Denis Cohen (1952)

Il sogno di Dedalo (1990-1991)

pour ensemble

  • Informations générales
    • Date de composition : 1990 - 1991
    • Durée : 17 mn
    • Éditeur : Nodus, Paris
    • Commande: Ministère de la Culture pour l'Ensemble 2e2m
Effectif détaillé
  • 1 flûte (aussi 1 flûte piccolo, 1 flûte alto), 1 hautbois, 2 clarinettes (aussi 1 clarinette basse), 1 saxophone alto, 1 basson, 2 cors, 1 trompette, 1 trombone, 2 percussionnistes, 2 altos, 2 violoncelles, 1 contrebasse

Information sur la création

  • Date : 4 June 1991
    Lieu :

    Paris, Maison de Radio-France


    Interprètes :

    l'ensemble 2e2m, direction : Paul Méfano.

Note de programme

L'adjectif « dédalique » a personnifié en sculpture un art rigide, frontal, et vue de face, proposant une loi de représentation de l'anatomie humaine, comme le décor céramique au VIIIe siècle avant J.C. en Grèce, ceci opposé à l'art géométrique.

La structure labyrinthique évoquée par le titre est réelle en ce qui concerne la disposition des éléments de reconnaissance du parcours, strictement encastrés dans un décompte de valeurs de durées qui n'est audible qu'au « regard » des plages récurrentes des tempi, des vitesses et des énonciations de figures « reconnaissables ».

Je ne prétends pas à l'identité absolue entre écriture et perception et revendique même une disjonction entre l'un et l'autre comme principe à transgresser pour une éventuelle forte identité sonore momentanée, mais cette transgression ne saurait s'identifier à une posture minimaliste. Elle est un moment de la continuelle mouvance entre les figurations aux contours clairs, affirmatifs, et celles aux contours transitoires ou évanescents.

Le labyrinthe de l'écriture (que seul l'architecte est en mesure de démonter puisqu'il en a les clés), n'est donc pas nécessairement celui d'un parcours auditif. Les proportions géométriques introduites dans les 28 blocs de durées, groupés par 4 des 7 sections principales, sont l'illustration de cet impossible compromis, le rêve de Dedalus en est le fruit.

L'audition est donc requise ici comme un acte, non comme un état. Le labyrinthe de l'auditif propose un autre rêve, celui d'un Thésée ou d'un Minotaure par exemple.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Denis Cohen