Aurélien Dumont (1980)

Yamabushi no inori - ⼭山伏の祈り (2012)

pour chant nô et clarinette

  • Informations générales
    • Date de composition : 2012
    • Durée : 08 mn about
    • Commande: ensemble-nô
    • Dédicace : à Ryoko Aoki
    • Livret (détail, auteur) :

      Texte de Sachiko Oda.


      1. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

      2. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

Effectif détaillé
  • voix de femme non précisée [chant nô] , clarinette (aussi clarinette basse)

Information sur la création

  • Date : 10 January 2013
    Lieu :

    Japon, Tokyo, Shiabaura


    Interprètes :

    Ryoko Aoki : chant nô et Takashi Yamane : clarinette.

Note de programme

Yamabushi no inori est une petite pièce pour chant nô et clarinette qui s'inscrit au sein de mon opéra de chambre Himitsu no neya, pour chanteuse Nô, sextuor instrumental et électronique. La version courte de cet opéra a été créée au Conservatoire de Paris le 23 octobre 2012. S'inspirant du conte traditionnel japonais Adachigahara, cet opéra pose la question des non-dits et de la représentativité au sein d'une forme fragmentée. Dans la version longue, en cours d'écriture, certains fragments sont ajoutés ou développés. Les nouveaux fragments seront plus proches dans leurs factures du Nô traditionnel, et fonctionneront principalement par couple chant/instrument soliste. C'est le cas de Yamabushi no inori, nouveau fragment s'insérant juste après le quatrième mouvement. Le titre signifie « la prière du prêtre des montagnes ». Elle met en musique un mantra issu du bouddhisme japonais, réécrit par Sachiko Oda – librettiste de l'opéra, dans une forme à la fois en variation et en ostinato. Cette pièce illustre la lutte d'un jeune prêtre avec un esprit démoniaque...


  1. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  2. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

Aurélien Dumont.