Ivan Fedele (1953)

Leading lines (Quinto Quartetto) (2020)

pour quatuor à cordes et électronique live

œuvre électronique

  • Informations générales
    • Date de composition : 2020
    • Durée : 20 mn
    • Éditeur : Suvini Zerboni, Milan, nº 14697
    • Commande: Grame, Milano Musica, Collectif Tana
Effectif détaillé
  • violon, violon II, alto, violoncelle

Information sur la création



  • Interprètes :

    Quatuor Tana.

Information sur l'électronique
RIM (réalisateur(s) en informatique musicale) : Simone Conforti (réalisation en informatique musicale, Grame)
Dispositif électronique : temps réel

Note de programme

Leading Lines, en cinq mouvements, est le cinquième quatuor à cordes d’Ivan Fedele qui a consacré une partie importante de sa production à cette formation dont une œuvre concertante, ...la pierre et l’étang (...les temps...) pour quatuor, percussions et orchestre à cordes et trois quintettes : Accents (avec piano), Deystviya (avec bayan), Moroloya ké erotikà (avec soprano).

Comme le titre l’indique (Leading Lines), dans chacun des mouvements, une ligne guide l’évolution de la composition. Le matériau sonore se densifie grâce à l’utilisation de techniques particulières de stratification pour la partie du premier violon (premier et deuxième mouvement) et du violoncelle (troisième mouvement), qui développent chacun une ligne de référence soumise à un épaississement variable d’amplitude harmonique et de timbre. Le son est inspiré par la technique du spectralisme, tandis que, dans les quatrième et cinquième mouvements, il trouve sa place idéale dans un environnement acoustique saturé. Dans ces derniers mouvements, le matériau sonore inspiré de la ligne guide, confiée une nouvelle fois au violoncelle, s’étire dans le temps selon des délais resserrés sous forme de spirales diachroniques tourbillonnantes. Les rares moments synchrones ont principalement une fonction de pivots temporels, c’est-à-dire qu’ils marquent la fin ou le début de grandes arcades formelles. Dans ces deux derniers mouvements, les figures musicales sont liées les unes aux autres par des processus chromatiques avec une direction extrêmement mobile et variable et innervent la partition d’impuretés fossiles, comme un vestige archéologique qui voit le jour après des siècles.

 

Note de programme du concert du 2 septembre 2020 dans la Grande salle du Centre Pompidou.