Toshio Hosokawa (1955)

Sternlose Nacht - Requiem für Jahreszeiten (2012)

pour soprano, mezzo-soprano, récitant, chœur mixte et orchestre

  • Informations générales
    • Date de composition : 2012
      Dates de révision : 2010
    • Durée : 50 mn
    • Éditeur : Schott
    • Commande: Mahler Chamber Orchestra avec le soutien d’Ernst von Siemens Foundation for Music
    • Livret (détail, auteur) :

      texte (en japonais et en allemand) : Georg Trakl, Gershom Sholem, Masao Masunishi (en allemand), Lothar Metzger, Angela Gill (en japonais et en allemand) 


      1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

      2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

      3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

      4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

      5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

      6. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

      7. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

Effectif détaillé
  • solistes : soprano solo, mezzo-soprano solo, récitant
  • chœur mixte
  • 2 flûtes (aussi 1 flûte piccolo, 1 flûte alto), 2 hautbois (aussi 1 cor anglais), 2 clarinettes (aussi 1 clarinette basse), 2 bassons (aussi 1 contrebasson), 4 cors, 2 trompettes, 2 trombones, tuba, 3 percussionnistes, harpe, célesta (aussi piano), cordes

Information sur la création

  • Date : 2 October 2010
    Lieu :

    Allemagne, Baden-Baden


    Interprètes :

    Sally Mathews, Mihoko Fujimura, WDR Rundfunkchor, Mahler Chamber Orchestra, direction : Kent Nagano.

Note de programme

Sternlose Nacht consists of nine movements combining two contrasting elements: a cycle of the seasons with poetry by Georg Trakl (in the movements I, IV, V and IX) and a reflection on the two major tragedies of the Second World War: the bombing of Dresden and Hiroshima in the winter and summer of 1945. In the third movement ’Grabstein in Dresden’, two narrators provide an account of the events of February 1945 accompanied by choir and orchestra. In the seventh movement ’Grabstein in Hiroshima’, a mezzo soprano sings the report of a young boy who survived the atomic bomb attack in the summer of 1945. The text of the eighth movement, the emotional poem ’Gruß vom Angelus’ by Gershom Scholem, is a pessimistic summary of these reports of man’s inhumanity to man and is sung by a soprano accompanied by two trumpets and percussion.


  1. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  2. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  3. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

  6. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  7. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16.