Martin Grütter (1983)

Tiefflug (2011)

pour grand ensemble

  • Informations générales
    • Date de composition : 2011
    • Durée : 15 mn
    • Commande: Ensemble intercontemporain et Ircam-Centre Pompidou, concert Tremplin 2011
Effectif détaillé
  • 2 flûtes, 3 clarinettes, basson, 2 cors, 2 trompettes, 2 trombones, tuba, 2 percussionnistes, harpe, piano, contrebasse

Information sur la création

  • Date : 20 October 2011
    Lieu :

    Paris, Centre Pompidou


    Interprètes :

    l'Ensemble intercontemporain, direction : Alejo Perez.

Note de programme

Celui qui survole à basse altitude au-dessus de Dresde, Baghdad ou Samarcande, est voué à la mort, ou est un ange. La compression des clochers, des pétales de fleurs, des désirs, des hublots, des grands-pères : la densification de ce monde frémissant verdoyant, rayé coloré, coincé entre les manches d'un quart d'heure : cela doit tuer l'aventurier ou l'immortaliser.

Procuste fut un héros et le général Dostom fut un héros. Leurs avions de chasse volèrent plus bas, plus hasardeusement, plus brutalement que tous. Et ils survécurent.

Nous ne sommes pas des guerriers. Les pétales de fleurs foisonnantes, nous ne les déchirons pas, nous nous laissons bouleverser par leur bref parfum passant tourbillonnant. La vitre que découpent les vainqueurs étincelle, reflétant le soleil, dans notre œil fuyant.

Il n'y a de rédemption du vol à basse altitude que la rédemption. Nous sommes voués à la mort. Nous sommes des anges.*

Que signifie le titre, Tiefflug ?

Tiefflug signifie « vol à basse altitude » ou « rasemottes ». L’idée de départ était de décrire ce que voit le pilote d’un avion qui vole en rasemottes, c’est-à-dire cette multitude d’objets qui se succèdent à grande vitesse et en gros plan. De nombreuses informations se bousculent en très peu de temps, mais avec une grande précision de détails.

C’est donc une œuvre dense et intense. Et, je l’espère, une partition excessivement virtuose.**


  1. Il nous semble important de faire une distinction entre le Réalisateur en Informatique Musicale (RIM) qui contribue à la confection de la partie électronique d’une œuvre et le Musicien en charge de l’Électronique Live (MEL) qui n’a pas nécessairement participé à l’élaboration de cette partie électronique mais qui doit s’assurer de sa mise à jour et de son bon fonctionnement lors d’une performance (lire à ce sujet Plessas et Boutard, 2015). 

  2. Par convention, l’harmonique 1 (fréquence f0) correspond à la fondamentale du spectre. Pour un spectre harmonique, la fréquence de chaque composante spectrale vérifie la relation suivante: fn = n x f0. 

  3. Grisey a commis une erreur au niveau du premier intervalle: l’écart entre la fondamentale (mi0) et le second harmonique (mi1) est une octave, soit 24 quarts de ton et non 22 comme il est indiqué. 

  4. Whittall, Arnold, Jonathan Harvey, Londres, Faber and Faber, 1999. Traduction française sous le même titre par Eric de Visscher, L’Harmattan, Ircam-Centre Georges Pompidou, 2000, p. 44. 

  5. Harvey, Jonathan, « Le Miroir de l’ambiguïté », Le Timbre, métaphore pour la composition, recueil de textes réunis par Jean-Baptiste Barrière, Paris, Ircam, Christian Bourgois, 1991, p. 454-466. 

Martin Grütter*, propos recueillis par Jérémie Szpirglas**.