Pascal Dusapin (1955)

Semino (1985)

chant à six voix pour Louis sur le vingt-huitième fragment du poème de Parménide

  • Informations générales
    • Date de composition : 1985
    • Durée : 05 mn
    • Éditeur : Salabert, Paris
    • Commande: Fondation Royaumont
    • Livret (détail, auteur) :

      Parménide


      1. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

      2. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

      3. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

      4. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

      5. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

Effectif détaillé
  • ensemble de voix solistes(2 soprano solo, contralto solo [], ténor solo [], baryton solo [], basse solo [])

Information sur la création

  • Date : 6 September 1992
    Lieu :

    France, Abbaye de Royaumont, Festival Voix Nouvelles


    Interprètes :

    l'ensemble Voix Nouvelles, direction : Nicholas Isherwood.

Note de programme

Semino (engendrer) est un court madrigal écrit en 1984 pour la naissance de mon fils Louis. Le texte utilise le vingt-huitième fragment (le seul à nous être parvenu en hexamètres latins) du Poème de Parménide.

Femina virque simul Veneris cum germina miscent,
venis informans diverso ex sanguine virtus
temperiem servans bene condita corpora fingit.
nam si virtutes permixto in corpore, diræ
nascentem gemino vexabunt semine sexum

Quand l'homme et la femme mêlent en même temps les semences de l'amour, la force qui, dans les veines, est constituante à partir des sangs opposés, si elle garde un juste tempérament, façonne des corps bien bâtis. Mais si, nées des semences mêlées, les forces sont en lutte et refusent de s'unir dans le corps qui résulte du mélange, alors, devenues funestes, elles contrarieront de leur double origine le sexe de l'enfant.


  1. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  2. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

  3. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  4. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  5. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

Pascal Dusapin.