

Jun Fu