George Antheil (1900-1959)

Ballet mécanique (1923)

ensemble pour pianos, percussions et divers mécanismes (hélices d'avion, sonnettes électriques, pianos mécaniques)

  • Informations générales
    • Date de composition : 1923
      Dates de révision : 1926
    • Durée : 27 mn
    • Éditeur : Schirmer
    • Livret (détail, auteur) :

      Pour accompagner un film expérimental conçu par Fernand Léger et Dudley Murphy, en collaboration avec Man Ray.


      1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

      2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

      3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

      4. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

      5. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

Information sur la création

  • Date : 24 September 1924
    Lieu :

    Autriche, Vienne (version cinématographique muette de 19 minutes).

     


  • Date : 19 June 1926
    Lieu :

    France, Paris, Théâtre des Champs-Élysées (version révisée et sans le film).


Observations

  • Première version : seize pianos mécaniques jouant quatre parties différentes, quatre grosses caisses, trois xylophones, un tam-tam, sept sonnettes électriques, une sirène, trois hélices d’avion (l’une, aiguë, en bois ; les deux autres, graves, en bois et en métal) et deux pianos.
    Guide technique téléchargeable sur le site des éditions Schirmer permettant de jouer cette version originale de 1923 : http://www.musicsalesclassical.com/composer/work/35/25557
  • Version révisée créée en 1926 : formation sensiblement identique à la version originale mais avec un seul piano mécanique au lieu de seize.
  • Il existe également une autre version révisée : Ballet mécanique (1953).

  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  5. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16.