Franco Donatoni (1927-2000)

La Souris sans sourire (1988)

pour quatuor à cordes

  • Informations générales
    • Date de composition : 1988
    • Durée : 17 mn
    • Éditeur : Ricordi, Milan, nº 134712
    • Commande: Ensemble intercontemporain
    • Dédicace : aux solistes de l'Ensemble intercontemporain
Effectif détaillé
  • violon, violon II, alto, violoncelle

Information sur la création

  • Date : 18 December 1989
    Lieu :

    France, Paris, foyer du Théâtre du Châtelet


    Interprètes :

    Jacques Ghestem, Jeanne-Marie Conquer : violons, Garth Knox : alto, Eric Leviennois : violoncelle (solistes de l'Ensemble intercontemporain).

Note de programme

La souris sans sourire pour quatuor à cordes a été écrite en 1988. C'est une commande de l'Ensemble intercontemporain.

Je ne saurais pas dire de quelle façon l'image contenue dans le titre a pu se retrouver dans la forme. Ce n'est pas un travail d'innovation en matière d'écriture instrumentale, mais plutôt une conception qui a cherché à retrouver dans cet ensemble de chambre la cohésion d'un seul instrument (contrairement à la pièce précédente où les « voix » étaient traitées de façon plutôt individuelle).

L'association de phrases d'Adorno et de Lewis Caroll — « celui qui sourit est le pouvoir », mais si le sourire reste là où le chat est absent, celui qui est dominé est une souris sans sourire — est gratuite, comme le sont toutes les associations : l'influence réciproque de deux éléments est le moteur de tout mouvement. Ainsi, le titre féconde les gestes et en eux se noie, comme une fonction sans organe se dissout dans l'organe sans fonction, puis, se retirant, l'abandonne à l'inertie de ce qui l'entoure.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Franco Donatoni.