Salvatore Sciarrino (1947)

Carnaval (2010-2011)

pour cinq voix, piano et 10 instruments

  • Informations générales
    • Date de composition : 2010 - 2011
    • Durée : 35 mn about
    • Éditeur : Rai Trade, nº 4051, 2012
    • Dédicace : n°10 à Daniele Pollini, n°11 à Maurizio Pollini, n°12 à Marilisa Pollini
Effectif détaillé
  • solistes : soprano, contralto, ténor, baryton, basse solo, piano
  • flûte alto, flûte basse, 2 clarinettes basses, 2 trombones, 2 percussionnistes, piano, 2 violoncelles

Information sur la création

  • Date : 30 August 2012
    Lieu :

    Suisse, Lucerne, Luzernerfest


    Interprètes :

    Daniele Pollini : piano, les Neuevocalsolisten Stuttgart, le Klangforum Wien, direction : Tito Ceccherini.

Observations

Écouter l'enregistrement du concert ManiFeste du 8 juin 2016 au Centre Georges Pompidou : https://medias.ircam.fr/x0fa18e


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Titres des parties

N. 1-9 Così disse lo scultore di prue ; N. 10 Lasciar vibrare ; N. 11 Stanze della pioggia ; N. 12 Liuto senza corde.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466.