Ivan Fedele (1953)

Profilo in eco (1994-1995)

pour flûte soliste et ensemble

  • Informations générales
    • Date de composition : 1994 - 1995
    • Durée : 16 mn
    • Éditeur : Suvini Zerboni, nº 10865
    • Commande: festival Archipel de Genève
Effectif détaillé
  • soliste : flûte
  • hautbois, clarinette, basson, cor, percussionniste, piano, violon, alto, violoncelle, contrebasse

Information sur la création

  • Date : 11 March 1995
    Lieu :

    Suisse, Genève, festival Archipel


    Interprètes :

    Félix Renggli : flûte et l'ensemble Contrechamps, direction : Giorgio Bernasconi.

Note de programme

Bien qu'issu directement de Donax, pièce pour flûte solo écrite en 1992, Profilo in eco est une composition autonome. Comme le suggère son titre, la partie de la flûte soliste, qui conserve toute sa souveraineté, est inserrée dans un espace avec lequel elle interagit en profondeur. On peut donc comparer Donax à un dessin à l'encre de Chine, parfaitement achevé et doté de toutes les nuances nécessaires, transformé ultérieurement en sujet pictural, dans un environnement et une gamme nouvelle de relations de timbres et de formes. Une fois de plus, en prescrivant une disposition précise des musiciens sur scène, Fedele intervient sur l'espace où se déroule « l'histoire sonore », et ce, dit-il, afin que « les figures musicales définissent non seulement une densité et une raréfaction des événements, ou bien une dialectique synthétique de la pièce, mais également une dialectique de parcours ». Le matériau de Donax subit un filtrage harmonique, vit la condensation et la raréfaction des figures, et est redistribué de sorte que la polyphonie virtuelle de la flûte devienne une polyphonie réelle.


  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  5. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  6. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Claudio Proietti, « Ivan Fedele » Les cahiers de l'Ircam, Compositeurs d'aujourd'hui, 1996.