Ivan Fedele (1953)

Duo en résonance (1991)

pour deux cors concertants et ensemble

  • Informations générales
    • Date de composition : 1991
    • Durée : 18 mn
    • Éditeur : Suvini Zerboni, nº 10270
    • Commande: Ensemble intercontemporain
    • Dédicace : à Peter Eötvös
Effectif détaillé
  • soliste : 2 cor
  • 2 flûte, 3 clarinette, 2 trompette, 2 trombone, tuba, 2 percussionniste, harpe, piano, violon, violon II, alto, violoncelle, contrebasse

Information sur la création

  • 18 March 1993, France, Paris, Centre Pompidou, par Jacques Deleplancque, Jens McManama : cors, Ensemble intercontemporain, direction : Paul Daniel.

Note de programme

Duo en résonance est une œuvre capitale. Indépendamment de son succès (commandée et créée par l'Ensemble intercontemporain, elle fut également dirigée par Pierre Boulez au théâtre de la Scala de Milan, le 22 juin 1994), la pièce présente une partition qui condense en effet avec un équilibre, une transparence et une dimension poétique d'une évidence encore jamais atteinte, toutes les trajectoires du langage compositionnel de l'auteur.

Le titre traduit avec précision la nature la plus intime de la pièce. Le duo des cors solistes, situés aux extrémités de l'espace frontal, instaure tout un jeu de résonances, d'interférences, de réverbérations et d'échos. Ce jeu intéresse non seulement les relations à l'intérieur du duo, avec un effet stéréophonique de figures qui parcourent en permanence l'espace dans les deux sens, mais également la relation avec l'ensemble instrumental. Dans ce dernier cas, les processus de multiplication, de réfraction, de diffraction et de distorsion auxquels sont soumis les matériaux se projettent dans un espace où coexistent plusieurs champs de résonance, chacun doté de ses propres caractéristiques de réverbération. C'est ainsi que Fedele, avec des instruments traditionnels, réalise une situation typique de la musique électroacoustique. Dans cette optique, le choix des cors est particulièrement efficace et significatif. Au-delà de leur puissance d'évocation, la nature sonore de ces instruments possède en effet une richesse bien particulière de vibrations, de stratifications harmoniques et d'expansion dans l'espace, qui contribue d'une manière décisive à rendre fidèlement l'intention du compositeur et à exalter la poésie de la pièce.

Claudio Proieti, « Ivan Fedele » Les cahiers de l'Ircam, coll. Compositeurs d'aujourd'hui, 1996.