Jérôme Combier (1971)

Austerlitz (2011)

monodrame pour un comédien, ensemble de six musiciens et bande son

œuvre électronique
œuvre scénique

  • Informations générales
    • Date de composition : 2011
    • Vidéo, installation (détail, auteur) : vidéo et scénographie : Pierre Nouvel
    • Durée : 1 h 30 mn
    • Éditeur : Lemoine, Paris, nº 28944
    • Commande: État et Festival d'Aix-en-Provence
    • Livret (détail, auteur) :

      Jérôme Combier d'après W.G. Sebald, Austerlitz


      1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

      2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

      3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

      4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

      5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Effectif détaillé
  • soliste : récitant
  • flûte (aussi flûte basse), clarinette (aussi clarinette basse), trombone, piano (aussi tam-tam), alto, violoncelle

Information sur la création

  • Date : 19 July 2011
    Lieu :

    France, Festival d'Aix en Provence, Théâtre du Jeu de Paume


    Interprètes :

    Johan Leysen : comédien, Ensemble Ictus, mise en scène : Jérôme Combier et Pierre Nouvel, vidéo et scénographie : Pierre Nouvel, création lumière : Bertrand Couderc.

Information sur l'électronique
Dispositif électronique : sons fixés sur support

Note de programme

« Et ne serait-il pas pensable, poursuivit Austerlitz, que nous ayons aussi des rendez-vous dans le passé, dans ce qui a été et qui est déjà en grande part effacé, et que nous allions retrouver des lieux et des personnes qui, au delà du temps d'une certaine manière, gardent un lien avec nous ? »


W.G. Sebald, Austerlitz (2001)

Austerlitz invite à un double voyage dans le temps et dans l'espace. Celui de deux créateurs d'aujourd'hui, le compositeur Jérôme Combier et l'artiste vidéaste Pierre Nouvel, partis sur les traces d'un écrivain et de son personnage, soit W.G. Sebald et Jacques Austerlitz dont les natures réelle et fictive sont inextricablement mêlées. Ce voyage nous emmène de la gare centrale d'Anvers jusqu'au coeur de Londres, en passant par une austère paroisse galloise et en faisant un long détour par Prague et le camp de Theresienstadt, errance géographique qui est aussi une plongée dans le passé. Un comédien, des images vidéo et six instruments mettent donc l'espace en mouvement et nous conduisent dans un univers à la fois onirique et enraciné dans l'Histoire du XXe siècle européen pour un périple dont la destination finale reste inattendue.


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Ensemble Ictus, éditions Lemoine.