Giulia Lorusso (1990)

Con moto (2016)

pour accordéon microtonal (xamp) et électronique

œuvre électronique, Ircam

  • Informations générales
    • Date de composition : 2016
    • Durée : 07 mn
Effectif détaillé
  • soliste : accordéon

Information sur la création

  • Date : 15 April 2016
    Lieu :

    France, Paris, Centre Pompidou, Grande salle, dans la cadre du Concert Cursus


    Interprètes :

    Jean-Étienne Sotty, accordéon.

Information sur l'électronique
Information sur le studio : Ircam, Cursus I de Composition et d'informatique musicale (encadrement pédagogique : Lorenzo Pagliei (Ircam), Hae-Sun Kang (Conservatoire de Paris).

Observations


  1. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  2. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

  3. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  4. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  5. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

Note de programme

L’accordéon est un instrument qui a une vie sonore interne extrêmement intéressante. Cette dimension, qui normalement reste comme cachée, peut être mise au premier plan dans un contexte électroacoustique.
L’écoute et la fascination pour cette intériorité, faite de différentes qualités et différents types de bruits de mécanique et de résonances subtiles, m’ont suggéré un parcours d’exploration qui, métaphoriquement, va de l’intérieur vers l’extérieur de l’instrument.
Dans cette perspective, le dispositif électronique permet non seulement de projeter une écoute de l’intérieur de l’instrument vers l’espace extérieur, mais aussi de redéfinir le rapport entre l’interprète et son instrument à travers une implication directe de son corps et de son mouvement, dans une sorte d’approche presque objectale de l’interprète vis-à-vis de son instrument.
La relation entre l’instrumental et l’électronique est volontairement une relation d’ambiguïté. Les rôles se mélangent, les confins entre les deux domaines s’estompent ; l’unique point de repère restant le geste instrumental générateur.

Note de programme du concert du 15 avril 2016 (Concert Cursus).


  1. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  2. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

  3. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  4. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  5. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.