Luc Ferrari (1929-2005)

Italie mon amour (1989-1990)

pour cinq musiciens, une comédienne, une vingtaine de figurants

  • Informations générales
    • Date de composition : dec 1989 - jun 1990
    • Durée : 50 mn

Information sur la création

  • Date : 15 June 1990
    Lieu :

    France, Echirolles, Syndicat Intercommunal Musique Jean Wiener, Biennale Sport-Culture : Italie-Passions.


Observations

Création lumineuse : Gilles Chatard.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Note de programme

« Ce spectacle a été commandé par la Ville d'Echirolles pour sa biennale Italie passion, d'où son nom. C'est une sorte de comédie musicale mêlant dialogues, sketches, danses, lumières, diapositives. J'ai mis en scène ce spectacle avec les musiciens-comédiens de LA MUSE EN CIRCUIT et des groupes locaux. Ainsi, nous avons pu disposer d'une figuration nombreuse, d'un défilé de mode, inventer des tableaux vivants de la Renaissance italienne, des déesses de l'Antiquité, des paparazzi, etc. Nous nous sommes bien amusés.

Ce spectacle est une action éphémère et réalisé pour cette occasion précise. »


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

Luc Ferrari.