Denis Cohen (1952)

La Cassure des nuages (1983)

pour voix de femme et trois clarinettistes

  • Informations générales
    • Date de composition : 1983
    • Durée : 12 mn
    • Éditeur : Nodus, Paris
    • Commande: Ministère de la Culture (France)
    • Livret (détail, auteur) :

      Georg Webern, Wolkenbruch Ende August


      1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

      2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

      3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Effectif détaillé
  • soliste : 1 voix de femme non spécifiée solo
  • 1 clarinette en mib (aussi 1 clarinette), 1 clarinette (aussi 1 clarinette basse), 1 cor de basset (aussi 1 clarinette contrebasse)

Information sur la création

  • Date : 24 June 1984
    Lieu :

    Institut français de Rome


    Interprètes :

    Marie-Claude Vallin : soprano, Olivier Voise, Jean-Noël Crocq, Eric Lamberger : clarinettes.

Note de programme

Bien que brève et utilisant un petit effectif, cette pièce présente une coagulation de procédés précédemment utilisés dans Trames, Transmutations ou Cantate.

L'aspect formel procède, outre de l'articulation (et de la désarticulation) du texte, de l'utilisation de tempi principaux, et d'un ou plusieurs tempi secondaires, simultanés ou successifs, ceci afin de démultiplier la pulsation de la voix, qui n'est pas « accompagnée » par les clarinettes, mais « instantanément développée » comme une image mobile que projetterait un objet réel.

J'ai utilisé ici, comme souvent, la modulation métrique différée d'une manière plus complexe puisque les vitesses s'engendrent l'une l'autre avant de prendre fin ; d'où la superposition des tempi. Il s'agit pour l'instrumentiste d'appréhender chaque nouvelle pulsation, davantage comme une nouvelle directive donnée au phrasé que d'un exercice d'arithmétique; néanmoins les tempi ne sont pas approximatifs puisqu'ils découlent tous de la pulsation de départ. Les percussions jouées en principe par la chanteuse servent à donner ces pulsations secondaires, introduites parfois pour de courtes durées. La densité du jeu, la tension maximale requise dépendra de cette attention, de cet effort particulier du jeu instrumental ; il s'agit ici de « nourrir » un court texte qui décrit une scène de rue « banale », mais dont l'intensité provient d'un regard poétiquement et « cinématographiquement » proposé.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Denis Cohen