Louis Andriessen (1939)

Facing Death (1990)

pour quatuor à cordes amplifié

œuvre électronique

  • Informations générales
    • Date de composition : 1990
    • Durée : 20 mn
    • Éditeur : Boosey & Hawkes
Effectif détaillé
  • violon, violon II, alto, violoncelle

Information sur la création

  • Date : 5 April 1991
    Lieu :

    États-Unis, Madison, University of Wisconsin, Pabst Theatre


    Interprètes :

    le Kronos Quartet.

Information sur l'électronique
Dispositif électronique : amplification

Note de programme

In 1989 when I was teaching in Buffalo, Miles Davis’ Autobiography was published. While reading it, I suddenly knew what the subject should be of my piece for the Kronos Quartet – early be-bop licks and especially the work of Charlie Parker. I wanted to do the impossible – be-bop is not at all idiomatic for string instruments. But be-bop had been an important influence on my musical development when I was young, and I decided to do something with this music from my youth.

Basically the essence of Charlie Parker’s playing is the extremely high tempo. This high tempo is really high, because the playing is based upon the chord structure of existing melodies, which sometimes are played two or three times as fast as normal. Parker needed speed to express what he musically felt: little time was left for him. This is the main explanation of the title of the work.

In the beginning of Facing Death, I literally quote fragments of Charlie Parker improvisations. I also quote one original melody: Orinthology (which is based on How High the Moon). The 7th and 8th bar of Orinthology became an important motif in the piece. The whole composition is one long development in Parker’s fast tempo.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

  6. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  7. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

Louis Andriessen.