Philippe Fénelon (1952)

Yala (2005)

pour trio à cordes

  • Informations générales
    • Date de composition : 2005
    • Durée : 16 mn
    • Éditeur : Zabak Productions
    • Opus : 93
    • Commande: Les Musicales, « Le printemps avec Beethoven »
Effectif détaillé
  • violon, alto, violoncelle

Information sur la création

  • Date : 8 May 2005
    Lieu :

    France, Colmar, festival Les Musicales, Théâtre municipal


    Interprètes :

    Ilya Gringolts : violon, Agathe Blondel : alto, Marc Coppey : violoncelle.

Note de programme

Hommage à André Jolivet pour le centenaire de sa naissance
Figures musicales disciplinées ou rencontres violentes de matières sonores installent ici une émotion parfois sauvage (premier mouvement) mais aussi retenue (troisième mouvement). Dans Yala*, les correspondances thématiques expriment la confrontation entre la sérénité et le chaos. Trois instruments à la recherche d’une voix semblent illustrer le cri d’une nature innocente. Palpitation organique des mouvements, éléments aux soubresauts parfois terribles et imprévisibles, un paysage s’impose comme une vision aventureuse. Les accords sombres font alors ressortir les harmonies claires, et les rehauts lumineux de certaines phrases mélodiques accentuent les contours obscurs des timbres superposés. La progression de la forme est une désignation du sens : la musique est une architecture de l’expression.

* Yala est le nom du lieu où je me trouvais le matin du 26 décembre 2004, sur la côte sud-est du Sri Lanka, quand le tsunami est arrivé…


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Philippe Fénelon.