Philippe Durville (1957)

Imac (1986)

pour deux ensembles instrumentaux et synthétiseurs

  • Informations générales
    • Date de composition : 1986
    • Durée : 19 mn
    • Éditeur : Billaudot, Paris, nº G 4045 B
    • Commande: Ensemble Itinéraire
    • Dédicace : à Ivo Malec ; à Eugénie Durville

Information sur la création

  • Date : 18 April 1985
    Lieu :

    Paris, Centre Georges-Pompidou


    Interprètes :

    l'Itinéraire.

Note de programme

Imac, pour ensemble de vingt musiciens, fait largement appel aux récentes découvertes dans le domaine de la psychoacoustique, en particulier aux processus qui contribuent à la formation et à la différenciation d'images acoustiques et à la dérivation de leurs qualités perceptuelles.

Images auditives ? L'image auditive est une représentation psychologique d'une entité sonore révélant une cohérence dans son comportement acoustique. Afin de pouvoir former des images auditives dans son environnement, le système auditif doit pouvoir décider quels sont les éléments qui vont ensemble ou qui proviennent de la même source, et quels sont ceux qui proviennent de sources différentes.

Un des problèmes auxquels je me suis attaché dans Imac est celui de la fusion perceptive d'éléments sonores en une seule image sonore, ainsi que la distinction ou la séparation de différentes images sonores simultanées. La formation d'images procède un peu comme en réunissant les éléments qui «vont ensemble», I'image émerge comme la représentation à l'esprit de cette réunion des parties d'un corps sonore réparties dans le Temps et l'échelle de Fréquences. Défier les schémas sensoriels prédominants et susciter la transformation consciente de la perception en orientant l'attention de manière qu'elle se focalise sur différents niveaux de forme et de structure de l'oeuvre, fait qu'à un moment donné, ce qui peut être un objet de focalisation pour un auditeur peut, à un autre moment, n'être qu'un élément réuni dans une image composée, dans laquelle I'objet perd son identité mais contribue à la qualité de l'image plus étendue.

Le deuxième point dont j'aimerais parler est celui de l'utilisation de « mélodies » dans Imac. S'éloigner d'une conception de la mélodie comme d'une succession simple ou complexe de sons et/ou de timbres pour aller vers une mélodie conçue comme un organisme en évolution est une préoccupation continuelle. La recherche sur l'organisation séquentielle du son s'occupe de la manière dont la structure d'une séquence d'événements affecte la continuité perçue de la séquence, c'est-à-dire dans quelle condition une séquence de sons est-elle entendue comme un ou plusieurs flots. Un flot est une séquence de sons qui peut être interprétée comme un tout puisqu'elle possède une certaine logique ou continuité interne. Un flot est l'image d'une source dont les éléments sont répartis sur plusieurs événements dans le temps, c'est-à-dire qu'une mélodie est un flot, une image.

Un dernier point concerne la fonction des deux DX7 (synthétiseurs numériques) qui est ici des plus essentielles ; elle n'est pas de caractère soliste, encore moins de parure de l'orchestre, mais bien plutôt un rôle structurel. Comme interpolateur de timbres (créer des interpolations entre sons préexistants) dans un modèle géométrique d'espace subjectif des timbres où les sons pris isolément sont représentés comme des points de cet espace ; soit comme catalyseur (sons générateurs), l'orchestre jouant le rôle de prisme, de déformateur, de microscope des DX7 dans lesquels les processus d'organisation horizontale et verticale sont appliqués à la microstructure du son ; les organisations séquentielles et simultanées se réclament des différentes composantes spectrales en tant que parties de la structure de l'image musicale. Ceci ouvre un accès au monde des mutations de « l'image » entendue.

Imac, IMAges ACoustiques, Ivo MAleC (dédicataire de l'œuvre), le titre serait-il lui aussi une « Image » ?

Philippe Durville.