Didem Coskunseven (1985)

Day was departing (2021)

pour ténor, vidéo et électronique

electronic work
Ircam cursus

  • General information
    • Composition date : 2021
    • Duration : 8 mn 30 s
  • Type
    • Musique vocale a cappella [Ténor]
Detailed formation
  • soliste : ténor

Creation information

  • Date : 12 June 2021
    Location :

    France, Paris, CENTQUATRE, festival ManiFeste 2021


    Performers :

    Vivien Simon, ténor.

Information about electronic
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Sébastien Naves
Electronic device : temps réel, dispositif multimédia (vidéo, lumière)

Observations

Conception et réalisation vidéo : Inès Cherifi
Directeur de la photographie (vidéo) : Carl Amiard
Chorégraphie filmée : Meret Kraft, avec les danseurs Exaucé Nienguet-Roger, Antoine Conde, Charlotte Keslassy, Klara Jogalla, Anais Barras, Félix Touzalin, Tilhenn Klapper
Encadrement pédagogique Ircam : Sébastien Naves
Encadrement pédagogique Beaux-Arts de Pari  : Angelica Mesiti
Remerciements : au Hive Choir et à Roeland Celis (guitare) pour la partie électronique.

Program note

Day was departingmêle des éléments de danse, de vidéo, de musique et de poésie, et tisse une histoire autour et avec eux. S’inspirant d’images et de fragments de narrations empruntés à la Divine Comédie de Dante (principalement L’Enfer), la pièce présente le monologue imaginaire, intérieur et nocturne, du protagoniste principal (le ténor Vivien Simon) récitant quelques vers extraits deThe Love Song of J. A. Prufrock [La chanson d’amour de J. A. Prufrock], un poème de T. S. Eliot pareillement inspiré par Dante.

Tout comme le J. Alfred Prufrock de T. S. Eliot, les états d’âme, le doute, la soif de jeunesse, les souvenirs éthérés de notre protagoniste se développent au fil de la pièce, à la fois musicalement et visuellement, jusqu’à ce que l’obscurité de la nuit s’éclaire enfin de la lumière du matin. (Comme dans L’Enfer de Dante, au matin du dimanche, le soleil brille derrière les montagnes, et Dante et Virgile échappent à l’enfer.) D’un autre côté, à la fin du poème d’Eliot, on assiste à la mort métaphorique de Prufrock, signifiant l’impossibilité de revenir vivant de l’enfer. Que notre protagoniste meure ou non métaphoriquement n’est pas ici la question – ce le sera peut-ètre dans une prochaine pièce.

La pièce a été rendue possible grâce au soutien de l’Ircam et par un fantastique groupe d’amis artistes dont vous pouvez lire les noms ci-dessus. Je voudrais dire ici combien ce soutien me touche sincèrement en tant que compositrice. C’est une célébration des joies de la collaboration : créer ensemble et en profiter chaque minute.

« Au milieu du chemin de notre vie
Je me retrouvai par une forêt obscure
Car la voix droite était perdue »
Dante, L’Enfer, Chant I

Didem Coskunseven, traduit de l’anglais par Jérémie Szpirglas, note de programme du concert ManiFeste du 12 juin 2021 au CENTQUATRE-PARIS.