Pierre Boulez (1925-2016)

Le Soleil des eaux (1947)

pour soprano, chœur mixte et orchestre

  • Informations générales
    • Date de composition : 1947
      Dates de révision : 1950, 1958, 1965
    • Durée : 9 minutes
    • Éditeur : Heugel
    • Livret (détail, auteur) :

      René Char, Le Soleil des eaux

Effectif détaillé
  • soliste : soprano solo
  • chœur mixte à 4 voix
  • 2 flûte, 2 hautbois (aussi cor anglais), 2 clarinette (aussi clarinette basse), 2 basson, 3 cor, 2 trompette, trombone, tuba, 3 percussionniste, 4 timbales, xylophone, vibraphone, célesta [à cinq octaves] , 2 harpe, 6 violon, 5 violon II, 4 alto, 4 violoncelle, 3 contrebasse

Information sur la création

  • 1 April 1948, Paris RTF (version radiophonique pour voix et orchestre, retirée du catalogue).
  • 18 July 1950, Paris (pour soprano, ténor, basse et orchestre de chambre, retirée du catalogue), par Irène Joachim : soprano, Pierre Mollet : ténor, Joseph Peyron : basse, Orchestre National de France, direction : Roger Désormière.
  • 9 September 1958, Darmstadt (pour soprano, ténor, basse, chœur mixte (STB) et orchestre, édition Heugel 1959), par Josephine Nendick, Helmut Krebs, Heinz Rehfuss, chœur et orchestre de la radio de Hesse.
  • 4 October 1965, Berlin, par Catherine Gayer, chœur et orchestre philarmonique de Berlin, direction : Pierre Boulez.

Observations

Enregistrement : troisième version (1958) : BBC Singers, BBC Symphony Orchestra London, direction : Pierre Boulez, 4 cds Erato 2292-45494-2 et 4509 98495-2ZV.

Titres des parties
  • Complainte du lézard amoureux
  • La Sorgue

Note de programme

Genèse

La chronologie de l'œuvre le signale bien : la genèse du Soleil des Eaux, une des œuvres les plus importantes de son auteur, aura été spécialement difficile. Après les compositions achevées que sont la Sonatine, la Première Sonate, la Deuxième, et même Le Visage nuptial, qui trouva assez vite sa forme « définitive », Le Soleil des eaux engage, avec le contemporain Livre pour quatuor, le processus des versions multiples d'œuvres constamment remises sur l'établi, qui n'est pas si éloigné, déjà, de la conception du « Livre » mallarméen.

On distinguera ainsi les quatre moments de ce processus :

  • Soleil des eaux 1 : il s'agit de la musique que Boulez écrivit en 1948 pour la pièce radiophonique de René Char. Cette musique, d'une durée de 30' environ, comprenait une mélopée vocale, non accompagnée, encadrée d'éléments instrumentaux. Le texte ne correspondait qu'avec ce qui sera plus tard la Complainte. Cette musique « incidentale » sera donnée pour la première fois par la RTF en avril 1948.
  • Soleil des eaux 2 : révision en cantate de l'œuvre précédente : Boulez réduit considérablement la durée qui deviendra celle de la Complainte. Il adjoint une deuxième partie (La Sorgue), et distribue son œuvre pour trois solistes vocaux (soprano ténor et basse), avec orchestre de chambre. Le tout est créé au Théâtre des Champs-Elysées sous la direction de Roger Désormière, le 18 juillet 1950.
  • Soleil des eaux 3 : les trois solistes vocaux sont « doublés » d'un chœur mixte à trois voix (soprano, ténor, basse), et accompagnés d'un orchestre symphonique. Création : Darmstadt 1958, direction Ernest Bour.
  • Soleil des eaux 4 : soliste vocal (soprano), et un chœur mixte à 4 voix (soprano, alto, ténor, basse). Il s'agit de la version éditée (Heugel, 1968).

Les deux parties

Liés entre eux par une complicité cryptée (les six premiers sons de la série de La Sorgue sont les mêmes, transposés au demi-ton supérieur, que les six premiers sons de la série de la Complainte), les deux morceaux sont très dissemblables — et de cette différence, font acte de complémentarité.

La Complainte du lézard amoureux, où le chœur n'intervient pas, est une musique fluide, presque nonchalante, où des traces de sonorités « à la Messiaen » peuvent encore être perçues. Un dessin mélodique y prédomine, fait de quatre notes « en cascade », au sein d'une écriture très divisée, faite de petits motifs, parfois réduits à une note, tandis que la voix assure une continuité pouvant prendre l'apparence d'une arabesque chantée comme d'un martèlement piano et parlé (« tu n'es pas un caillou du ciel »).Des cadences pour voix solo interviennent entre des séquences plus concertées. L'ouvrage est sériel, et même multi-sériel, avec une organisation des rapports inter-séries très délibérée. L'ensemble, naturellement, d'une grande difficulté d'intonation et de rythme, autant pour le soliste que pour l'orchestre.

À cette première partie essentiellement rubato et comme « paresseuse », s'oppose la seconde, très âpre, presque rigide, verticale, harmonique. La Sorgue est une rivière du Vaucluse, en voie de pollution par l'installation sur ses rives d'une usine ; I'existence et les ressources des pêcheurs sont menacées. lls s'organisent dans une lutte au cours de laquelle ils seront provisoirement battus — la lutte révélant cependant ceux d'entre eux qui pourront la continuer.

Si « l'argument » semble surtout écologique en 1981, on peut penser qu'il représentait plutôt une parabole symbolique de la Résistance face à l'envahisseur (allemand). Mais ni l'écologie ni la politique ne semblent déterminants pour le compositeur, davantage attaché à traduire le rapport dynamique pouvant exister entre les deux pièces. Dans La Sorgue, le chœur connaît toute une organisation dans le temps qui conduit la pièce : d'abord les sopranos bouche fermée, puis les voix d'hommes parlé, en hauteur approximatives, qui se définissent peu à peu, puis l'écriture à 4 parties, dont certaines chantées, d'autres parlées, et enfin le chant à quatre parties.

La soprano solo n'entre que tardivement (« Il n'est de vent qui ne fléchisse... »). La pièce se poursuit ensuite dans une grande énergie, et même violence de climat. Elle culmine par quatre grands blocs de sons successifs, fortissimo et tutti, avant de s'évanouir progressivement mais assez rapidement. La désarticulation des phrases, la distension des mots, le travail sur ceux-ci, préfigurent le traitement vocal des Improvisations de Pli selon Pli. Mais Boulez a ici pleinement pris en compte l'aspect « psalmodiant » du texte (« Rivière... »).

Dominique Jameux, programme du Festival d'automne à Paris, 1981, cycle Boulez.

Documents