Pierre Boulez (1925-2016)

...explosante-fixe... (1991-1993)

pour flûte, deux flûtes solistes, ensemble et électronique

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 1991 - 1993
    • Durée : 36 minutes
    • Éditeur : Universal Edition
    • Commande: Fondation Total pour la musique et Festival d'automne à Paris
    • Dédicace : « Afin d'évoquer Igor Stravinsky - de conjurer son absence »
Effectif détaillé
  • solistes : flûte midi, 2 flûte
  • 2 hautbois, 2 clarinette, clarinette basse, 2 basson, 2 cor, 2 trompette, 2 trombone, tuba, 3 violon, 2 alto, 2 violoncelle, contrebasse

Information sur la création

  • 12 September 1993, Italie, Turin (création partielle : les 2 premiers mouvements), par Pierre-André Valade : flûte Midi, Sophie Cherrier, Emmanuelle Ophèle : flûtes, Ensemble intercontemporain, direction : David Robertson. Création intégrale à Paris, théâtre du Châtelet le 24 janvier 1994.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Andrew Gerzso

Observations

  • Enregistrement : Ensemble intercontemporain, direction : Pierre Boulez, Ircam, 1 cd Deutsche Grammophon 445 833-2.
  • Historique des versions : La version créée en 1991 (début du Transitoire VII) a été complétée en cours d'année. Une version de deux mouvements (Transitoire VII et Memoriale) a été présentée pendant la tournée européenne de l'Ircam et de l'Ensemble intercontemporain, en septembre 1993 (Turin, Parme, Cologne, Bruxelles, Strasbourg) et aux Etats-Unis en novembre (Carnegie Hall à New York). Un troisième mouvement (Transitoire V) a été ajouté pour le concert parisien de janvier 1994. La technique pour la partie électronique consiste en un système de déclenchement des séquences et des transformations en temps-réel, grâce à la Station d'informatique musicale de l'Ircam (Sim), pilotée par la flûte MIDI, et des effets de spatialisation.
Titres des parties
  1. Transitoire VII
  2. Transitoire V
  3. Originel

Note de programme

Parti d’un petit canevas publié en 1972 dans la revue britannique Tempo en hommage à Stravinski (un « originel » central formé de sept sons et six « transitoires » périphériques, chapeautés par l’épigraphe : « Afin d’évoquer Igor Stravinski, de conjurer son absence »), …explosante-fixe… révèle une exploitation en « prolifération » typique de l’art de Pierre Boulez. Du canevas initial, le compositeur a en effet tiré plusieurs réalisations successives, vouées depuis lors à l’oubli. L’actuelle version de l’œuvre exploite l’Originel et les cinquième et septième Transitoires, donnant lieu à trois grands volets instrumentaux reliés entre eux par deux brefs interludes électroniques (Intersticiels 1 et 2). Si l’œil identifie a priori un dispositif en quatre groupes (la flûte solo, les deux flûtes « co-solistes », l’ensemble instrumental et la partie électroacoustique), l’oreille décèle rapidement une autre organisation. C’est que loin d’un quelconque dialogue concertant opposant la voix dusoliste à celle d’un accompagnateur, …explosante-fixe… propose une écriture entièrement centrée sur la partie de flûte, que trois « doubles » s’ingénieraient à réfléchir et déformer sans cesse, chacun à sa manière : les deux autres flûtes en l’ornementant, l’ensemble instrumental en l’amplifiant et en l’enrichissant, et la partie électroacoustique en la démultipliant. Ainsi la flûte soliste se retrouve-t-elle au centre d’une vaste toile sonore formée par la démultiplication de son image, reflétée sous des formes variées, superposées jusqu’à parfois la noyer. Entièrement automatisée grâce à l’utilisation d’un programme de suivi de partition, la partie électroacoustique, réalisée à l’Ircam par Andrew Gerzso, est utilisée ici non seulement pour réaliser certaines transformations du jeu de la flûte solo (touchant notamment la hauteur, le timbre ou le rythme) et offrir ainsi à l’instrument les moyens d’un nouveau dépassement mais aussi pour spatialiser le son sur le réseau des haut-parleurs. Suivant la très ancienne tradition des hommages funèbres, explosante/fixe… adopte l’idée du canon, repris ici non dans sa forme traditionnelle, mais comme principe de base, ainsi que s’en explique le compositeur : « L’idée était de confier un même noyau à plusieurs instruments qui, se présentant à des registres différents, le parcourraient chacun de façon différente. Le noyau explosait dans ces différents parcours, mais chaque tessiture était absolument fixe. J’ai donc baptisé la pièce, très littéralement, …explosante-fixe…. Il s’agissait de reprendre cette vieille tradition de l’hommage par des canons, à la mémoire de Stravinski ; mais le canon, en tant que tel, ne m’intéressait absolument pas. J’ai réfléchi à cette forme d’écriture, pour la repenser d’une façon qui n’ait rien d’académique : si l’on se rend dans des couches différentes, si chacun suit des parcours différents à travers des niveaux alternants, on retrouve cette notion de canon, mais dégagée de ses fonctions imitatives traditionnelles. » (Pierre Boulez, Le texte et son pré-texte, entretien avec Peter Szendy, Genesis n° 4, 1993).

Alain Galliari.