François Evans (1965)

Conquête de l'espace (1993)

pour trois instruments, sonar et électronique

electronic work, Ircam
Ircam cursus

  • General information
    • Composition date : 1993
    • Duration : 12 mn
    • Editor : Éditions Mortelles, Paris
    • Commission: Ralph Vaughan Williams Trust
    • Dedication : à Philippe Gautreau
Detailed formation
  • 1 basson, 1 harpe, 1 percussionniste

Creation information

  • Date : 12 February 1994
    Location :

    Paris, Ircam, Espace de projection, atelier du Cursus de composition


    Performers :

    Paul Riveaux : basson, Frédérique Cambreling : harpe, Daniel Ciampolini : percussion.

Information about electronic
Studio informations : Ircam, Cursus de composition et informatique musicale
Electronic device : dispositif électronique non spécifié

Program note

Conquête de l'espace est basée sur une des huit tapisseries de Jean Lurçat dans la série Le Chant du Monde qui dépeint la perception de l'Homme face à son existence. Elle montre un homme tenant un arc bandé, quittant la terre dans une bulle, au moment où elle traverse la couche d'ozone. Le ciel, dont elle s'approche, occupe la plus grande partie de la tapisserie, avec des explosions de couleurs venant de planètes, de trajectoires météoriques, de gaz cosmiques, d'étoiles bleues, de comètes, de soleils rouges et oranges, et de lunes blanches.

Les fondations sont déjà posées, alors que nous abordons un nouveau siècle. Quel avenir pour l'Homme ? Les cultures continuent à se fondre, et nous prenons conscience qu'après tout, le monde n'« est » rien : les objets, les pensées et ce qu'elles évoquent pour nous sont deux entités bien distinctes, qui peuvent être représentées contextuellement et morphologiquement. La forme de l'œuvre reflète cela à travers des sections qui se rejoignent entre elles en empruntant les chemins de notre « carte interne » du monde sonore.

Tout le matériau harmonique est basé sur l'analyse des sons produits par des instruments acoustiques. Cette analyse fait ressortir le timbre et les accords dont on peut tirer parti. Chaque instrument produit une « harmonie des sphères ». J'ai utilisé aussi une technique de réduction, pour produire des gammes synthétiques que j'ai exploitées. Presque tout le matériau de synthèse provient soit d'échantillons d'instruments acoustiques, soit de synthétiseurs. Les sons produits sont, de temps en temps, harmonisés selon les ressources harmoniques déjà décrites, ou transformés pour les éloigner des timbres référentiels. Parmi les instruments, j'ai inclus un bloc en bois, que j'ai placé en retrait des autres instruments à percussion. J'étais alors intéressé par le principe selon lequel, dans l'espace, on peut approcher un « point » lointain jusqu'à ce qu'il devienne un monde qui peut nous entourer et nous envahir. Ce bloc représente un « point de source » littéralement isolé des autres instruments. Quand on le fait résonner à un moment précis du morceau, le bruit s'épanouit pour constituer des éléments terrestres autonomes.

François Evans.