Gilbert Amy (1936)

Echos XIII (1976)

pour quatres solistes et ensemble

  • Informations générales
    • Date de composition : aug 1976 - oct 1976
    • Durée : 15 mn
    • Éditeur : Universal Edition, Londres, nº UE 16672 LW
    • Commande: Fondation Koussevitzky pour la tournée américaine de l'Ensemble Musique Vivante (1976)
    • Dédicace : à la mémoire de Nathalie et Serge Koussevitsky
Effectif détaillé
  • solistes : cor, trombone, harpe, piano
  • 2 flûtes (aussi flûte piccolo), 2 clarinettes (aussi clarinette basse), violon, alto, violoncelle, contrebasse

Information sur la création

  • Date : 19 October 1976
    Lieu :

    États-Unis


    Interprètes :

    l'ensemble Musique Vivante, direction : Gilbert Amy.

Note de programme

Le principe de cette pièce est fort simple : quatre solistes (un piano, une harpe, un cor, un trombone) sont tour à tour « appels » et « échos » l'un par rapport à l'autre (le trombone par rapport au cor, la harpe par rapport au piano et vice versa).

lls occupent le centre géographique et musical de la scène. Au total douze couples (4 x 3) appels-échos au cours de l'œuvre. Autour d'eux, un « concertino » de cordes (violon, alto, violoncelle, contrebasse) et de bois (flûtes, clarinettes, basson) ponctue le discours par différents tutti. L'écriture rythmique mélange presque constamment le style « cadence » (écriture lisse) et les éléments strictement mesurés (écriture puisée).


  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  5. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  6. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Gilbert Amy.