Sébastien Gaxie (1977)

A feast for the ears (2013)

a sonic approach to the gastronomy, mise en musique de la cuisine de Pierre Gagnaire, pour ensemble, quartet de jazz, acteurs et chanteuse pop et sons du restaurant, pièce radiophonique

œuvre électronique

  • Informations générales
    • Date de composition : 2013
    • Commande: Direction de la musique, Radio-france
Effectif détaillé
  • flûte, clarinette, cor, trompette, violon, alto, violoncelle, contrebasse, saxophone (aussi clarinette [Quartet Jazz] ), batterie [Quartet Jazz] , piano [Quartet Jazz] , contrebasse [Quartet Jazz] , voix de femme non spécifiée solo [pop] , 3 acteur

Information sur la création

  • 2013, France, Radio France, par Pierre Gagnaire : chef de cuisine, comédiens (au restaurant) : Gabrielle Forest, Pierre Mignard,  Vladimir Serre, Ornette : soprano et voix, Maxime Delpierre : guitare, Quartet Jazz : Mauro Gargano : contrebasse, Sylvain Riffet : saxophone et clarinette, Thomas Grimmonprez : batterie, Sébastien Gaxie : piano, ensemble 2e2m, direction : Pierre Roullier.

Information sur l'électronique
Dispositif électronique : dispositif électronique non spécifié

Note de programme

Cette pièce est une invitation à un monde imaginaire qui réunirait deux sens : l'ouïe et le goût.  Avec les équipes de Radio France, nous avons placé des micros dans le restaurant du grand chef français Pierre Gagnaire. Côté salle, nous avons offert un repas à trois comédiens équipés de micros sans fils. Côté cuisine, plusieurs services ont été enregistrés en utilisant des micros sur les toques des cuisiniers ainsi que des micros disposés dans tout le lieu de travail, ce qui donne un espace sonore extrêmement riche. On pourrait parler d'une approche cubiste de la prise de son.

Une fois les enregistrements effectuées, la première étape est un axe documentaire  avec un montage parallèle du repas des comédiens et des atmosphères de cuisine visant à faire vivre un repas côté « scène » et côté « coulisse ».

La seconde étape consiste à faire de la musique avec ce jet documentaire. Trois différents styles de musiques sont alors mobilisés : un ensemble de neuf musiciens, un quartet de Jazz et une chanteuse de pop. Ces différents styles visent à amplifier le contraste qu'il y a entre l'agitation de la cuisine accompagnée par l'ensemble et l'ambiance calfeutrée de la salle accompagnée elle par le quartet de jazz. La chanson de pop nous contant la vie de Pierre Gagnaire, nous servira d'interlude avant le dessert.  L'écriture musicale est la plupart du temps synchrone avec les sons enregistrés.  La multitude des petits impacts de casserole, les bruits de couverts, les remarques des cuisiniers et des convives  (intonations)  sont orchestrés. La musique est une sorte de décalcomanie de ce qui se joue dans un grand restaurant afin d'en révéler peut-être sa poésie et quelques uns de ses mystères ?

Sébastien Gaxie.