Jean Barraqué (1928-1973)

Le Temps restitué (1968)

pour soprano, chœur et orchestre

  • Informations générales
    • Date de composition : 1968
    • Durée : 40 mn
    • Éditeur : Bärenreiter, nº BA 7360, 1993
    • Livret (détail, auteur) :

      Herman Broch, La mort de Virgile, deuxième livre, dans la traduction d’Albert Kohn

Effectif détaillé
  • soliste : soprano solo
  • chœur mixte(3 soprano, 3 contralto, 3 ténor, 3 basse)
  • 2 flûte (aussi 1 flûte piccolo), hautbois, cor anglais, clarinette en mib, clarinette, clarinette basse, basson, xylorimba, vibraphone, glockenspiel, célesta, clavecin, harpe, guitare, 4 percussionniste, 4 violon, 2 alto, 2 violoncelle, contrebasse

Information sur la création

  • 4 April 1968, France, Royan, Festival international d’art contemporain, par Helga Pilarczyk : soprano, solistes des chœurs de l'ORTF, ensemble du Domaine musical, direction : Gilbert Amy.

Titres des parties

  • La loi et le temps ;
  • Symbole de nuit ;
  • Portail de la terreur ;
  • L'inachèvement sans cesse ;
  • Car ce n'est que par l'erreur.

Note de programme

Le Temps Restitué fait partie du second livre de La Mort de Virgile. Ici est invoquée « l'angoisse nocturne qui décide un créateur, au seuil de la mort, à détruire son œuvre »... Jean Barraqué, en plus d'une voix solo très âpre, utilise un chœur mixte à douze voix et un ensemble instrumental de vingt-huit instrumentistes comprenant huit bois, neuf cordes, quatre batteries, glockenspiel, xylorimba, vibraphone, célesta, clavecin amplifié, harpe et guitare amplifiée.

L'œuvre se divise en cinq parties : 1. La loi et le temps ; 2. Symbole de nuit ; 3. Portail de la terreur ; 4. L'inachèvement sans cesse ; 5. Car ce n'est que par l'erreur.

Le chœur ainsi que la voix soliste, recherche la diversité optimale ; il est subdivisé : soit à quatre voix mixtes, soit à douze voix, soit en apparentements divers et solistes ; il a pour fonction de prolonger, de soutenir et même de s'opposer à la soliste. Le mot est parfois isolé, écartelé, pour des fins phonétiques, structurelles ou des degrés d'intelligibilité particuliers. L'orchestre, à l'image des voix, s'apparente à plusieurs styles définis : de grand orchestre, d'ensemble de chambre ou de solistes concertants. La voix soliste, au-delà de la technique traditionnelle, utilise toute une palette de couleurs allant de l'articulation linéaire au style haché, parcourant le texte, en jouant sur la dualité lisibilité / inteIligibilité, vocalité pure / altération du souffle, dans une projection hallucinée du texte à laquelle répond d'une façon aussi complexe le chœur mixte à douze voix.

d'après Paul Méfano, Ars Musica 92.