Richard Barrett (1959)

negatives (1988-1993)

pour ensemble de neuf instrumentistes amplifiés

œuvre électronique

  • Informations générales
    • Date de composition : 1988 - 1993
    • Durée : 34 mn 30 s
    • Éditeur : United Music Publishers
Effectif détaillé
  • flûte (aussi flûte piccolo, flûte alto, flûte basse, flûte bec alto), trombone, autre flûte traditionnelle [angklung] , autre cordes pincées [sitar] , guitare [à 10 cordes et à 12 cordes] , mandoline, percussionniste, violon, alto, violoncelle, contrebasse

Information sur la création

  • Date : 14 October 1994
    Lieu :

    Allemagne, Cologne (création complète)


    Interprètes :

    l'ensemble Elision, direction : Sandro Gorli. Créations partielles : mouvements 2,3 et 4, le 10 mai 1992 à Melbourne. mouvements 1 et 5, le 10 octobre 1993 à Melbourne.

Information sur l'électronique
Dispositif électronique : amplification

Observations

Chacune des cinq parties peuvent être interprétée comme une pièce indépendante.


  1. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  2. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

  3. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  4. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  5. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.  

Titres des parties
  1. delta (1990-1993), 6'30", pour flûte alto, trombone, angklung, sitar (amplifié), guitare à dix cordes (amplifiée), violon, alto, violoncelle, contrebasse ;
  2. colloid-E (1988-1992), 8', pour guitare à dix cordes solo (amplifiée), flûte, trombone, percussion, mandoline, contrebasse  (la partie de guitare solo peut-être aussi jouée indépendamment, voir Colloid ;
  3. archipelago(1990-1992), 5', pour mandoline solo (amplifiée) avec mandoline réaccordée, flûte basse, flûte à bec alto, trombone, percussion, guitare à dix cordes, violon, alto, violoncelle, contrebasse ;
  4. basalt-E (1990-1992), 8', pour trombone solo, percussion, violon, alto, violoncelle, contrebasse (la partie de trombone solo peut-être aussi jouée indépendamment, voir Basalt ;
  5. entstellt (1990-1993), 7'30", pour piccolo, trombone, angklung, sitar (amplifié), guitare à douze cordes (amplifiée), violon, alto, violoncelle, contrebasse, tous les instrumentistes jouent aussi de la percussion sauf le piccolo, l'angklung et le violoncelle.

  1. CAUSSÉ, Réné, SLUCHIN, Benny, Sourdines des cuivres, Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, 1991. 

  2. Yan Maresz, cité par Bruno Heuzé, dans HEUZÉ, Bruno, « Yan Maresz, Portrait », Résonance, Ircam/Centre Georges Pompidou, n° 14, septembre 1998, page 16. 

  3. SAARIAHO, Kaija, « Timbre et harmonie », dans Le timbre, métaphore pour la composition, Jean-Baptiste Barrière, éd., Paris, Ircam - Christian Bourgois, 1991, p. 412-453. 

  4. GRABOCZ, Martha, « La musique contemporaine finlandaise : conception gestuelle de la macrostucture / Saariaho et Lindberg », Cahiers du CIREM, Musique et geste, n ° 26-27, décembre 1992-mars 1993, p. 158. 

  5. BATTIER, Marc, NOUNO, Gilbert, « L'électronique dans l'opéra de Kaija Saariaho, L'Amour de loin », in Carlos AGON, Gérard ASSAYAG, Jean BRESSON, The OM Composer's Book, coll. Musique et sciences, Ircam, Centre Georges-Pompidou, 2006, p. 21-30.