Bernard Parmegiani (1927-2013)

Chimigrammes (1962)

musique électronique pour l'image

œuvre électronique

  • Informations générales
    • Date de composition : 1962
    • Durée : 05 mn 47 s

Information sur la création

Information sur l'électronique
Dispositif électronique : sons fixés sur support

Observations

Musique pour le film de René Blanchard 16mm couleurs.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Note de programme

Le film présente des œuvres du photographe Pierre Cordier, les chimigrammes qui sont des images aux couleurs et aux graphismes divers obtenus directement sur du papier en versant des produits chimiques. Outre les trucages visuels, l'originalité de Chimigrammes réside en un savant montage au 1/10e de seconde synchronisé sur une musique préexistante de Bernard Parmegiani (Etude de stage), qui cherche à trouver pour chaque instant l'équivalent visuel de l'objet sonore et son développement dans le temps.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Philippe Langlois.