Rebecca Saunders (1967)

Skin (2015-2016)

pour soprano et treize instruments

  • Informations générales
    • Date de composition : 2015 - 2016
    • Durée : 26 mn
    • Éditeur : Peters
    • Commande: SWR, Huddersfield Contemporary Music Festival, Casa da Musica Porto.
Effectif détaillé
  • soliste : soprano
  • flûte basse, clarinette basse, trompette, trombone, accordéon, piano, guitare électrique, violon, alto, violoncelle, contrebasse

Information sur la création

  • 14 October 2016, Allemagne, Donaueschingen, Donaueschinger Musiktage, par Julie Fraser, soprano ; Klangforum Wien ; Titus Engel, direction.

Note de programme

skin /Skin/ nom
● revêtement ou couche extérieur, continu, exible et tendu, couvrant un corps ou un objet ; ● lm qui, tel une peau, recouvre la surface d’un liquide ou d’un solide ;
● peau d’un animal écorché, avec ou sans sa fourrure.

n. délicate membrane résistante, imperméable et élastique qui recouvre le corps des animaux ver- tébrés et de certains invertébrés et le sépare de son environnement – suppose un phénomène de toucher, l’un des cinq sens, au moyen duquel on perçoit partiellement les modalités sensorielles secondaires que sont la température, la douleur et les vibrations.

Toucher, un des cinq sens comprenant différentes classes de sensations (cutanées, kinesthésiques, thermiques, etc.). Mécanisme neural de percep- tion, généralement au moyen de la peau, mais aussi de la langue, de la gorge et des muqueuses. Les récepteurs répondent à des variations de vitesse et de pression (ferme, caressante, sou- tenue, etc.) qui permettent d’apprécier la consis- tance des objets et d’effectuer leur exploration par palpation. adj. tangible, tactile.

● skin /Skin/ verbe
● peler ou éplucher la surface de ; écorcher un animal, le dépouiller de sa peau.
● Under one’s skin : faire preuve d’une perspi- cacité si profonde de quelqu’un au point d’être capable de l’irriter, de le stimuler, de lui instiller des pensées, ou plus généralement de l’inspirer. ● Under the skin : caché sous les différences apparentes ou super cielles : au cœur.
● La peau comme métaphore de l’éphémère – le processus continu de la mue: perte de la peau morte et apparition de la nouvelle.

J’ai été frappée par l’enregistrement d’une des premières productions de la pièce télévisuelle de Samuel Beckett Ghost Trio (« le Trio des Esprits », écrite en 1975 et diffusée pour la première fois en 1977), et ce texte, dit par le narrateur à l’acte I, a été le catalyseur premier de cette partition :

...this is the room’s essence not being
now look closer
mere dust

dust is the skin of a room
history is a skin
the older it gets the more impressions are left on its surface
look again...

... c’est la nature de la salle
ne pas être
regarde de plus près à présent simple poussière

la poussière est la peau de la salle
l’histoire est une peau
plus elle est ancienne, plus les traces sont nombreuses à sa surface
regarde encore...

Le texte principal de Skin est de ma plume, il s’est graduellement matérialisé au cours du long processus compositionnel, et a été partielle- ment nourri par les sessions de travail collabo- ratif avec Juliet Fraser. Un passage d’Ulysses de James Joyce, extrait de la n du monologue de Molly Bloom, est cité vers la n de l’œuvre.

Rebecca Saunders (Trad.: Jérémie Szpirglas.)