Bernard Parmegiani (1927-2013)

Sons/jeu (1998)

musique de concert pour électronique

œuvre électronique

  • Informations générales
    • Date de composition : 1998
      Dates de révision : 2000
    • Durée : 21 mn

Information sur la création

  • Date : 18 June 1998
    Lieu :

    France, Paris, Maison de Radio France, Studio 104, Cycle Acousmatique 1998.


  • Date : 19 June 2000
    Lieu :

    France, Paris, Maison de Radio France, Studio 104.


Information sur l'électronique
Dispositif électronique : sons fixés sur support

Note de programme

La première version de cette pièce a été créée en 1998 à l’occasion du cinquante­naire de la musique concrète. Elle a été par la suite augmentée, et donnée dans sa ver­sion définitive, à la Maison de Radio France en juin 2000. Le point de départ est donc un hommage à la musique concrète — qui sait si bien jouer avec le son comme avec une balle, ou avec des mots. L’une de ses inventions est celle de la boucle, solitaire et lancinante, ou démultipliée : évolutives, entrelacées ou inversées… Mais au-delà des boucles, tous les jeux sont permis avec les sons, fixés ou non sur un support. On retrouve dans cette pièce des sons de train (merveilleuse boucle naturelle qui peut nous entraîner sur des kilomètres, loin de nos idées peut être ; et signature de la musique concrète…), des insectes, dont les stridences “bouclées” elles aussi évoluent selon leur comportement, et qui finalement se résolvent en voix humaines à travers de lentes métamorphoses qui, elles-mêmes, vont se liquéfier et s’émanciper comme des bulles en liberté… qui vont à leur tour… Alors, comme l’écrit le compositeur : « Sont-ce les sons ou “je” qui mène le jeu pour tout oublier ? ».


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  5. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

Régis Renouard Larivière.